Il y a 434 fiches.
3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.
(LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.
5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.
6 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Description : Organisé par la coop des communs
2020 : c’est la crise, mais pas pour les plateformes numériques.
Pour réagir face aux chocs sanitaire puis économique, elles sont sur toutes les lèvres : comment continuer à se nourrir sainement quand les marchés ferment ? Plateformes ! Comment assurer la continuité de la vie économique quand tout s’arrête ? Plateformes ! Après avoir permis l’ubérisation de la sphère marchande, la crise covid 19 va-t-elle accélérer l’ubérisation de tout le reste et notamment de nos outils de solidarité ? Pas sûr.
Date de l'événement : 12.12.2020
forum2020desplateformescooperatives_image_forum2020desplateformescooperatives_coopcommuns.jpg
Forum2020DesPlateformesCooperatives4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Description : Organisé par la coop des communs
2020 : c’est la crise, mais pas pour les plateformes numériques.
Pour réagir face aux chocs sanitaire puis économique, elles sont sur toutes les lèvres : comment continuer à se nourrir sainement quand les marchés ferment ? Plateformes ! Comment assurer la continuité de la vie économique quand tout s’arrête ? Plateformes ! Après avoir permis l’ubérisation de la sphère marchande, la crise covid 19 va-t-elle accélérer l’ubérisation de tout le reste et notamment de nos outils de solidarité ? Pas sûr.
Date de l'événement : 12.12.2020
forum2020desplateformescooperatives_image_forum2020desplateformescooperatives_coopcommuns.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
Forum2020DesPlateformesCooperatives (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 09:22, mise à jour le 07.04.2021 à 07:26.

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Description : Organisé par la coop des communs
2020 : c’est la crise, mais pas pour les plateformes numériques.
Pour réagir face aux chocs sanitaire puis économique, elles sont sur toutes les lèvres : comment continuer à se nourrir sainement quand les marchés ferment ? Plateformes ! Comment assurer la continuité de la vie économique quand tout s’arrête ? Plateformes ! Après avoir permis l’ubérisation de la sphère marchande, la crise covid 19 va-t-elle accélérer l’ubérisation de tout le reste et notamment de nos outils de solidarité ? Pas sûr.
Date de l'événement : 12.12.2020
forum2020desplateformescooperatives_image_forum2020desplateformescooperatives_coopcommuns.jpg
Forum2020DesPlateformesCooperatives5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Description : Organisé par la coop des communs
2020 : c’est la crise, mais pas pour les plateformes numériques.
Pour réagir face aux chocs sanitaire puis économique, elles sont sur toutes les lèvres : comment continuer à se nourrir sainement quand les marchés ferment ? Plateformes ! Comment assurer la continuité de la vie économique quand tout s’arrête ? Plateformes ! Après avoir permis l’ubérisation de la sphère marchande, la crise covid 19 va-t-elle accélérer l’ubérisation de tout le reste et notamment de nos outils de solidarité ? Pas sûr.
Date de l'événement : 12.12.2020
forum2020desplateformescooperatives_image_forum2020desplateformescooperatives_coopcommuns.jpg
Forum2020DesPlateformesCooperatives3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Description : Organisé par la coop des communs
2020 : c’est la crise, mais pas pour les plateformes numériques.
Pour réagir face aux chocs sanitaire puis économique, elles sont sur toutes les lèvres : comment continuer à se nourrir sainement quand les marchés ferment ? Plateformes ! Comment assurer la continuité de la vie économique quand tout s’arrête ? Plateformes ! Après avoir permis l’ubérisation de la sphère marchande, la crise covid 19 va-t-elle accélérer l’ubérisation de tout le reste et notamment de nos outils de solidarité ? Pas sûr.
Date de l'événement : 12.12.2020
forum2020desplateformescooperatives_image_forum2020desplateformescooperatives_coopcommuns.jpg
Forum2020DesPlateformesCooperatives2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

presidente de " Les Frairies" association des fêtes de Puy St André 05100om

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Votre réponse
recul + covid : c'était pas du tout "la fête" !
  • egoisme! individualisme! deprimes etc...
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Votre réponse
  • plus aucuns jeunes et des adultes peu decidés a reprendre leurs habitudes culturelles !
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Votre réponse
imaginer un president(E) qui soutienne la vie associative, l'économie sociale et la culture c'est un rêve!
seul POUTOU peut être???
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Votre réponse
la paix sur terre = moins de fric à l'armée et donc plus à la santé, l'éducation et la culture !
le soutien aux associations reellement à but non lucratif et sociales
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse:
defendre les droits et la vie humaine avant les profits !
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
PresidenteDeLesFrairiesAssociationDes (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 11:24, mise à jour le 04.11.2021 à 11:24.

"120 ans de la loi 1901" conf-débat du MvtAsso sur les libertés associatives - 1er juillet

Description : À l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif vous convie à une conférence-débat sur les libertés associatives
Jeudi 1er juillet de 17h à 20h
au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris (8 bis rue Charles V, 75004 Paris, métro Sully-Morland)
Date de l'événement : 01.07.2021
120ansdelaloi1901conferencedebatdumv_conflma1erjuillet.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
120AnsDeLaLoi1901ConferenceDebatDuMv (LigneDeTemps)
créée le 10.06.2021 à 16:43, mise à jour le 21.09.2021 à 16:48.

"120 ans de la loi 1901" conf-débat du MvtAsso sur les libertés associatives - 1er juillet

Description : À l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif vous convie à une conférence-débat sur les libertés associatives
Jeudi 1er juillet de 17h à 20h
au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris (8 bis rue Charles V, 75004 Paris, métro Sully-Morland)
Date de l'événement : 01.07.2021
120ansdelaloi1901conferencedebatdumv_conflma1erjuillet.jpg
120AnsDeLaLoi1901ConfDebatDuMvtasso2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

"120 ans de la loi 1901" conf-débat du MvtAsso sur les libertés associatives - 1er juillet

Description : À l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif vous convie à une conférence-débat sur les libertés associatives
Jeudi 1er juillet de 17h à 20h
au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris (8 bis rue Charles V, 75004 Paris, métro Sully-Morland)
Date de l'événement : 01.07.2021
120ansdelaloi1901conferencedebatdumv_conflma1erjuillet.jpg
120AnsDeLaLoi1901ConfDebatDuMvtasso (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

"120 ans de la loi 1901" conf-débat du MvtAsso sur les libertés associatives - 1er juillet

Description : À l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif vous convie à une conférence-débat sur les libertés associatives
Jeudi 1er juillet de 17h à 20h
au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris (8 bis rue Charles V, 75004 Paris, métro Sully-Morland)
Date de l'événement : 01.07.2021
120ansdelaloi1901conferencedebatdumv_conflma1erjuillet.jpg
120AnsDeLaLoi1901ConfDebatDuMvtasso3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

"120 ans de la loi 1901" conf-débat du MvtAsso sur les libertés associatives - 1er juillet

Description : À l’occasion des 120 ans de la loi 1901, Le Mouvement associatif vous convie à une conférence-débat sur les libertés associatives
Jeudi 1er juillet de 17h à 20h
au Centre de recherches interdisciplinaires de Paris (8 bis rue Charles V, 75004 Paris, métro Sully-Morland)
Date de l'événement : 01.07.2021
120ansdelaloi1901conferencedebatdumv_conflma1erjuillet.jpg
120AnsDeLaLoi1901ConfDebatDuMvtasso4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

"MODAL" rencontres nationales de la FAMDT à Marseille 18 juin

Description : Participation du CAC avec animation de la plénière « Coopérer, relier, soigner l’hospitalité » à Marseille
Date de l'événement : 18.06.2021
modalrencontresnationalesdelafamdtamar_famdt-modal.jpg
ModalRencontresNationalesDeLaFamdtAMar5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

"MODAL" rencontres nationales de la FAMDT à Marseille 18 juin

Description : Participation du CAC avec animation de la plénière « Coopérer, relier, soigner l’hospitalité » à Marseille
Date de l'événement : 18.06.2021
modalrencontresnationalesdelafamdtamar_famdt-modal.jpg
ModalRencontresNationalesDeLaFamdtAMar2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

"MODAL" rencontres nationales de la FAMDT à Marseille 18 juin

Description : Participation du CAC avec animation de la plénière « Coopérer, relier, soigner l’hospitalité » à Marseille
Date de l'événement : 18.06.2021
modalrencontresnationalesdelafamdtamar_famdt-modal.jpg
ModalRencontresNationalesDeLaFamdtAMar3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

"MODAL" rencontres nationales de la FAMDT à Marseille 18 juin

Description : Participation du CAC avec animation de la plénière « Coopérer, relier, soigner l’hospitalité » à Marseille
Date de l'événement : 18.06.2021
modalrencontresnationalesdelafamdtamar_famdt-modal.jpg
ModalRencontresNationalesDeLaFamdtAMar4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

"MODAL" rencontres nationales de la FAMDT à Marseille 18 juin

Description : Participation du CAC avec animation de la plénière « Coopérer, relier, soigner l’hospitalité » à Marseille
Date de l'événement : 18.06.2021
modalrencontresnationalesdelafamdtamar_famdt-modal.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
ModalRencontresNationalesDeLaFamdtAMar (LigneDeTemps)
créée le 03.06.2021 à 19:37, mise à jour le 04.06.2021 à 10:23.

#1 // POLITIQUES PUBLIQUES, DEMOCRATIE ET INTERVENTION CITOYENNE // Droit de s'exprimer librement et de manifester. Nous demandons l'arrêt de la répression contre les militants associatifs : procédures bâillons et lois liberticides.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Politiques publiques, Démocratie et Intervention citoyenne
DATE : 29.04.2019
RESEAUX SOCIAUX : Pour la préservation des libertés collectives et associatives #ledroitdelouvrirledroitdagir > @AssosCitoyennes pour la campagne #MobilisationAssos
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi29avrilpolitiquespubliquesdemocra_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi29avrilpolitiquespubliquesdemocra_aff_sem1_29_04_250.png
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 1 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 1 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : Un processus de restrictions des libertés collectives et associatives est à l’œuvre et tend à s’accélérer, restrictions protéiformes de plus en plus prégnantes dans les relations que les associations nouent non seulement avec l’État mais aussi avec les Collectivités Territoriales ou les entreprises (on peut penser à ce sujet aux « procès-baillons » notamment).
Nous demandons, à minima, la mise en application de la 14ème des 59 mesures du rapport « Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement ». Celle-ci consiste simplement, dans un premier temps, à « Créer un groupe de travail associations – pouvoirs publics sur les libertés associatives, afin d’examiner les risques pouvant peser sur celles-ci et les conditions nécessaires pour qu’elles soient préservées ».
ARGUMENTAIRE LONG : Depuis plusieurs décennies, les associations voient leur champ d'expression, leurs libertés et leurs droits se restreindre sous la pression des politiques néolibérales et sous le prétexte de lutte contre le terrorisme et de sécurité publique.

La 14ème des 59 mesures du rapport « Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement » remis au gouvernement en Juin 2018 est le fruit d’un long processus.

Un processus de restrictions des libertés collectives et associatives, restrictions protéiformes de plus en plus prégnantes dans les relations que les associations nouent non seulement avec l’État mais aussi avec les Collectivités Territoriales ou les entreprises (on peut penser à ce sujet aux « procès-baillons » notamment).
Cette proposition simple « Créer un groupe de travail associations – pouvoirs publics sur les libertés associatives, afin d’examiner les risques pouvant peser sur celles-ci et les conditions nécessaires pour qu’elles soient préservées » est bien sûr également le produit d’un autre processus : celui conduisant les acteurs associatifs à construire des contre-feux et des résistances à ce phénomène de plus en plus observés.
D’évidence l’ambition de l’engagement associatif ne pourra être tenue sans prendre cette question très au sérieux et cette note se propose, en ce sens, de fournir une série de points de repères pour faciliter et entamer sans attendre ce travail.

Ce que nous constatons. Quelques exemples concrets.


De nombreux militants et militantes associatifs sont arrêtés, mis en examen et condamnés pour avoir simplement exercé leur activité associative. A Briançon le 13 décembre dernier sept militants associatifs ont été condamnés à des peines d'emprisonnement fermes et avec sursis avec mise à l'épreuve, pour avoir participé en avril 2018, à une marche solidaire pour dénoncer les violences commises par le groupuscule identitaire (qui lui n'a pas été inquiété) à l'encontre des personnes exilées dans la région de Briançon et pour protester contre la militarisation de la frontière franco- italienne. L’État leur reproche d'avoir à cette occasion « facilité l'entrée de personnes illégales sur le territoire français en bande organisée ». Tous sont des militants d'associations reconnues faisant un travail depuis très longtemps auprès des immigrés, comme le Cimade, le GISTI, Anafé. Les peines sont lourdes, une condamnation à 12 mois d'emprisonnement dont 4 fermes et 8 avec sursis avec mise à l'épreuve, une à 12 mois d'emprisonnement dont 8 avec sursis simple et 5 condamnations à 6 mois d'emprisonnement avec sursis simple.
Nous connaissons tous les démêlés avec la police et la justice de Cédric Herrou, condamné à plusieurs reprises pour avoir porté assistance à des immigrés en détresse comme l'y oblige la loi et les engagements internationaux de la France et qui a dû déposer une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) pour faire annuler... partiellement sa condamnation après que le Conseil constitutionnel ait enfin inscrit dans l'ordre constitutionnel le 6 juillet 2018, le principe de fraternité faisant pourtant partie de la devise de la République, ainsi que le stipule l'article 2 de la Constitution de la République française.

A Bure, les militants associatifs qui s'opposent au projet d'enfouissement de déchets nucléaires du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo), sont soumis à des mesures administratives et à un contrôle judiciaire qui les empêchent de se rencontrer et empêchent l'association de fonctionner : deux administrateur d'une même association qui n'ont plus le droit de se rencontrer, perquisition chez leur avocat, interdictions de territoire. Les associations sont soumises par ailleurs de la part de l’État à un harcèlement judiciaire qui n'a pas d'équivalent : poursuite pour « association de malfaiteurs », appel systématique du parquet quand la justice relaxe les militants etc.
Garde à vue du président des Amis de la terre à Nancy le 7 décembre dernier pour avoir appelé à une marche pour le climat malgré l'interdiction de celle-ci par le préfet de Meurthe-et-Moselle, alors qu'il s'agissait d'une mobilisation mondiale parfaitement pacifique.

Le gouvernement a choisi la répression pour « mater » les mouvements sociaux. L'utilisation des forces de l'ordre avec des armes qui ont fait des dizaines de blessés entraînant une escalade dans la violence pour « maintenir l'ordre » lors des manifestations des « gilets jaunes », ainsi que la reprise de la proposition de loi « anticasseur » votée au Sénat et débattue et adoptée dans la précipitation à l'Assemblée nationale en sont l'illustration. Cette loi va faire encore monter la violence institutionnelle, et la violence dans les manifestations, tout en empêchant de nombreux citoyens d'exercer leurs droits constitutionnels de manifester. Le gouvernement français poursuit dans une direction que beaucoup de pays européens ont abandonnée en s'efforçant de faire baisser la violence dans les manifestations et interdisent les « lanceurs de balles ». La France construit des prisons alors que d’autres pays européens les ferment ou les louent à leur voisin. Il est de la responsabilité du gouvernement de tout faire pour diminuer la violence institutionnelle afin d'apaiser les esprits au lieu d'ajouter de la répression et de toujours réduire les droits et libertés.

Des lois toujours plus répressives.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New-York, plus de vingt lois, sous prétexte de sécurité et de lutte contre le terrorisme ont été adoptées par le législateur, qui toutes à un titre ou à un autre limitent les possibilités d'action des associations. Citons, sans vouloir prétendre à l'exhaustivité : loi du 15 novembre 2001 ; loi du 29 août 2002 ; loi du 18 mars 2003 ; loi du 9 mars 2004 ; loi du 23 janvier 2006 ; loi du 1er décembre 2008 ; loi du 14 mars 2011 ; loi du 21 décembre 2012 ; loi du 18 décembre 2013 ; loi du 13 novembre 2014 ; loi du 24 juillet 2015.

L'état d'urgence décrété le 14 novembre 2015 a été utilisé pour assigner à résidence des militants associatifs écologiques, puis prolongé par une série de lois jusqu'à sa banalisation dans notre droit en octobre 2017. Six lois ont alors été adoptées qui toutes resserrent les libertés : loi du 30 novembre 2015 ; loi du 22 mars 2016 ; loi du 3 juin 2016; loi du 21 juillet 2016 ; loi du 28 février 2017 ; loi du 30 octobre 2017 ; loi du 30 juillet 2018 ; et en ce moment projet de loi dit anticasseur qui remet en cause le droit constitutionnel de manifester, ou les projets de loi sur la « réforme de la justice ».
A ces séries de lois, portant explicitement sur les libertés, il faut ajouter des lois portant sur des sujets spécifiques (économiques, logement, société de confiance...) qui restreignent les possibilités d'intervention des associations pour ester en justice, ou qui réduisent les possibilités de débats publics sous prétexte d'accélérer les projets.

Toutes ces lois affectent à un titre ou à un autre l'activité des associations. Jamais cette question n'a fait l'objet d'un examen critique, comme s'il allait de soi que les associations n’étaient pas concernées ou naturellement se conformaient à ces dispositions et à leurs conséquences sans avoir rien à dire. C'est pourquoi dans le cadre de la « concertation » ouverte en novembre 2017, les associations ont demandé de « créer un groupe de travail associations-pouvoirs publics sur les libertés associatives, afin d'examiner les risques pouvant peser sur celles -ci et les conditions nécessaires pour qu'elles soient préservées » (proposition 14).

Mais ce qui affecte le plus immédiatement et le plus continûment la capacité d'agir et la liberté de définir ses actions est la pression politique et financière pour « changer de modèle économique » avec la diminution constante depuis des années des subventions, la généralisation des appels d'offre et des appels à projet qui ne sont le plus souvent que des appels d'offre déguisés. L’appel à projet ou l'appel d'offre soumet les associations aux décisions, directives et demandes de l'autorité qui lance cet appel. L'association n'a de choix que de répondre à l'appel dans les conditions qui lui sont imposées, même si historiquement c'est elle qui a initié l'action.
Les « contrats à impact social », « french impact » ou la volonté de créer « une philanthropie à la française », mettent peu à peu les associations entre les mains des grands groupes multinationaux, les obligeant à entrer dans un système qu'elles ne maîtrisent pas et qui leur fait perdre leur liberté et leur pouvoir d'agir.

Une situation alarmante.

Les associations citoyennes, les associations de défense des droits, comme les associations subissant la répression de leur militants, dénoncent cette politique liberticide et s'y opposent par les moyens à leur disposition : recours aux droits et à la justice jusqu'aux instances européennes (CEDH, Charte européenne des droits fondamentaux...), manifestations dont le droit est aujourd'hui remis en cause, désobéissance civile pacifique...etc. La France est malheureusement souvent condamnée par la cours de la CEDH, donnant ainsi une bien mauvaise image du « pays des droits de l'Homme »

Le Défenseur des droits ne cesse d'alerter dans ses rapports ou ses interventions publiques sur la dégradation des libertés et de la démocratie dans notre pays en raison de l’accumulation de ces lois et de mesures réglementaires les accompagnants. Il s'alarme également pour les libertés de projets comme le projet de loi dit anticasseur, ou le tout numérique.

L'Organisation des Nations Unis (ONU), s'alarme aussi de la situation française vis-à-vis des libertés. La rapporteuse spéciale de Nations Unis sur la protection des droits de l'Homme et des libertés fondamentales dans son rapport préliminaire en mai 2018 s'inquiète notamment du contenu de la loi du 30 octobre 2018 (dite loi SILT), qui « instaure de facto un état d'urgence qualifié dans le droit commun français ».

La situation est suffisamment alarmante pour que le « Réseau des Fondations européennes »1 basé à Bruxelles s'en préoccupent. Elles ont publié un appel à projet sur le « rétrécissement de l'espace public » ainsi défini : « Le rétrécissement de l’espace pour la société civile empêche les acteurs de faire entendre les préoccupations de différentes communautés et leur bloque l’accès aux gouvernements et aux autres institutions démocratiques, ce qui entrave leur capacité à jouer efficacement leur rôle de contre-pouvoir citoyen. Tout ceci est problématique car, au niveau national comme européen, une société civile active et bien structurée constitue une protection essentielle contre l’érosion de valeurs telles que le respect pour la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité et le respect du droit. » (Traduction VoxPublic ), auquel un consortium d'associations françaises a répondu et a été retenu.

Nos propositions :

Mettre en place la recommandation N°14 du document issu de la concertation menée dans le cadre du chantier « vie associative » évoquée plus haut. Ce groupe de travail devrait rendre son rapport sous une année au maximum afin qu'il ne s'enlise pas. Il doit comprendre tous les ministères concernés : Éducation Nationale et Jeunesse et Sport, Justice, Intérieur, Écologie et des Solidarités, Industrie...
Donner la priorité aux droits fondamentaux sur les droits du commerce ou le secret des affaires et prendre les dispositions législatives et réglementaires pour cela.

Vous remerciant pour la prise en compte de notre courrier et aussi pour notre collaboration ces dernières années, nous vous adressons, Monsieur le Ministre, nos meilleures salutations.

NB : cet argumentaire est issu d’un courrier remis par le CAC à Gabriel Attal, secrétaire d’État du gouvernement lors d’un rdv consacré à ce sujet le 12 février 2019
RESSOURCES :
CONTACTS : Mise en place du projet d’observatoire de la répression de la vie associative : Cyrielle Meynet Coordinatrice de projet - Institut Alinsky / cyrielle.meynet@alinsky.fr
Lundi29AvrilPolitiquesPubliquesDemocra (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 17:59, mise à jour le 10.07.2019 à 10:23.

#2 // DROITS HUMAINS – DROITS CULTURELS – PROTECTION DES PERSONNES // Union européenne : les droits humains plutôt que la concurrence et les banquiers !

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Droits Humains – Droits culturels – Protection des personnes
DATE : 06.05.2019
RESEAUX SOCIAUX : Les politiques de l’UE doivent retourner à leurs fondamentaux : liberté, démocratie et respect des droits humains pour une société qui défend des principes de droit, d’accueil et de diversité @AssosCitoyennes @EtatsEgm - Campagne #MobilisationAssociations
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi06maidroitshumainsdroitsculture_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi06maidroitshumainsdroitsculture_aff_sem2_06_05_250.png
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 2 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 3 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : « L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de respect des droits de l'Homme. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la tolérance, la justice, la solidarité et la non-discrimination ». Pourtant c'est le dogme de la concurrence qui fonde les politiques communautaires.

Ces politiques ne profitent qu'à une toute petite minorité, elles détruisent l'UE. Elles conduisent à l'austérité, font le lit de l’extrême droite dont les scores électoraux ne cessent de croître en Europe et qui accède au gouvernement dans de nombreux pays : Autriche, Italie, Pologne, Hongrie...
ARGUMENTAIRE LONG : Aujourd'hui, vue l’interpénétration et l'interdépendance qu'implique la construction européenne, les questions européennes sont des questions intérieures de chaque pays membre de l'Union européenne. Cette interdépendance touche énormément de secteurs de la vie d'un pays, agriculture, économie, droits fondamentaux, démocratie etc. Les domaines politiques dans lesquels l'Union européenne intervient sont de plus en plus nombreux : la monnaie ; la fiscalité ; la politique agricole ; la pêche en mer ; les traités de libres échanges ; la politique de concurrence ; la préparation des budgets des États membres ; les transports ; les services publics ; l'environnement ; l'industrie et les services ; l'énergie et la transition énergétique ; la protection des consommateurs ; l'aide au développement, les relations avec les pays « tiers », et un embryon de politique étrangère ; la politique migratoire ; le contrôle des frontières extérieures de l'UE.

Depuis l'entrée en vigueur des traités de Lisbonne, en raison de l'intégration de la Charte des droits fondamentaux de l'UE, celle-ci intervient aussi sur les droits fondamentaux.

La Cour de justice de l'Union européenne (CJCE), par ses jugements, construit dans tous les domaines de compétence de l'Union Européenne (UE) une jurisprudence qui s'impose à tous les États membres. Elle est en fait, dans ces domaines de compétence, la juridiction suprême pour tout le territoire de l'UE. Ses conclusions (jugements) sur une affaire issue d'un pays de l'UE font jurisprudence pour l'ensemble des pays de l'UE, un jugement portant sur une affaire en Allemagne, ou en Lituanie ou au Portugal ou sur n'importe quel autre pays de l'UE, concerne les 28 pays de l'UE.

Non seulement les affaires européennes sont des affaires intérieures pour les États membres, mais les affaires intérieures d'un État membre ont des répercussions sur les affaires intérieures des 27 autres États membres ; les affaires intérieures belges, tchèques, polonaises ou grecques, ont des répercussions en France, en Espagne, Portugal ou Roumanie...

Ces interdépendances compliquent considérablement les questions politiques de chaque pays de l'Union, car aucun, même le plus grand, ne peut à lui seul bouleverser les politiques communautaires, sans entraîner la plupart des autres. Pour modifier les rapports de force, il doit argumenter, convaincre, négocier, trouver des alliés. Le Conseil [Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement, et le Conseil des ministres] est bien évidemment un de ces lieux de négociation, mais le Parlement européen (PE) également. Comme co-législateur il doit se mettre d'accord avec le Conseil des ministres pour qu'un texte puisse être adopté, sa composition, qui résulte d'un mode d'élection à la proportionnelle intégrale, fait qu'aucun groupe politique n'est majoritaire. Par ailleurs les questions nationales viennent souvent se superposer aux positions partisanes, donc aucun groupe politique n'est homogène au sein du PE. La négociation y est donc permanente sur tous les sujets, et les majorités qui adoptent les textes se recomposent à chaque fois. Il n'y a pas au Parlement européen une majorité super-godillot comme actuellement à l'Assemblée nationale qui permet au gouvernement de faire adopter à peu près tout ce qu'il veut dans les conditions d'un système autoritaire, pour le moins (jupitérien).

Cela donne une importance non négligeable au Parlement européen. Il est co-législateur avec le conseil des ministres (article 14 du TUE), il « confirme » la Commission européenne et peut la « censurer » (article 17 TUE), il contrôle les politiques de l'UE, le budget de l'UE ne peut être exécutoire qu’après son accord. Au fil des traités (Rome, Acte Unique, Maastricht, Amsterdam, Nice puis Lisbonne), il a acquis des prérogatives de plus en plus larges. Son fonctionnement, avec des groupes politiques, des commissions spécialisées est comparable à celui de l'Assemblée nationale en France, un règlement intérieur en fixe les règles. Il siège en public, il est accessible aux citoyens européens sans trop de difficultés.

Nous voyons bien l’importance dans ces conditions de participer au débat pour les élections au Parlement européen du 26 mai 2019, et au-delà au débat sur l'Europe, sur les politiques européennes, sur l'avenir de cette construction, le sens que nous souhaitons lui donner, les conditions d'intervention des citoyens sur toutes ces questions.

Ceci dit, ce n'est pas toujours évident, parce que l'Union européenne sert souvent de « bouc émissaire » pour les gouvernements qui ne souhaitent pas assumer leurs décisions quand ils les savent impopulaires, parce que l'Union européenne traverse une crise profonde qui est aussi une crise des États membres, parce que les rapports de force sont en faveur des oligarchies financières et des multinationales, qui imposent une politique tournée uniquement vers leurs intérêts qui est la cause des crises que traversent aussi bien l'UE que les États. Mais la propagande que nous subissons à chaque moment nous affirme que les politiques mises en œuvre sont les seules possibles (« There is no alternative » - le TINA de Madame Thatcher). Les politiques néolibérales, sont la cause première de la montée des partis et forces d’extrême droite en Europe. En cela, en France, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, ont fait le lit du Front national (aujourd'hui le Rassemblement national),
celui d' E. Macron poursuit cette voie en l'accentuant en prônant l'opposition entre « progressistes » et « nationalistes », en soutenant qu'entre lui et le Front national il n'y a plus rien et en accentuant les politiques néolibérales dans tous les domaines.

Les extrêmes droites sont au gouvernement dans plusieurs pays de l'UE, et aucun pays n’échappe à son emprise et à son développement. Afin de masquer les responsabilités politiques des gouvernements successifs dans cette montée, toute analyse est dévoyée en utilisant des concepts flous et fourre-tout, en amalgamant extrême droite et gauche contestataire dans le concept de « populiste » sans jamais le définir, en inventant le concept de « fatigue démocratique », ou de « déficit démocratique » assimilant ainsi la démocratie à un bilan d'entreprise. Mais la montée de l’extrême droite n'est qu'un des syndromes des crises que traverse l'UE, les oppositions entre États, le dumping fiscal (chaque État est un paradis fiscal sur certains créneaux vis à vis de ses voisins européens) et le dumping social, auxquels se livrent les États entre eux en est un autre. Le « brexit », avec la saga que nous racontent les gouvernements en est une bonne illustration. Hélas la presse mainstream, comme nombre
« d'intellectuels de gouvernement » participent à cet enfumage et à répandre la confusion. Si l'Union européenne est contestée, c'est en priorité en raison des politiques néolibérales, d'austérité exacerbant les inégalités, remettant en cause les libertés individuelles et collectives et bien entendu les libertés associatives, politiques conduites par et pour une oligarchie de plus en plus minoritaire qui prétend à la direction du monde, et entend bien menée la lutte de classe jusqu'à son terme pour conserver sa position sociale dominante afin d'assurer sa richesse et son mode de vie.

Ces politiques sont l’œuvre conjointe des institutions de l'UE (Conseil, Commission européenne, parlement, cour de justice de l'UE) et des gouvernements des États que forment le Conseil. Chacun a sa part de responsabilité car c'est cet ensemble qui formule et décide dans une interdépendance complète, des politiques de l'Union européenne. Certes une part revient également aux traités (qui ont tous été négociés entre les gouvernements des États) et à leur interprétation par les institutions de l'UE comme des gouvernements des États. Notamment la place qu'a prise la concurrence dans les politiques communautaires, véritable dogme toujours inébranlable dans la pensée des institutions, socle de toute politique sans examen critique des conséquences pour les populations.

A ce sujet, il convient de ne pas faire d'erreur, le tournant dans la construction européenne est l'Acte Unique (trois traités) entré en vigueur en 1987, dont l'objet était de passer d'un marché commun, un marché permettant la circulation des marchandises sans droits de douane entre les États membres, mais dont l'organisation économique était nationale, à un marché unique sur l'ensemble du territoire des Communautés européennes avec la même réglementation et normalisation. Le saut qualitatif s'est fait à cette occasion. Le traité de Maastricht n'est que la suite logique de ce marché unique qui appelait « naturellement » une monnaie unique et une réglementation de plus en plus identique. Le principal « outil » dont disposait, de par les traités, les instances communautaires pour construire ce marché unique était et est toujours la concurrence, qui est donc devenue l'alfa et l’oméga de cette construction. Ce à quoi il faut ajouter dans cette période, l'hégémonie des thèses néolibérales acquise au plan
politique, au niveau mondiale avec l'élection en 1979 de Mme Thatcher au Royaume-Uni et de Ronald Reagan aux États-Unis d'Amérique en 1981, et des évolutions technologiques importantes notamment dans les domaines informatique et de la communication.

Dans ces conditions, les politiques néolibérales, la rapacité capitaliste ont été mise en œuvre avec d'autant plus de violence que le système politique formellement concurrent au capitalisme s'est écroulé dans ces année-là. Le mur de Berlin est tombé en décembre 1989, et deux ans après l'Union Soviétique n'existait plus. Le capitalisme mondialisé, financier et multinational a cru avoir définitivement triomphé, et a poussé l'exploitation des peuples et de la nature le plus loin possible. Dans cette période les crises monétaires n'ont pas cesser à travers le monde, celle de 2008 étant la plus importante, l'austérité dans l'UE (mais pas seulement) s'est accentuée, des pays dits émergents aspirent à prendre ou reprendre (la Chine) leur place dans le concert des nations au niveau mondial, et les dérèglements climatiques, la crise écologique nous rappellent la finitude du monde et les limites des ressources naturelles, sans toutefois que l’oligarchie financière ou industrielle s'en émeuve beaucoup.

L'Union européenne pourrait être un bon outil pour affronter la complexité de la situation, c'est ce que sentent confusément les peuples quand ils répondent qu’ils souhaitent que la construction européenne se poursuive, mais
sur d'autres bases.

L'Union européenne n'est pas un État, elle a des prérogatives fédérales (monnaie unique, un ordre juridique spécifique mais incomplet, une politique commerciale, une bureaucratie...) qui lui confère un caractère de « proto-État » dans lequel les États membres ont mutualisé (délégué) certaines prérogatives. Le niveau d'interdépendance, encore plus pour les pays qui ont adopté l'euro, rend toute tentative d'en sortir très difficile- l'exemple du « Brexit », pousse à réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une telle aventure. D'ailleurs en France quasiment plus aucune force politique ne prône cette solution. Mais il n'y a aucun parti politique qui ait une politique européenne, tous sont ballottés au gré de l'actualité, et tous sont traversés de contradictions et de divisions sur la question européenne. Aucun n'a de stratégie réellement européenne sur le long terme, tous se réveillent à l'approche des élections au PE et constituent des « alliances » avec des partis d'autres pays de l'UE, « alliances » conjoncturelles sans contenu permettant une politique au niveau européen dans la durée, très vite les questions « nationales » reprennent le dessus.

De plus, le plus souvent, chacun projette sa conception nationale de la politique, de la démocratie, et des institutions sur l'Union européenne, alors que la mise en commun, l’interdépendance exigent des efforts d'acculturation, et conceptuels très importants pour comprendre l'autre (les autres). Les élargissement successifs, et surtout les derniers depuis 2004 portant l'UE à 28 États, ont beaucoup compliqué les possibilités d'accord, les différences culturelles, économiques, sociales, géographiques, climatiques s'en sont trouvées considérablement élargies. Dans ces conditions il n'est pas étonnant que les politiques néolibérales apparaissent comme les seules possibles compte tenu de l'idéologie dominante et des forces politiques réactionnaires majoritairement aux
gouvernements dans les États membres. Il n'est pas étonnant non plus que chaque pays réagisse différemment selon les circonstances et que toutes les démagogies soient possibles : Hongrie « illibérale », Pologne ultraconservatrice de droite extrême, Italie avec un gouvernement improbable, comprenant une composante d’extrême droite, le Royaume-Uni en sortant tout en essayant de rester, la France avec un gouvernement qui se présente comme « et de droite et de gauche » qui fait la politique la plus réactionnaire et la plus répressive depuis la seconde guerre mondiale... Pourtant tous ces gouvernements sont issus du suffrage universel. C'est donc au niveau des peuples, des sociétés civiles qu'il faut travailler le projet européen.

La question du projet européen et des politiques qui le traduisent sont bien essentiels, car les européens souhaitent très majoritairement (y compris en France), les enquêtes d'opinion de l'eurobaromètre le montrent poursuivre la construction européenne ayant bien conscience que dans ce monde globalisé, l’union fait la force, mais ils veulent des politiques plus solidaires, plus sociales, plus écologiques, plus de démocratie.

Que peuvent faire les associations citoyennes ?
1) S'organiser pour agir à tous ces niveaux en mutualisant les moyens, en travaillant ensemble les questions européennes, car le sujet est monstrueux, pour y acquérir une connaissance qui fait encore trop défaut ;
2) Informer et former les militants associatifs, bénévoles, mais aussi les salariés des associations ;
3) Travailler sur le projet européen, son sens, son objet, ne pas rester dans des slogans et dans l'approximation ;
4) Travailler sur les politiques communautaires et dans l'immédiat sur les marges qu'offrent les textes actuels (traités, législation et jurisprudence) pour faire différemment, remettre la concurrence à sa place, développer les services publics, les solidarités...

Les questions européennes sont des questions éminemment politiques.
RESSOURCES : • Dans le cadre de la campagne « change finance » pour un système financier qui soit : au service des gens et de la planète + contrôlé démocratiquement + stable = Vos candidat.e.s au Parlement européen sont-ils et elles prêt.e.s à #ChangerLaFinance ?

MOBILISATION
- 25 mai 2019 : STOP Dublin – Sauvons le droit d’asile - Mobilisation européenne : http://www.stopdublin.eu/
Lundi06MaiDroitsHumainsDroitsCulture (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:24, mise à jour le 10.07.2019 à 10:24.

#3 // AVENIR DE LA PLANETE, ENVIRONNEMENT, CLIMAT // Prendre en compte la voix des associations agissant pour le climat, notamment pour une transition rapide et juste, et l'arrêt des aides aux énergies fossiles.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Avenir de la planète, environnement et climat
DATE : 13.05.2019
RESEAUX SOCIAUX : Plan d'urgence pour une réelle #transition énergétique Pour le vivant et contre la destruction de la planète, faisons de la #transition, l’ #environnement et de l’ #ecologie de réelles priorités dans la #LoiEnergieClimat ! #alternativescitoyennes @AssosC
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi13maiavenirdelaplaneteenvironnem_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi13maiavenirdelaplaneteenvironnem_affiche3-planete-envt-13-5-19.jpg
Lien affichette de la semaine noir et blanc : à venir
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : L'accélération des catastrophes liées au réchauffement climatique a conduit un grand nombre de personnes, dans notre pays comme à l'échelle mondiale, à prendre conscience de la nécessité de changer rapidement nos modes de production et de consommation, nos modes de vie et nos comportements, et d'agir sur ces questions pour ouvrir dès maintenant la voie vers une transition pour un monde vivable, responsable et solidaire.
Si les combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les centrales nucléaires ont fourni jusqu'ici l'énergie nécessaire au développement de notre économie et de notre société, ils doivent être repensés en termes d'énergies renouvelables. Or, le projet de loi "Energie et climat" présenté le 30 avril 2019 par le gouvernement au Conseil des ministres n'est pas à la hauteur des enjeux !
ARGUMENTAIRE LONG : L'accélération des catastrophes liées au réchauffement climatique (incendies, sécheresses, inondations, ouragans, séismes...) a conduit un grand nombre de personnes, dans notre pays comme à l'échelle mondiale, à prendre conscience de la nécessité de changer rapidement nos modes de production et de consommation, nos modes de vie et nos comportements, et d'agir sur ces questions pour ouvrir dès maintenant la voie vers une transition pour un monde vivable, responsable et solidaire.

L'effondrement des biodiversités, qui comprend toutes les espèces végétales et animales vivant sur la terre, incluant l'Homme, pose nombre de questions quant à la santé de tous, à l'avenir de la production alimentaire, au maintien d'une eau pure et potable. La santé humaine est tributaire de la santé de nos environnements, des écosystèmes, de l'ensemble de la biosphère. Elle est altérée par l'usage des pesticides, les pollutions des industries chimiques, les projets d'urbanisation à outrance et de bétonnage des terres agricoles.

Il s'agit là d'un défi majeur pour l'humanité qui impose de réduire de façon drastique les émissions de gaz à effet de serre, particulièrement le dioxyde de carbone libéré dans l'atmosphère, et de remettre en cause les activités qui en sont responsables. Si les combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les centrales nucléaires ont fourni jusqu'ici l'énergie nécessaire au développement de notre économie et de notre société, ils doivent être repensés en termes d'énergies renouvelables.

Or, le projet de loi "Energie et climat" présenté le 30 avril 2019 par le gouvernement au Conseil des ministres n'est pas à la hauteur des enjeux. Ce projet, qui vient modifier la loi de "Transition énergétique pour la croissance verte" de 2015, les codes de l'environnement et de l'énergie, n'apporte pas les réponses nécessaires. Les annonces faites comme arriver à la neutralité carbone en 2050, baisser la consommation d'énergies fossiles de 40% d'ici à 2030, fermer les centrales à charbon au-delà de 2022, ne sont assorties d'aucune mesure transitoire et d'accompagnement, d'aucun objectif en matière de faisabilité et de coût. La réduction de 50% de l'indépendance au nucléaire, avec la fermeture de 14 centrales, est quant à elle prévue pour 2035, soit un recul de dix années par rapport à l'estimation précédente qualifiée aujourd'hui "d'irréaliste".
Alors que les objectifs posés pour la période 2015-2018 en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre n'ont pas été atteints, et ont augmenté dans le secteur des transports, ou en termes de rénovation thermique pour les 500.000 logements par an qui devaient être pris en compte dans la lutte contre les passoires énergétiques, comment peut-on sérieusement penser que les mesures avancées dans ce nouveau projet de loi vont permettre d'accélérer la transition énergétique ? Aucune mesure concrète n'aborde des questions centrales comme : que fait-on des déchets nucléaires, quelles énergies alternatives vont remplacer les énergies fossiles et nucléaires, à quelle échéance réduisons-nous les transports polluants et développons-nous d'autres modes de mobilités douces, quelles formes d'accompagnement et quels moyens financiers vont être mis en place pour amortir les impacts sociaux importants d'une telle transformation de la société ?

Le système actuel - capitaliste ou ultralibéral - est incapable de prendre en compte la nécessaire amélioration des conditions de vie, parce qu'il se base sur la propriété privée, la défense d'intérêts particuliers, la loi du profit et de la concurrence, qui sont source d'énormes inégalités sociales, d'injustices, d'oppression, de violences, de guerres, de restriction des libertés individuelles ou collectives. Aucun changement durable ne pourra avoir lieu sans une compréhension des logiques de croissance et d'accumulation, d'exploitation à outrance des ressources naturelles, de destruction des écosystèmes mais aussi des services publics ou de notre système de sécurité sociale.

Pour avancer sur ce chemin de la transition, nous devons intervenir sur tout ce qui est un obstacle au développement humain, à ses relations harmonieuses avec la nature, le vivant, et mettre en place des formes alternatives de société qui intègrent à la fois les dimensions écologiques, économiques, sociales, culturelles, démocratiques.

C'est en s'appuyant sur l'expérience et les analyses réalisées par les structures et les réseaux associatifs qui agissent sur le terrain de l'écologie, de la biodiversité, de la santé, de l'alimentation, de la solidarité internationale, du soutien aux migrants, ou la défense des libertés, que le Collectif des Associations Citoyennes a construit sa conception de la transition, qui est celle de la défense d'une vision transversale de la société basée sur l'intérêt commun, les droits humains, la réduction des injustices et des inégalités, la construction de nouvelles formes de démocratie permettant la participation de tous.

C'est pourquoi il est nécessaire de prendre en compte les associations citoyennes qui luttent contre le dérèglement climatique et pour une transition écologique, solidaire et équitable, et que nous nous associons au Réseau Action Climat, France Nature environnement et aux autres ONG environnementales pour proposer les mesures suivantes :

  • Le droit pour tous à un logement à la facture énergétique abordable avec, en particulier, la mise en place progressive d une interdiction à la location des passoires énergétiques.
  • Le renforcement des dispositifs d accompagnement des salariés et des collectivités dans les territoires où un site industriel doit fermer du fait de la transition énergétique, par exemple une centrale au charbon ou un réacteur nucléaire.
  • Plutôt que de reculer à 2035 l objectif de baisse de la part du nucléaire à 50 % de la production d électricité, assortir l horizon 2025 d une limite portée au plus tard à 2030 et de dispositifs pour renforcer la sûreté, la sécurité et la transparence en matière de nucléaire.
  • Une disposition assurant la fermeture des centrales à charbon en 2022 comme le Président de la République s y est engagé.
  • Des dispositions en faveurs des énergies renouvelables portées par des acteurs des territoires (collectivités, citoyens, agriculteurs, PME).
  • Un dispositif de gouvernance et de pilotage des objectifs sur le climat et la transition énergétique, garant d un respect des budgets carbone.
RESSOURCES :

Manifestations à ne pas manquer :

Lundi13MaiAvenirDeLaPlaneteEnvironnem (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:43, mise à jour le 10.07.2019 à 10:25.

#4 // POUR UNE SOCIETE DE LA SOLIDARITE, JUSTICE SOCIALE // Les associations, agissant pour l’intérêt général, doivent être reconnues comme les piliers d’un pacte social garanti par l’Etat (cultures, communs, solidarités).

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Pour une société de la solidarité, justice sociale
DATE : 20.05.2019
RESEAUX SOCIAUX : #MobilisationAssociations Le droit à la dignité est la base de toute politique de solidarité. Une vraie politique sociale n’est pas un empilement de dispositifs, mais d’abord la reconnaissance des @AssosCitoyennes et du #TravailSocial pour #CombattreLes
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi20maipourunesocietedelasolidari_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi20maipourunesocietedelasolidari_aff_sem4_20_05_250.png
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 4 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 4 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : La catastrophe humaine, sociale, écologique est la conséquence directe des politiques soumises à la recherche du profit. Répondre à l’urgence sociale qui se reflète dans le mouvement des « gilets jaunes » passe d'abord par un relèvement immédiat des salaires et des minimas sociaux, l’extension du RSA aux plus jeunes, des garanties sur le versement des APL… et une application réelle des droits individuels des personnes (déjà acquis/conquis).

A la baisse des prestations, à la généralisation de la précarité, aux difficultés de logement ou d’accès aux soins, s’ajoute l’isolement qui détruit les êtres dans leur humanité et leur dignité. Des milliers d’associations agissent quotidiennement auprès des personnes les plus fragiles. Elles participent à la création du lien social, s’engagent dans les territoires et agissent pour permettre l’accès aux droits, à la culture et aux loisirs.
ARGUMENTAIRE LONG : Depuis le 17 novembre 2018 des citoyens vêtus de « gilets jaunes » manifestent dans toute la France. Ce fort mouvement contre la politique globale d’Emmanuel Macron secoue la France. Ce mouvement est original par ses formes, les manifestants vêtus de « gilets jaunes » bloquent les routes, des points de circulation stratégiques et refusent tout encadrement et porte-parole. Ce mouvement « horizontal» dans lequel les réseaux sociaux jouent un rôle important pour la mobilisation désoriente la classe politique, les syndicats comme les commentateurs politologues, journalistes, sociologues… Le gouvernement, tout en déclarant comprendre les « gilets jaunes », les écouter, répète aussi ne pas changer le cap des politiques contestées, donc ne rien modifier des injustices sociales, environnementales, culturelles, territoriales  qu’elles induisent, renforçant le sentiment de mépris des manifestants, leur colère et leurs légitimes revendications. La légitimité gouvernementale s’en trouve fortement contestée. Mais le mouvement des « gilets jaunes » pose bien plus de questions encore pour la démocratie, la société civile, les institutions.
Le CAC en a fait une analyse par la voix de Jean-Claude Boual, à travers dix thèses à propos des « gilets jaunes », dix thèses pour les associations et dix contre-thèses à propos du macronisme (Lire ici ).

Ce mouvement rejoint les préoccupations des acteurs du secteur associatif, qui demande une vraie reconnaissance de son utilité sociale par la création d’un plan pérenne de 1 Milliard d’euros nécessaire pour maintenir le soutien de l’État et construire avec les associations une véritable politique d’accompagnement des personnes les plus en difficulté.

TRAVAIL SOCIAL

Issus du mouvement « Nuit Debout »,  une dizaine de personnes, travailleur·euse·s sociaux·ales, « décide d’écrire un texte pour expliquer la situation actuelle du travail social, pour la penser et envisager son avenir. Le manifeste du travail social est le résultat de ces échanges et des rencontres initiées par cet écrit collectif. Ce manifeste tente de montrer à quel point le néo-libéralisme s’attaque avec méthode et continuité à l’État social né de la seconde guerre mondiale et du Conseil National de la Résistance. Ce mouvement s’accélère. Les attaques se font plus massives et plus déterminées que jamais. Dans le même temps, et par contraste, nous cernons avec acuité en quoi le travail social est plus que jamais utile à une société juste et humaine. Plus que de le sauver, tellement dénaturé qu’il est par endroit, cet ouvrage (nous invite) à le refonder. »

PROTECTION SOCIALE

La nécessité de mieux connaitre et préserver les conquis sociaux comme la sécurité sociale a poussé le CAC à produire un livret sur son historique car le système de protection sociale que nous connaissons aujourd’hui n’est ni condamné, ni obsolète. Vous pouvez télécharger le BREF HISTORIQUE DE LA PROTECTION SOCIALE rédigé par Jean-Claude Boual. Vous y trouverez une analyse des évolutions des politiques sociales sous l’effet du néolibéralisme. « La protection sociale est aujourd’hui un des principaux piliers de notre démocratie, de notre mode de vie et de notre civilisation. La triturer demande donc beaucoup de prudence et de précautions... et certainement pas des affirmations péremptoires basées le plus souvent sur des «études» idéologiques défendant les intérêts corporatistes et les intérêts des classes dirigeantes. »
Sur cette question, le CAC soutient et appelle à la mobilisation pour la défense des services publics porté par le Collectif National Convergence-SP

CONTRAT A IMPACT SOCIAL (CIS)

La financiarisation de l’action associative, notamment dans le travail social, se retrouve dans la construction d'un modèle de "partenariat public-Privé" à travers le French Impact et les Contrats à Impact Social (selon le modèle anglo-saxon des Social Impact Bond) livrant au lucratif, aux banques, aux fondations, les politiques sociales de solidarité. Vous trouverez notre analyse dans le dossier complet publié par le CAC

UFISC

Le projet « Culture, Biens Communs et Économie Solidaire : animation des solidarités locales », proposé par l'UFISC et ses organisations membres, est né de la volonté de réunir les acteurs culturels et au delà, pour construire, ensemble, un référentiel de valeurs autour des notions de Culture, de Communs, de Solidarités.
Quatre grandes thématiques fondamentales sont explorées :
La financiarisation vs action citoyenne
La richesse et la valeur, indicateurs et utilité sociale, Biens Communs et gouvernance partagée.
Les droits culturels
Les droits culturels comme composante des droits fondamentaux, diversité culturelle et développement des initiatives citoyennes.
La protection sociale
Les enjeux de solidarité professionnelle, les droits sociaux et évolution du pacte social.
Les processus de coopération
Organiser le dialogue entre acteurs du territoire, la co-construction, les pratiques entre acteurs pour faire ensemble, questionner les processus de coopération, affirmer leur reconnaissance.
RESSOURCES : - Communiqué du CAC (septembre 2018) : Le « Plan Pauvreté » de M. Macron : un pauvre plan
- Article de Libération le 15/01/2018
- Livret du CAC "Bref historique de la protection sociale en France "(2017)
- Les contrats à impact social, ou comment faire financer l’action social par des fonds privés
- Pour un plan de 1Md€ pour la vie associative – lettre ouverte–
- Le RAC (Réseau Action Climat) : propose 6 réformes fondamentales "POUR UNE SOCIÉTÉ PLUS ÉCOLOGIQUE ET PLUS JUSTE »
- Vidéo résultant d’une recherche collective de 3 ans entre chercheur.ses et associations pointant le décalage entre le « droit de tous » (représenté par le droit de l’Etat) et le droit de chacun, et suit les associations qui se battent pour rendre efficient et démocratique ce droit surtout pour les minorités non « prévues » dans les applications.
Lundi20MaiPourUneSocieteDeLaSolidari (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:51, mise à jour le 10.07.2019 à 10:25.

#5 // LES ASSOCIATIONS, UN RÔLE INDISPENSABLE DANS LA SOCIETE // Vive la subvention : Les associations citoyennes innovent, créent, agissent. Nous demandons le non recours aux dispositifs de mise en concurrence, et le droit à des subventions de fonctionnement pérennes, pluriannuels, reconnaissant l’initiative des projets associatifs.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Les associations, un rôle indispensable dans la société
DATE : 27.05.2019
RESEAUX SOCIAUX : Les @AssosCitoyennes innovent, créent, agissent. Cela nécessite des #subventions de fonctionnement pérennes, pluriannuels, reconnaissant l’initiative des projets associatifs. Refusons la mise en concurrence #MobilisationAssociations http://cedsdac.associa
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi27mailesassociationsunroleindis_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Télécharger l'affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Télécharger l'affichette générale noir&blanc
lundi27mailesassociationsunroleindis_aff_sem5_27_05_250.jpg
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 5 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 5 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : La subvention est le mode normal de financement des associations qui œuvrent pour l'intérêt général et le bien commun. Cependant sa part dans les budgets associatifs est passée de 34 % en 2005, à 20 % en 2017 ! A la place, ce sont les usagers eux-mêmes qui compensent : leur participation est passée de 32 % à 42 % sur la même période.
Ni la philanthropie (4% du financement associatif, dont 95% captés par les 150 plus grosses structures), ni les appels d’offre (même déguisés en appels à projet), qui poussent les associations dans une logique concurrentielle, ne remplaceront la puissance publique.
L'argent public est celui des citoyens, les élus n'en étant que des gestionnaires temporaires. Il est donc normal qu'une partie revienne à la société civile sous forme de subventions de fonctionnement, pour des projets d'utilité sociale portés localement par les petites et moyennes associations.
ARGUMENTAIRE LONG : Face à l’indignation suscitée par la suppression brutale des emplois aidés, le Premier Ministre a annoncé à l'hiver 2017 une concertation avec le secteur associatif afin de fonder « une politique ambitieuse de la vie associative ». Le CAC était invité pour la première fois depuis plusieurs années à faire part de ses analyses et de ses propositions. Voir ici les propositions phares qu’a défendues le CAC lors de cette concertation.

Un contexte de profonde remise en cause de l’action associative :
Ces propositions se situent dans un contexte qui n’est pas neutre. Depuis plusieurs années, les associations citoyennes alertent les gouvernements successifs sur les conséquences de la diminution structurelle des subventions publiques, leur instrumentalisation à travers les appels d’offres, la précarisation de l’emploi associatif. Les subventions publiques aux associations ont diminué de 16 milliards d’euros depuis 2005. Les appels d’offres qui les ont remplacés ne représentent en regard que 10 milliards d’euros, et seules les structures les plus importantes y ont accès. Les pouvoirs publics « se déchargent progressivement sur les associations d’un nombre toujours plus important de missions d’utilité sociale, sans que les financements soient proportionnels aux transferts de charges », comme le souligne un récent rapport d’information du Sénat. Le même rapport souligne les « conséquences désastreuses » de la suppression des emplois aidés, décidée brutalement et sans concertation à l’été 2017.
À travers de telles mesures, le gouvernement montre chaque jour sa méconnaissance de réalité sociale et sa volonté de ne conserver de l’action associative que les segments les plus rentables, pour les confier à des entreprises privées ou à des associations banalisées. Il rêve de start-up et de « French impact », en dehors de toute réalité.

Dans la concertation engagée depuis novembre 2017 par le gouvernement, ces questions ont été posées, et bien d’autres. Seront-elles entendues ? À ce stade, rien ne le prouve. Le gouvernement a reconnu qu’il existe un malaise, mais prétend apporter des solutions à travers un supplément de crédits de 25 M€, ce qui est bien évidemment sans commune mesure avec l’ampleur de la question, et par des exonérations sociales et fiscales qui n’intéressent que les 10.000 plus grosses associations. Il préfère choisir parmi les dizaines de propositions des associations celles sur lesquelles il pourra communiquer à peu de frais.
Une réflexion d’ensemble sur le rôle et le devenir des associations est indispensable, afin de déterminer les conditions de leur financement public stable et dans la durée. Cette discussion, ne peut pas faire l’économie d’une évaluation et d’un bilan des politiques menées depuis 15 ans. On s’apercevra que celles-ci constituent un recul phénoménal en termes de lien social, de démocratie d’éducation citoyenne et de coopération, et coûtent beaucoup plus cher à la collectivité que des actions associatives désintéressées, alors que les associations citoyennes, par leur maillage de terrain, remplissent des fonctions indispensables.
Lundi27MaiLesAssociationsUnRoleIndis (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:02, mise à jour le 25.07.2019 à 18:22.

#6 // POLITIQUES PUBLIQUES,DEMOCRATIE, INTERVENTION CITOYENNE // Pour des services publics partout pour exercer tous nos droits.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Politiques publiques, Démocratie et Intervention citoyenne
DATE : 03.06.2019
RESEAUX SOCIAUX : Pour des #servicespublics partout pour exercer tous nos #droits, ils sont notre #BienCommun ; refusons le programme #ActionPublique2022 (#AP22) ; arrêt des privatisations et des fermetures des #servicespublics - #MobilisationAssociations http://cedsdac.a
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi10juinpolitiquespubliquesdemocrati_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi10juinpolitiquespubliquesdemocrati_aff_sem6_03_06_250.jpg
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 6 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 6 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : Les services publics (bureaux de poste, hôpitaux, maternités, perception et services de l’État, ligne de chemin de fer, logement…) ferment sur tout le territoire sur injonction du gouvernement, pour « faire des économies », mais aussi pour livrer notre société aux intérêts des grands groupes multinationaux (banques, GAFAM, entreprises du CAC 40). Ces fermetures détruisent les conditions de vie des habitants, elles sont aussi à l'origine de la mobilisation des « gilets jaunes » et de la population qui les soutiens. Les services publics sont le moyen le plus efficace pour que les citoyens, les résidents, les associations puissent exercer leur droits les plus élémentaires. Ils sont indispensables à la vie en commun et facteur de lien social. Leur destruction délite notre société. Il est urgent d’arrêter cette politique et reconstruire sur tout le territoire des services publics adaptés aux besoins des populations.
ARGUMENTAIRE LONG : Les services publics et la Fonction publique sont notre bien commun !
Extraits du texte d’Appel à la mobilisation de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics adopté le 8 mai 2019

De trop nombreux services publics disparaissent sur le territoire national : maternités et hôpitaux, gares, postes, tribunaux, écoles, crèches, EPHAD, mairies, collèges et lycées, agences EDF, perceptions et centres des impôts, CIO, commissariats, gendarmeries, agences de Pôle emploi, caisses de la CPAM, services de l’État, …. La Caisse des Dépôts et Consignations est soumise aux règles bancaires du privé, Aéroport De Paris est en voie d’être privatisé, EDF est démembré pour mieux vendre sa partie rentable… C’est une spoliation des citoyennes et des citoyens qui les ont financés par leurs impôts.

Les services publics sont essentiels au développement et à l’aménagement du territoire.


Leur accès pour toutes et tous, sans discrimination, est facteur de vivre ensemble et vecteurs d’égalité. Leur présence sur tout le territoire permet l’accès aux mêmes droits.

Ils sont aussi la première raison d’implantation des entreprises et des investissements réalisés.

La disparition des services publics rend la vie plus compliquée et même extrêmement difficile aux populations aussi bien dans les zones rurales que dans les quartiers populaires et même en ville aujourd’hui. Elle est une des causes fondamentales, avec l’injustice fiscale, de la mobilisation des gilets jaunes et suscite des ripostes citoyennes locales d’importance alliant usagers, personnels et élus.

Au nom du progrès et d’une accessibilité permanente, le gouvernement rend la numérisation via Internet obligatoire. Désormais l’informatique au lieu d’aider à l’adaptabilité du service public aux besoins des usagers oblige ceux-ci à se plier aux impératifs économiques d’austérité en limitant ses choix et possibilités de contacts et de recours. C’est non seulement une source d’exclusion mais aussi un report du coût et de la responsabilité sur chaque usager.

Le gouvernement, par une série de mesures et de lois (dans la droite ligne des exigences libérales de la commission européenne), toujours présentées avec un vocabulaire trompeur et au nom des usagers, modifie l’architecture complète de notre société et nous engage dans un système où tout doit être « marchandise » : notre santé, notre école, toutes les prestations sociales. L’administration elle-même devrait selon lui être assurées par des entreprises privées (banques, GAFA, …).
Tout cela est inscrit noir sur blanc dans le programme Action Publique 2022 . Ce serait la fin de services publics nationaux et locaux, de la sécurité sociale, le basculement général d’une société de solidarité vers une société de charité.

L’administration du pays n’est pas l’affaire que des fonctionnaires, mais de la société toute entière !


  • Le statut général de la Fonction publique n’est pas un privilège. Il garantit à tous les usagers l’égalité de traitement. Il est indispensable pour assurer l’indépendance du fonctionnaire afin qu’il puisse exercer ses missions dans le respect de la légalité, sans discrimination, à l’abri le plus possible des pressions. Il s’agit bien de service à la population sans privilèges pour quelques-uns.

Une fonction publique laïque et neutre est une des conditions de la démocratie et des libertés pour toutes et tous.

De façon plus générale le statut des fonctionnaires permet d’exercer le droit en dehors des pressions hiérarchiques et gouvernementales : il permet par exemple à un agent des finances publiques d’exercer sa mission de contrôle fiscal à l’abri de toutes pressions économiques, politiques ou hiérarchique. De même le statut des cheminots permet au conducteur de refuser le départ du train si la sécurité des passagers est en cause. C’est une garantie que le travail se fait pour l’intérêt général et non pas pour des intérêts particuliers. Il oblige également le fonctionnaire à accepter d’être nommé là où on a besoin de lui : c’est ce qui permet la présence de la fonction publique sur l’ensemble de notre territoire.

Les services publics sont un bien commun à tous les citoyennes et citoyens, il convient de les reconquérir.
Faire le choix des services publics c’est faire le choix collectif d’une société solidaire qui refuse le « chacun pour soi ».
RESSOURCES :
Lundi10JuinPolitiquesPubliquesDemocrati (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:58, mise à jour le 10.07.2019 à 10:27.

#7 // POUR UNE SOCIETE DE LA SOLIDARITE, JUSTICE SOCIALE // Contre la privatisation et la marchandisation de l’action sociale, une politique sociale concertée et ambitieuse pour une solidarité de proximité passe par de nouveaux moyens au bénéfice des petites et moyennes associations.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Pour une société de la solidarité, justice sociale
DATE : 10.06.2019
RESEAUX SOCIAUX : @AssosCitoyennes pour la campagne #MobilisationAssos
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi24juinpourunesocietedelasolidar_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi24juinpourunesocietedelasolidar_aff_sem7_10_06_250.jpg
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 7 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 7 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : Le CAC s’interroge sur la nécessité qu’il y aurait d’affecter le principal effort de la puissance publique dans le secteur social à quelques acteurs de la solidarité, à travers des appels d’offre d’un nouveau type. Le gouvernement ne semble plus posséder qu’un seul modèle économique, incertain, pour le secteur social, entre les partenariats-privé-public des « contrats à impact social » et le changement d’échelle de la « French Impact ».
La solidarité n’est pas un marché ouvert à la concurrence ! L’action sociale repose sur un vaste ensemble d’acteurs. Les petites et moyennes associations, ont vu fondre les moyens dont elles disposent comme la baisse drastique des subventions et la perte des emplois aidés. Nous demandons la création d’un fonds d’urgence de 1Md€ indispensable à la solidarité de proximité et au maintien d’un lien social fort entre tous les citoyens.
ARGUMENTAIRE LONG : Les bénéfices pas nets des Contrats à Impact Social

Ce nouveau dispositif introduit depuis peu dans le secteur de l’Action Social offre la possibilité à des investisseurs de spéculer sur des actions destinées aux plus fragiles au sein de la société, ce qui ne manque pas d’interroger à maints niveaux :

Le 7 mars dernier, Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’Économie Sociale et Solidaire, a annoncé vouloir redonner un second souffle aux Contrats à Impact Social (CIS), un dispositif ouvert en 2016. Sa particularité consiste à créer des Partenariats Privé Public (PPP) dans le secteur de l’Action Sociale, c’est-à-dire que des investisseurs institutionnels ou privés financeraient une action de solidarité et en contrepartie pourraient en tirer des bénéfices.
Comment peut-on se faire de l’argent sur le dos des plus démunis ? Les promoteurs des CIS se défendent de tout amoralisme car, mettent-ils en avant, les bénéfices retirés de l’action financée ne le seraient qu’en fonction des résultats observés sur le terrain. Les CIS ne viendraient pas concurrencer les dispositifs classiques de l’Action Sociale, mais concerneraient des actions particulièrement innovantes avec un système de mesure particulier de leur impact social. Cela justifierait donc la culbute par deux du coût d’un CIS par rapport à des dispositifs financés de manière traditionnelle par des subventions publiques. En effet, au prix de l’action en elle-même d’un CIS se rajouteraient les intérêts versés aux investisseurs, mais aussi le coût des intermédiaires entre les financeurs, l’association support de l’action et les pouvoirs publics (payeurs in fine), ainsi que le coût de l’évaluation du groupe cible, comme du groupe témoin d’ailleurs, puisqu’il faut bien constituer un groupe ne bénéficiant pas du dispositif pour pouvoir mesurer l’écart avec celui en bénéficiant et calculer le versement des intérêt « au mérite » en fonction de cet écart.

Une absence de caractère innovant

Depuis janvier 2017, et un premier colloque sur ce thème, le Collectif des Associations Citoyennes s’élève contre la pertinence de la création de tels PPP dans le secteur de la Solidarité. Il rappelle tout d’abord le rapport du sénat concernant les PPP dans le secteur des Travaux Publics et que la Haute Chambre avait qualifiés de véritables « bombes à retardement ». Au-delà même de la multiplication par 2 du financement de ces actions pour la Puissance Publique, le CAC tient à examiner le plus objectivement possible les arguments des thuriféraires des CIS. Du propre discours de ces derniers, 3 conditions apparaissent comme indispensables à leur justification : tout d’abord que l’action soit limitée dans le temps car, s’il serait moral de se faire de l’argent en montant une action sociale, c’est parce que cette action est ciblée et ponctuelle et donc bien moins chère que des dispositifs pérennes et moins innovants ; ensuite il faut que l’étude comparative entre le groupe cible et le groupe témoin puisse se faire sur des bases suffisamment scientifiques, c’est-à-dire avec des critères objectivables ; enfin, et pour le moins, il faut que l’action innovante, au-delà d’une phraséologie très nov’ langue issue du « nouveau monde », se distingue réellement des actions classiques que le Travail Social avait déjà expérimentées et qu’il finance à moitié coût.
Le Monde du 8 mars décrivait, dans un article intitulé « les débuts laborieux des Contrats à Impact social », les 3 nouveaux CIS validés récemment par le Haut-Commissariat à l’ESS pour un coût global de 9,7 millions d’euros. L’action de la Cravate Solidaire consiste à prêter un ensemble costume-cravate aux demandeurs d’emploi avant un entretien d’embauche, mais aussi à les coacher. On retiendra que la mesure n’est pas particulièrement innovante : la préparation aux entretiens d’embauche fait toujours parti des stages que propose Pôle Emploi. L’association Wimoov s’adresse aux bénéficiaires du RSA pour les conseiller sur leur stratégie de déplacement pour rejoindre un emploi ou une formation. Le caractère innovant du CIS dont bénéficierait dorénavant Wimoov consisterait à financer un outil numérique pour créer un diagnostic par Internet de la situation du bénéficiaire. C’est sans doute oublier que les bénéficiaires du RSA sont souvent des personnes isolées pour lesquelles la remobilisation dépend surtout d’une présence humaine à leur côté et non d’un logiciel aussi intelligemment soit-il programmé. Enfin, l’association Article Un a pour vocation d’encourager les jeunes ruraux boursiers à « oser choisir » des études longues et difficiles. A bien connaître ces publics on se demande si les freins à leur ambition reposent réellement sur une dimension psychologique - parce qu’ils n’oseraient pas choisir - ou si ce qui les contraint ne consiste pas plutôt en la limitation en montant et en durée des bourses de l’enseignement supérieur, qui n’ont pas ou si peu été revalorisées depuis des années.
On le voit bien, les actions proposées ne possèdent intrinsèquement aucun caractère innovant. Elles ne peuvent être cependant espérées comme innovantes que parce qu’il existe un véritable recul dans le subventionnement des actions classiques. Faute de moyens financiers conventionnels suffisant, des décideurs politiques et des acteurs de l’action sociale en viennent à souhaiter l’émergence de ces CIS. La seule véritable innovation ne tient pas dans les actions promues par les CIS, mais dans le montage financier en lui-même des CIS. L’innovation est ce mythe sur lequel s’est construit le capitalisme lui-même : par le jeu de la concurrence le capitalisme détruit violemment des emplois et des entreprises pour permettre l’émergence d’autres, mais cette « destruction créatrice » (Joseph Schumpeter, que n’hésite pas à citer Emmanuel Macron) se révèlerait finalement positive, puisque les emplois et les entreprises nouvelles seraient plus innovant que ceux laminés. On a bien là dans le cas des CIS une figure du mythe qui consiste à vouloir substituer le financement par subvention par celui par l’investissement, en parant ce dernier par principe et non par démonstration d’attributs innovants.

Le véritable enjeu

Il faut comprendre le changement de paradigme actuel dans le Contrat Social pour mieux saisir les facteurs d’émergence des CIS. Antérieurement, tout au long du 20° siècle dans les pays industrialisés en mesure de fabriquer les produits de consommation de masse dont avaient besoin les populations, il convenait de payer suffisamment les salariés pour qu’ils puissent acquérir ces produits. C’est ce qu’on appelle le compromis fordien (Henry Ford souhaitant que ses employés puissent acheter eux-mêmes les voitures qu’ils produisaient). Bien sûr, ce Contrat Social, qui ne permettait pas la maximalisation des sommes investies par le Capitalisme, reposait aussi sur un système de concurrence idéologique avec le Socialisme, dont il fallait se démarquer des promesses de lendemains radieux en offrant l’accès dès aujourd’hui au consumérisme. De manière corollaire, le compromis fordien s’interdit à l’époque de se faire de l’argent sur les actions envers les miséreux et les invalides et sanctuarisa alors le secteur de la Solidarité de toute marchandisation.
A la chute du mur de Berlin (1989) et des régimes communistes qui s’ensuivirent, le Capitalisme n’avait plus d’adversaire idéologique. Il pouvait alors revenir à l’une de ses tendances les plus profondes, la maximalisation immédiate de ses profits. Fin alors du compromis fordien (abrogation par exemple de l’indexation des salaires sur l’inflation) et glissement de plus en plus fort du capitalisme industriel vers le capitalisme financier et spéculatif. Ce dernier, dopé en plus par la faiblesse des taux d’emprunt, dispose désormais d’une force d’investissement énorme. Face à la faiblesse progressive du pouvoir d’achat des salariés, ce nouveau capitalisme se lance à la recherche effrénée de nouveaux marchés. Pour en trouver, il lorgne désormais sur les domaines auparavant préservés du social, de la culture et de l’humanitaire.
Il reste cependant à trouver la martingale, l’outil financier, qui permettrait de pénétrer ces nouveaux marchés. C’est ainsi qu’émergea bientôt toute une réflexion sur les « titres à impact » (social, culturel, humanitaire) et que quelques expériences furent tentées dans les pays anglo-saxons. Dans le secteur de l’action sociale, ces titres prirent dans ces pays le nom de « Social Impact Bonds » (SIB). La démarche s’institutionnalisa en 2013 quand le G8, alors présidé par David Cameron, décida de promouvoir ces titres dans les pays les plus riches, comme nouveau moyen de financement des secteurs non-marchand. Une taskforce fut réunie sous l’autorité de Sir Ronald Cohen pour coordonner l’application et la généralisation de ces titres dans les pays du G7 et, en France, ce fut Hugues Sibille (alors vice-président du Crédit Coopératif et qui en préside désormais la fondation) qui chapeauta son comité national.
L’argumentation principale d’Hugues Sibille pour justifier l’introduction en France des CIS, c’est que ceux-ci comporteraient plus de garde-fous que les SIB anglo-saxons : un moindre taux d’intérêt (autour de 6 % et non pas de 13 % comme ailleurs) et un refus de la titrisation de ces investissements. Sur ce dernier point, qu’on puisse en douter, car comment des fonds spéculatifs présents dans le tour de table des investisseurs pourront résister longtemps avant de monnayer leurs investissements sous forme de titres échangeables ?

Le diable s’habille en PRAHDA

Fin 2016, le ministère de l’Intérieur lance le premier CIS français sous forme d’un appel d’offre pour la création de 5000 places d’accueil d’urgence pour les demandeurs d’asile. Il s’agit du Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile (PRAHDA). Un fonds va être créé pour la circonstance : appelé Hémisphère, il est doté de 200 millions d’euros, apporté pour une moitié par la Banque de développement du Conseil de l’Europe et pour l’autre par 6 investisseurs institutionnels : Aviva France, BNP Paribas Cardif, la CDC, CNP Assurance, la MAIF et Pro BTP.
Hémisphère achète au groupe Accor 62 vieux hôtels Formule 1 qui vont devenir les nouveaux centres d’accueil des demandeurs d’asile. Il en confie la gestion à l’Adoma (ancienne Sonacotra, qui gérait les foyers de travailleurs immigrés), une société mixte. Hémisphère promet un taux de rémunération fixe de 3,5 % à ses investisseurs, soit à peu près le double de ce que rapporte un prêt immobilier à des particuliers. Mais ce taux augmentera encore, en fonction d’objectifs sociaux suffisamment basiques pour être facilement atteignables.
Pour permettre cette rentabilité, Hémisphère et l’Adoma vont rogner au maximum sur le coût des nuitées qui sont payées par l’Etat : c’est ainsi que des familles de 4 personnes vont être entassées à 4 dans 7 m2 ou que les « encadrants sociaux » sont souvent non-diplômés du secteur social et peuvent ne se retrouver qu’à deux pour mettre en place l’accompagnement social et l’accès au droit de plus de 80 hébergés…
Au total, guère de travail d’insertion possible dans les Prahda, tant il ne s’agit que de parer à l’urgence avec des moyens ridiculement faibles. Mais les financeurs auront réussi avec ce premier CIS une belle opération spéculative.

Un manque de rigueur évaluable

Grand sujet aussi d’étonnement pour les observateurs de l’introduction des CIS en France, le caractère précipité de leur introduction et le manque d’évaluation de leur pertinence. Pourtant, c’est sur cet aspect méthodologique et scientifique de l’évaluation que les promoteurs des CIS veulent se démarquer des pratiques de financement antérieures de l’Action Sociale par subventions publiques. Selon ces « modernes », le modèle par subvention antérieur aurait été globalement incapable de justifier de l’impact social de ses actions. Or les laudateurs des CIS semblent manquer eux aussi cruellement d’évaluation de leurs actions. Pourquoi ne disent-ils pas que l’expérience de Peterborough, la prison anglaise qui fit l’objet d’une des premières actions financées sous forme de SIB et centrée sur les questions de récidives des détenus sortant, ne fut jamais conduite jusqu’à son terme et s’avéra donc non évaluable ? Pourtant c’est bien ce mythe fondateur qui est souvent évoqué par les partisans des SIB/CIS. Pourquoi avant la phase de généralisation des CIS en France, il fallut une astuce sémantique pour dire que la phase de tests avait été évaluée, non pas parce que les premiers CIS signés en France l’eussent été à la fin de leur action, mais parce que c’est le processus de leur sélection qui l’a été ?
Actuellement, alors que le Haut-Commissariat à l’ESS pousse à la roue pour passer à la phase de massification des CIS, aucune expérience préalable n’a encore été conduite jusqu’à son terme et n’a donc pu être évaluée.
Pourquoi également opposer aux mouvements citoyens désireux d’observer les CIS l’introduction d’un « secret des affaires » dans le champ de la Solidarité pour refuser de communiquer sur les conditions du montage de l’action entre les différents acteurs concernés ?
Ces CIS, coûteux pour la puissance publique, guère innovant par rapport aux pratiques antérieures du secteur de l’Action Sociale, non encore testés, dissimulés par le secret des affaires et conduit au pas de course, n’ont convaincu en France ni l’institut Godin, un think tank de l’ESS, ni le Haut Conseil à la Vie Associative. Et à l’extérieur de l’hexagone ils n’ont pas obtenu davantage la validation de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques. En France, il ne séduit qu’un segment étroit de l’Économie Sociale et Solidaire, celui des Entrepreneurs sociaux, qui rêve d’hybridation entre l’ESS et l’économie marchande. Ils sont réunis notamment au sein du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux (Mouves, dont Christophe Itier fut président). Le Mouves compte également dans ses actuels administrateur son ancien président, Jean-Marc Borello, président de SOS, le tentaculaire groupe d’entrepreneuriat social avec ses 14 000 salariés et ses 350 établissements, et acteur de 2 des 3 projets nouvellement élus présentés par Christophe Itier, puisque l’association Wimoov appartient au groupe SOS et que le fonds Inco présent dans le financement de la Cravate Solidaire, a été fondé au sein du groupe SOS et s’appelait alors Comptoir de l’innovation.
Nous avons donc d’un côté une tendance lourde du capitalisme mondial actuel à promouvoir les SIB par l’intermédiaire des pays les plus riches du monde, afin de pénétrer de nouveaux marchés et de trouver les nouveaux outils pour en tirer des profits. De l’autre, nous avons en France une petite coterie, liée par l’entre-soi et le sens des affaires, qui tente de se placer sur le marché émergent des CIS.
Ils ne sont pour l’instant que 6 de ces contrats à avoir bénéficié de l’imprimatur de Haut-Commissariat. Mais ces CIS pourraient aussi séduire des collectivités territoriales, dont les moyens pour subventionner l’Action Sociale ont drastiquement diminué. En faisant l’impasse sur le futur et le moment où la note finale leur sera présentée, ces collectivités pourraient accroître le nombre des CIS. Souhaitons que ces Contrats, coûteux pour la collectivité et n’ayant en rien prouvé leur caractère innovant, passent à la trappe de l’Histoire, juste retenus par Celle-ci à titre anecdotique comme un de ces tâtonnements que le Capitaliste du 21° siècle aura effectué dans sa quête de nouveaux marchés solvables.
CONTACTS : à venir
Lundi24JuinPourUneSocieteDeLaSolidar (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 19:03, mise à jour le 10.07.2019 à 10:29.

#8 // LES ASSOCIATIONS, UN ROLE INDISPENSABLE DANS LA SOCIETE // Pour un emploi associatif qualifié et de qualité, garanti par des conventions pérennes, pluriannuelles, permettant aux salarié.e.s de sortir de la précarité sans déroger au droit du travail. Pour un plan d’urgence de 100.000 emplois aidés.

Actualisation : En cours
THEME DE LA SEMAINE : Les associations, un rôle indispensable dans la société
DATE : 17.06.2019
RESEAUX SOCIAUX : Pour un #EmploiAssociatif de qualité permettant aux @AssosCitoyennes d’agir pour #coopération #solidarité #environnement… ; des moyens stables et pluriannuels garantis par l’Etat ; 1 nouveau plan de 100.000 emplois aidés #MobilisationAssociations
AFFICHETTES A TELECHARGER
lundi3juinlesassociationsunroleindis_aff_gen_sai1_250.png
Lien affichette générale couleur : Affichette générale couleur
Lien affichette générale noir et blanc : Affichette générale noir&blanc
lundi3juinlesassociationsunroleindis_aff_sem8_17_06_250.png
Lien affichette de la semaine couleur : Affichette semaine 8 couleur
Lien affichette de la semaine noir et blanc : Affichette semaine 8 noir&blanc
ARGUMENTAIRE COURT POUR AFFICHETTE : Le CAC revendique un financement pérenne des activités associatives ayant une dimension de service public, non lucratives, reconnues d’intérêt général, en particulier portées par les petites et moyennes associations au service de la société toute entière.
La politique actuelle de remise en cause des associations est de même nature que la remise en cause des services publics, de l’éducation, de la santé publique, de la qualité de l’accompagnement dans les EHPAD, de la Justice, etc. Cette politique menée depuis 15 ans, loin de favoriser la compétitivité, accroît de façon abyssale les inégalités, au seul bénéfice des 0,1 % les plus riches.
Nous demandons une évaluation partagée pour définir un véritable plan de soutien à l’emploi associatif, incluant la création de 100.000 nouveaux emplois aidés durables qui ne dérogent pas au droit du travail.
ARGUMENTAIRE LONG : Bénévole, stagiaire, salarié, emploi aidé, volontaire, qui intervient dans une association ? Sous quel statut ? Pour y faire quoi ? 2 questions sont sous-jacentes et ne doivent pas être confondues : celle du projet associatif, sa définition, sa mise en œuvre, et celle du travail mis en œuvre pour y parvenir. Travail, emploi, salaire sont autant d’aspects distincts d’une même réalité appelée objet social. Depuis sa création le Collectif des Associations Citoyennes rappelle que si 1,5 millions d’associations agissent sur le territoire, l’immense majorité (près de 9 sur 10) fonctionnent sans salarié, et 55 % des associations employeuses n’en comptent que 1 ou 2. (https://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/insee_premiere_1587_associations.pdf).

Le secteur associatif est un acteur clé de l’emploi en France. Il représente 7 % de l’emploi en passant de 600 000 postes en 1980 à environ 1,8 millions actuellement, soit 1,3 million ramené en ETP (Équivalent Temps Plein). Mais il est fortement marqué par une grande précarité, 53 % des salariés associatifs seulement sont en CDI, contre 88 % dans le privé lucratif et 83 % dans la fonction publique.

Selon la récente étude menée par Viviane Tchernonog (le paysage associatif français) 200.000 associations ont été crées en 6 ans, ce qui porte à 1,5 millions le nombre d’associations en 2017. Une forte vitalité donc toutefois caractérisée par 2 faits inédits : - des conditions d’activités et de financement en dégradation – l’emploi et les budgets des associations en stagnation.

En fait le monde associatif subit une profonde transformation de son modèle historique. Du côté politique le « plan pour la vie associative » du Ministre Attal encourage les regroupements associatifs, les (re)groupements d’employeur, les « fusion-absorption »… selon une logique comparable à celle du secteur privé lucratif (bas salaires, précarisation de l’emploi, détérioration des conditions de travail). Du côté économique il met en place des mécanismes de plus en plus sophistiqués, comme les « Contrat à Impact Social » au sein de ce que le gouvernement nomme le « French Impact ». L’objectif est clair : créer des « méga-associations » bénéficiant de tous les financements publics comme privés, et menant les projets décidés ailleurs dans des appels d’offre.

D’un autre côté une multitude de petites associations se voient retirer petit à petit l’appui de l’État, et les collectivités locales ne peuvent plus compenser ces manquements. Ces associations qui créent un maillage territorial quotidien, au plus près des gens, et assurant des fonctions indispensable à la vie en société (action culturelle, maintien du lien social, vitalisation des territoires ruraux ou urbains, éducation à l’environnement…) perdent leur capacité à agir dans le long terme, demandant une implication de plus en plus forte de bénévoles eux-mêmes en difficulté face aux lourdeurs des dossiers administratifs.

La conjugaison de ce double aspect d’une même politique amène directement à un recul du modèle associatif :
1- L’initiative des projets associatifs échappe aux associations elles-mêmes, sous la contrainte des politiques d’appel d’offre généralisées. Cette instrumentalisation du secteur associatif est ainsi amplifiée par des logiques de mise en concurrence des associations entre elles, mais aussi avec le secteur privé.
2- La forme et la durée de ces nouveaux modes de financement agissent en creux sur l’emploi au sein des petites et moyennes associations ne pouvant plus se projeter dans la durée. Il devient plus difficile de proposer un emploi qualifié, stable, alors que de plus en plus d’animateurs et/ou éducateurs se trouvent disponibles sur le marché de l’emploi. Les responsables associatifs ont bien conscience que les salaires proposés, comme les conditions de travail, ou la garantie d’un emploi en CDI ne sont plus supportables pour ces associations qui ne sont plus soutenues à la hauteur de leur engagement.

A l’autre bout de la chaîne, des méga-structures utilisant la forme associative voient le jour. Elles bénéficient de toutes les aides publiques, au nom des concepts libéraux d’efficience et d’efficacité. A titre d’exemple, le groupe SOS créé par Jean-Marc Borello, actuel membre de l’exécutif de LREM, revendique 15 000 salariés. Ces grands groupes se développant sur le modèle privé, bien loin du projet associatif d’intérêt général. En s’appuyant sur le recours aux financements privés, ils en utilisent les mêmes ficelles (pression sur les salaires, précarité, emploi sous-qualifié) pour parvenir aux mêmes fins, la recherche d’un retour sur investissement bonifié sous l’égide su secteur bancaire.

Un emploi associatif moins cher, moins stable, moins qualifié reste tout de même un emploi associatif. Et beaucoup d’associations n’en n’ont plus les moyens. Le dernier ressort de la politique gouvernementale est donc d’y substituer d’autres formes d’acteurs associatifs dont le coût est encore moindre. Jeunes en service civique, stagiaires, volontaires, ou recours à l’apprentissage, en sont les nouvelles formes de « l’emploi déguisé » au sein des associations, en attendant demain la main d’œuvre du Service National Universel. Les propositions « d’emploi » sous ces formes se multiplient au sein même de l’agence nationale du service civique. Et ce qui était hier des « parcours de découverte » permettant aux jeunes de découvrir un univers professionnel devient de plus en plus de véritables missions confiées temporairement à des jeunes, dans un total abus de volontariat.

La suppression brutale des emplois aidés (fin 2017) a relevé de cette même logique, car même aidé, il s’agissait tout de même d’emploi que les acteurs associatifs cherchaient à consolider, investissant ainsi une part de financement public. Et si leur utilité, leur fonction dans la société a fait l’objet de plusieurs rapports parlementaires montrant leur utilité sociale (pour la personne en emploi, pour l’association et le public), c’est la logique même de l’’emploi associatif à laquelle le gouvernement s’est attaqué à travers la suppression de fait de ces emplois aidants. Et la pâle copie des Parcours Emploi Compétence (PEC) en est une bonne démonstration. A travers les PEC, le gouvernement a tenté de placer ce financement d’État sous l’angle de la formation et de l’insertion, ce qui conduit inévitablement à un échec puisque dans le même temps les capacités associatives à encadrer, accompagner, former ont été détruites. Les PEC sont aussi une négation de la richesse et de l’exigence du travail associatif pour le réduire à une simple tâche localisée au rendement insuffisant et couteux (efficience / efficacité). Il s’agit bien d’une volonté délibérée de nier l’apport des associations à un projet de société, travail articulant compétences des bénévoles et des salariés pour y substituer une recherche de rentabilité immédiate en livrant totalement le secteur social, culturel, environnemental, comme la défense des droits, ou la solidarité au secteur privé, lui ouvrant de nouveaux horizons dans sa recherche de profits.
RESSOURCES : L’AVENIR DE L’EMPLOI ASSOCIATIF – intervention du CAC lors d’un forum associatif (07/09/18)
Le « come-back » des contrats aidés ? Article Associations mode d’emploi (01/04/19)
• Étude de la DARES (09/04/19) : Le devenir des personnes sorties de contrat aidé : Une forte augmentation du taux de retour à l’emploi en 2017
Évolution de l’emploi associatif de 2014 au 1er trim 2018 une baisse de 1,3% en 1 an dans les associations - Source : Acoss-Urssaf – Recherches & Solidarités
• La note du Mouvement associatif Un soutien à l'emploi associatif indispensable (sept 18) : Contrats aidés : 1 an après, quel impact pour les associations ? A l’occasion du budget 2019, un bilan de l’impact du gel des contrats aidés sur les associations.
• Rapport de la mission « flash » de l’Assemblée Nationale (03/04/18) sur la réduction des emplois aidés dans les associations culturelles et sportives
• Rapport d’information du Sénat (21/02/18) : Réduction des contrats aidés : offrir une alternative crédible au secteur associatif
Le paysage associatif français - Premières analyses de l’étude (mai 2019)
• Communiqué du CAC « 100 000 emplois aidés de plus sont nécessaires selon le Sénat » (22/02/18)
La carto-crise des contrats aidés proposée par le syndicat ASSO (mise en place dès sept 2017)
Mobilisations -journées noires- contre la destruction des contrats aidés et du monde associatif (de sept 17 à fév18)
Lundi3JuinLesAssociationsUnRoleIndis (Fiche semaine), écrite par FredOdass
créée le 26.04.2019 à 18:55, mise à jour le 13.01.2020 à 13:45.

1 JUILLET AG du MES

Description : Assemblée générale du MES à Bordeaux
Date de l'événement : 01.07.2022
agdumes_logo-mes.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgDuMes (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:36, mise à jour le 13.07.2022 à 13:37.

12e Édition «La Petite Istanbul en fête » Paris - 3juin/3juillet + débat Libertés avec le CAC

Description : La 12e édition de « La Petite Istanbul en Fête » se déroulera du 3 juin au 3 juillet 2021 et se clôtura avec un concert interculturel qui aura le samedi 3 juillet 2021.

Cette fête du quartier qui est devenue « une tradition citoyenne » pour les habitant-e-s du quartier de la porte Saint-Denis, appelée aussi « La Petite Istanbul », est un espace interculturel rassemblant les citoyen-ne-s d’origines diverses.
Elle se veut être lieu de solidarité pour une résistance et une vigilance citoyenne contre toutes les formes de racismes, de discriminations, de nationalismes et fondamentalisme religieux. Elle promut les valeurs de justice sociale, d’égalité pour tout.e.s , de fraternité et de paix.

Date : lundi 28 juin à18h Lieu : Scène du Canal au116 quai de Jemmapes 75010 Paris
Thème : Lutte contre les discriminations et contre les atteintes à la liberté d'association et d'expression
Où le CAC intervient en la personne de François Bernard
Date de l'événement : 28.06.2021
12eeditionlapetiteistanbulenfeteparis_petiteisatnenfete.jpg
12eEditionLaPetiteIstanbulEnFeteParis2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

12e Édition «La Petite Istanbul en fête » Paris - 3juin/3juillet + débat Libertés avec le CAC

Description : La 12e édition de « La Petite Istanbul en Fête » se déroulera du 3 juin au 3 juillet 2021 et se clôtura avec un concert interculturel qui aura le samedi 3 juillet 2021.

Cette fête du quartier qui est devenue « une tradition citoyenne » pour les habitant-e-s du quartier de la porte Saint-Denis, appelée aussi « La Petite Istanbul », est un espace interculturel rassemblant les citoyen-ne-s d’origines diverses.
Elle se veut être lieu de solidarité pour une résistance et une vigilance citoyenne contre toutes les formes de racismes, de discriminations, de nationalismes et fondamentalisme religieux. Elle promut les valeurs de justice sociale, d’égalité pour tout.e.s , de fraternité et de paix.

Date : lundi 28 juin à18h Lieu : Scène du Canal au116 quai de Jemmapes 75010 Paris
Thème : Lutte contre les discriminations et contre les atteintes à la liberté d'association et d'expression
Où le CAC intervient en la personne de François Bernard
Date de l'événement : 28.06.2021
12eeditionlapetiteistanbulenfeteparis_petiteisatnenfete.jpg
12eEditionLaPetiteIstanbulEnFeteParis3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

12e Édition «La Petite Istanbul en fête » Paris - 3juin/3juillet + débat Libertés avec le CAC

Description : La 12e édition de « La Petite Istanbul en Fête » se déroulera du 3 juin au 3 juillet 2021 et se clôtura avec un concert interculturel qui aura le samedi 3 juillet 2021.

Cette fête du quartier qui est devenue « une tradition citoyenne » pour les habitant-e-s du quartier de la porte Saint-Denis, appelée aussi « La Petite Istanbul », est un espace interculturel rassemblant les citoyen-ne-s d’origines diverses.
Elle se veut être lieu de solidarité pour une résistance et une vigilance citoyenne contre toutes les formes de racismes, de discriminations, de nationalismes et fondamentalisme religieux. Elle promut les valeurs de justice sociale, d’égalité pour tout.e.s , de fraternité et de paix.

Date : lundi 28 juin à18h Lieu : Scène du Canal au116 quai de Jemmapes 75010 Paris
Thème : Lutte contre les discriminations et contre les atteintes à la liberté d'association et d'expression
Où le CAC intervient en la personne de François Bernard
Date de l'événement : 28.06.2021
12eeditionlapetiteistanbulenfeteparis_petiteisatnenfete.jpg
12eEditionLaPetiteIstanbulEnFeteParis4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

12e Édition «La Petite Istanbul en fête » Paris - 3juin/3juillet + débat Libertés avec le CAC

Description : La 12e édition de « La Petite Istanbul en Fête » se déroulera du 3 juin au 3 juillet 2021 et se clôtura avec un concert interculturel qui aura le samedi 3 juillet 2021.

Cette fête du quartier qui est devenue « une tradition citoyenne » pour les habitant-e-s du quartier de la porte Saint-Denis, appelée aussi « La Petite Istanbul », est un espace interculturel rassemblant les citoyen-ne-s d’origines diverses.
Elle se veut être lieu de solidarité pour une résistance et une vigilance citoyenne contre toutes les formes de racismes, de discriminations, de nationalismes et fondamentalisme religieux. Elle promut les valeurs de justice sociale, d’égalité pour tout.e.s , de fraternité et de paix.

Date : lundi 28 juin à18h Lieu : Scène du Canal au116 quai de Jemmapes 75010 Paris
Thème : Lutte contre les discriminations et contre les atteintes à la liberté d'association et d'expression
Où le CAC intervient en la personne de François Bernard
Date de l'événement : 28.06.2021
12eeditionlapetiteistanbulenfeteparis_petiteisatnenfete.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
12eEditionLaPetiteIstanbulEnFeteParis (LigneDeTemps)
créée le 03.06.2021 à 18:06, mise à jour le 03.06.2021 à 18:06.

12e Édition «La Petite Istanbul en fête » Paris - 3juin/3juillet + débat Libertés avec le CAC

Description : La 12e édition de « La Petite Istanbul en Fête » se déroulera du 3 juin au 3 juillet 2021 et se clôtura avec un concert interculturel qui aura le samedi 3 juillet 2021.

Cette fête du quartier qui est devenue « une tradition citoyenne » pour les habitant-e-s du quartier de la porte Saint-Denis, appelée aussi « La Petite Istanbul », est un espace interculturel rassemblant les citoyen-ne-s d’origines diverses.
Elle se veut être lieu de solidarité pour une résistance et une vigilance citoyenne contre toutes les formes de racismes, de discriminations, de nationalismes et fondamentalisme religieux. Elle promut les valeurs de justice sociale, d’égalité pour tout.e.s , de fraternité et de paix.

Date : lundi 28 juin à18h Lieu : Scène du Canal au116 quai de Jemmapes 75010 Paris
Thème : Lutte contre les discriminations et contre les atteintes à la liberté d'association et d'expression
Où le CAC intervient en la personne de François Bernard
Date de l'événement : 28.06.2021
12eeditionlapetiteistanbulenfeteparis_petiteisatnenfete.jpg
12eEditionLaPetiteIstanbulEnFeteParis5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

17 février 2022 - L'Europe et les contrats à impact social

Début de l'événement : 17.02.2022
Description : Le 17 février, une conférence réunissait Nicolas Schmit, commissaire européen responsable de l’emploi et des droits sociaux, et la secrétaire d’Etat chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire.
Ils ouvraient une table ronde entre 23 ministres de l’UE réunit pour « une première historique », selon eux : discuter ensemble de l’économie sociale et « amplifier la dynamique » du plan d’action, construit par Nicolas Schmit, pour l’économie sociale.
Dix ans après l’initiative du business social ( « Social Business Initiative ») premier plan d’action de la commission européenne pour soutenir les entreprises sociales en Europe, la commission a publié le 9 décembre 2021 un nouveau plan d’action.
Entendre derrière l’économie sociale, l’économie sociale et solidaire mais le solidaire a sauté… et surtout l’accent est porté sur l’entrepreneuriat social. Olivia Grégoire a ouvert la séquence avec un : « Bienvenue à tous les entrepreneurs sociaux qui se connectent ! »
Leur plan d’action couvre les 8 prochaines années et à trois priorités :
1 - il veut « créer un cadre propice à l’essor de l’économie sociale », mieux la prendre en compte les besoins de l’économie sociale dans les politiques publiques : marchés publics, aides d’Etat, fiscalité mais aussi les politiques de santé, éducation, d’emploi, de protection de l’environnement. La commission prépare en ce sens une recommandation pour 2023 pour une politique de soutien à l’économie sociale.
2- « Développer des outils pour renforcer les capacités des acteurs de terrain », notamment en proposant de « nouveaux produits financiers » en 2022 via Invest UE (le programme de financement face à la crise Covid) pour mobiliser davantage de financement, y compris des financements privés. Il veut promouvoir, enfin, la mesure de l’impact social mais pour cela il faut élaborer des « méthodes simples » et Nicolas Schmit ajoute qu’il sait que c’est une des priorités d’Olivia Grégoire.
3 – Aider à une meilleure reconnaissance de l’économie sociale en aidant les activités de recherches, la collecte de données, de communication…
Enfin, le plan d’action pose des critères clairs pour définir l’économie sociale au niveau européen parce que « la confusion autour des différents concepts freinent la reconnaissance institutionnelle mais aussi les possibilités d’actions dans le marché intérieur ».

Le dispositif de présentation prévoyait ensuite que le commissaire et la ministre soient interpellés par 11 entrepreneurs sociaux partout en Europe. Celui de Grèce a demandé de déverrouiller les freins qui empêchaient les entreprises sociales d’être perçues comme des start-up… Représentant la France, il y avait Jeanne Brétécher, entrepreneuse sociale et fondatrice de l’association Social good Accelerator qui promeut le développement des Social Tech. Autre entrepreneur social : la Croix rouge…

Pour la Belgique, l’association Duo for a Job, qui est un des défenseurs farouches des contrats à impact et qui porte un contrat en Belgique et vient d’en signer un en France. Il a demandé a lever les « barrières » pour les contrats à impact : les contraintes juridiques, les coûts de mises en œuvre, des problématiques d’accès aux données… « Comment faire en sorte que ces nouveaux mécanismes de financement soient plus accessibles ? »
A la question, Olivia Grégoire répond : « Nicolas Schmit connaît ma passion pour les contrats à impact », elle souligne leur « efficacité pour engendrer de nouveau modèle » et dit que ces 18 derniers mois, 50 millions d’euros de CIS ont été signé en France. « Il faut les rependre aux quatre coins de l’Europe ».
Nicolas Schmit semble d’accord et veut les développer dans le cadre du fonds pour l’investissement stratégique européen avec semble-t-il (quand même) un bémol : la question de la mesure de l’impact : « il faut développer une méthodologie normalisé très simple, nous avons besoin d’une méthode ».
Il y a eu quand même une entrepreneuse sociale venue d’Espagne qui a demandé au commissaire comment éviter les fonds privés qui cherchent un intérêt spéculatif ? La question a été ignorée et est restée sans réponse…

Collectif des associations citoyennes
Trois mots-clés que Yeswiki vous inspire :
LEuropeEtLesContratsAImpactSocial (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 22.02.2022 à 14:57, mise à jour le 21.03.2022 à 16:12.

17 mars 2022 - Deux nouveaux contrats et Cinq lauréats

Début de l'événement : 17.03.2022
Description : Le 17 mars, deux nouveaux contrats d’impact social étaient signés. Pour être plus précise, deux protocoles d’engagement étaient signés, car il est une autre spécificité des ces CIS rarement souligné : il ne s’agit pas d’un seul contrat signé mais de multiples contrats à signer au cours de plusieurs étapes, le protocole d’engagement de l’Etat en est un.

La secrétaire d’Etat Olivia Grégoire a, une nouvelle fois, rappelé que ces contrats ont failli, « faute d’impulsion politique », rester comme « une belle parenthèse expérimentale » avant son arrivée. De cette manière, elle indique que sans un fort portage politique, il est possible que ces contrats qui sont quand même de belles usines à gaz, retombent dans l’oubli et que d’autres outils prennent le relais pour tenter appliquer le principe de l’investissement à impact social.
Depuis lors, en un an et demi, 18 projets ont été sélectionnés pour un total qui dépasse les 60 millions d’euros. Au delà des deux nouvelles signatures, la secrétaire d’Etat a également annoncé les cinq nouveaux lauréats du dernier appel à manifestation d’intérêt : « innover pour l’accès à l’emploi » lancé en mars 2021, cette fois pour un total de 13 millions d’euros.

Les lauréats sont : Article 1, déjà bénéficiaire du premier appel à projet de 2016, ClubHouse , accompagne des personnes avec un trouble psy dans leur parcours professionnel, Moovjee Talents, accompagne des jeunes à trouver un emploi durable et à le garder dans les premiers mois… Les Eaux Vives Emmaüs, insertion durable dans l’emploi des personnes en souffrance psy et enfin Gojob, lutte contre les discriminations à l’embauche des jeunes. Une fois encore, toutes ces associations (à part peut-être Emmaüs, à voir) se présentent comme de l’entrepreneuriat social.

Ces lauréats doivent maintenant travailler avec leurs investisseurs et leurs structurateurs pour arriver au stade de la signature du protocole d’engagement qui avait donc lieu ce 17 mars pour Envie autonomie et Comme les autres. Le premier réemploie des dispositifs médicaux (type fauteuils roulants récupérés) dans une logique d’économie circulaire, le CIS doit lui permettre de « passer à l’échelle » nationale. Pour l’instant, il développe cette activité dans 12 départements. Pour cela, il obtient 5,5 millions d’euros pour 5 ans. Nous n’avons pour l’instant pas les infos sur les objectifs fixés, ni, bien sûr, sur les taux d’intérêts des investisseurs.

Le deuxième, Comme les autres, est une association (son fondateur, Jonathan Jérémiasz est un ancien président du Mouves) veut « lever les freins à l’emploi » des personnes handicapées par le sport, les sensations fortes et le mentorat. Ils souligne lors de cette signature n'avoir "jamais été autant challengé que par les hauts fonctionnaires de Bercy qui depuis des mois nous interroge sur notre utilité sociale et nos mesures d'impact". Il a beaucoup aimé qu'on lui demande : "à quoi vous servez vraiment ?" pour "négocier les mesures de paiement aux résultats". D'ailleurs, il a déjà "prévenu ses troupes" et "modifier ses pratiques" pour mieux coller aux mesures. Objectif du CIS : accompagner 500 personnes sur 3 ans dans deux régions, Grand Ouest et Haut de France, avec un budget de 4,5 millions d’euros. Là encore pas plus d’infos pour l’instant sur les objectifs ni sur le taux d’intérêt.

Dans ces deux CIS, BNP Paribas est à la fois structurateur et investisseur (comme pour la plupart des CIS), mais il y a beaucoup d’autres investisseurs : la Banque des Territoires, BNP Paribas Asset Management, le Fonds Européen d’Investissement, AG2R La Mondiale, Malakoff Humanis, INCO Invest (fondé par Nicolas Hazard, longtemps vice-président du groupe sos voir notre débat à la clef), Generali Investissement à Impact, SYCOMORE Impact Emploi, Sham (groupe Relyens), Esfin Gestion ou encore Abeille Impact Investing France. Un nombre impressionnant, rarement atteint dans les précédents CIS.

Collectif des associations citoyennes
Trois mots-clés que Yeswiki vous inspire :
17MarsDeuxNouveauxContratsEtCinqLaurea (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 21.03.2022 à 17:33, mise à jour le 21.03.2022 à 16:35.

1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" - 21 juin + pétition

Description :
  • Lundi 21 Juin entre 12h et 16h à Paris (lieu surprise) 1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" à l’occasion du lancement des séjours SNU, : « Le service public JS n’entre pas dans votre SNU et vice-versa ». Agora Générale, musiques, actions revendicatives + à la rentrée de septembre 2021, un acte fort de transformation (assises, rencontres…) construit ensemble et ouvert à tou.te.s sera proposé.

SIGNER la pétition : https://www.leslignesbougent.org/petitions/jeunesse-et-sports-debout-748/
Après deux décennies d’attaques, de contre-réformes et de réductions drastiques de ses effectifs, le service public « Jeunesse et Sports » est littéralement à terre. Il est urgent de rappeler le rôle qu’il exerce dans notre société du 21e siècle. Mais aussi de le réinventer ensemble.
Date de l'événement : 21.06.2021
1ereactionjeunesseetsportsdeboutpet_js-debout.jpg
1ereActionJeunesseEtSportsDebout212 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" - 21 juin + pétition

Description :
  • Lundi 21 Juin entre 12h et 16h à Paris (lieu surprise) 1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" à l’occasion du lancement des séjours SNU, : « Le service public JS n’entre pas dans votre SNU et vice-versa ». Agora Générale, musiques, actions revendicatives + à la rentrée de septembre 2021, un acte fort de transformation (assises, rencontres…) construit ensemble et ouvert à tou.te.s sera proposé.

SIGNER la pétition : https://www.leslignesbougent.org/petitions/jeunesse-et-sports-debout-748/
Après deux décennies d’attaques, de contre-réformes et de réductions drastiques de ses effectifs, le service public « Jeunesse et Sports » est littéralement à terre. Il est urgent de rappeler le rôle qu’il exerce dans notre société du 21e siècle. Mais aussi de le réinventer ensemble.
Date de l'événement : 21.06.2021
1ereactionjeunesseetsportsdeboutpet_js-debout.jpg
1ereActionJeunesseEtSportsDebout214 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" - 21 juin + pétition

Description :
  • Lundi 21 Juin entre 12h et 16h à Paris (lieu surprise) 1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" à l’occasion du lancement des séjours SNU, : « Le service public JS n’entre pas dans votre SNU et vice-versa ». Agora Générale, musiques, actions revendicatives + à la rentrée de septembre 2021, un acte fort de transformation (assises, rencontres…) construit ensemble et ouvert à tou.te.s sera proposé.

SIGNER la pétition : https://www.leslignesbougent.org/petitions/jeunesse-et-sports-debout-748/
Après deux décennies d’attaques, de contre-réformes et de réductions drastiques de ses effectifs, le service public « Jeunesse et Sports » est littéralement à terre. Il est urgent de rappeler le rôle qu’il exerce dans notre société du 21e siècle. Mais aussi de le réinventer ensemble.
Date de l'événement : 21.06.2021
1ereactionjeunesseetsportsdeboutpet_js-debout.jpg
1ereActionJeunesseEtSportsDebout21 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" - 21 juin + pétition

Description :
  • Lundi 21 Juin entre 12h et 16h à Paris (lieu surprise) 1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" à l’occasion du lancement des séjours SNU, : « Le service public JS n’entre pas dans votre SNU et vice-versa ». Agora Générale, musiques, actions revendicatives + à la rentrée de septembre 2021, un acte fort de transformation (assises, rencontres…) construit ensemble et ouvert à tou.te.s sera proposé.

SIGNER la pétition : https://www.leslignesbougent.org/petitions/jeunesse-et-sports-debout-748/
Après deux décennies d’attaques, de contre-réformes et de réductions drastiques de ses effectifs, le service public « Jeunesse et Sports » est littéralement à terre. Il est urgent de rappeler le rôle qu’il exerce dans notre société du 21e siècle. Mais aussi de le réinventer ensemble.
Date de l'événement : 21.06.2021
1ereactionjeunesseetsportsdeboutpet_js-debout.jpg
1ereActionJeunesseEtSportsDebout213 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" - 21 juin + pétition

Description :
  • Lundi 21 Juin entre 12h et 16h à Paris (lieu surprise) 1ère action "Jeunesse et Sports Debout !" à l’occasion du lancement des séjours SNU, : « Le service public JS n’entre pas dans votre SNU et vice-versa ». Agora Générale, musiques, actions revendicatives + à la rentrée de septembre 2021, un acte fort de transformation (assises, rencontres…) construit ensemble et ouvert à tou.te.s sera proposé.

SIGNER la pétition : https://www.leslignesbougent.org/petitions/jeunesse-et-sports-debout-748/
Après deux décennies d’attaques, de contre-réformes et de réductions drastiques de ses effectifs, le service public « Jeunesse et Sports » est littéralement à terre. Il est urgent de rappeler le rôle qu’il exerce dans notre société du 21e siècle. Mais aussi de le réinventer ensemble.
Date de l'événement : 21.06.2021
1ereactionjeunesseetsportsdeboutpet_js-debout.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
1ereActionJeunesseEtSportsDeboutPet (LigneDeTemps)
créée le 08.06.2021 à 14:21, mise à jour le 21.09.2021 à 16:53.

2 mars 2022 - Rapport Cazenave - "massifier" les contrats à impact

Début de l'événement : 02.03.2022
Description : Le 2 mars, Thomas Cazenave a rendu son rapport intitulé propositions pour le développement des contrats à impact en France »// à la secrétaire d’Etat, Olivia Grégoire.

Elle avait donné pour mission à ce haut fonctionnaire de lui donner des pistes pour « massifier » les contrats à impact en France. Passé par Orange et Pole emploi, puis directeur adjoint de cabinet d’Emmanuel Macron lorsqu’il était au ministère de l’Economie, Thomas Cazenave s’occupe désormais de la campagne d’Emmanuel Macron où il est en charge d’un groupe de travail sur la réorganisations des administrations.
Son rapport répète ce qui avait déjà été soulevé lors du premier rapport Lavenir en 2019 : « Opération longue », « grande complexité », « peu de valeur ajoutée en comparaison d’autres outils comme la subvention », le CI « pose de nombreuses difficultés : traitement budgétaire et comptable complexe, déficit de notoriété, absence de portage par l’administration, manque de réflexion sur l’issue du CI ». Il souligne aussi que les départements s’emparent peu du dispositif (seul deux département Loire-Atlantique et Gironde sont tiers payeurs dans le CI des Apprentis d’Auteuil, sinon les autres sont garantis par l’Etat). Quand ça veut pas, ça veut pas…

Mais hors de question de lâcher l’affaire, Olivia Grégoire parle d’ailleurs de sa « grande tendresse » pour ces outils. Elle indique laisser en vue de son proche départ en raison des présidentielles, une « maison bien rangée » : 15 contrats à impact pour un montant global de 50 millions d’euros et un rapport « très important pour structurer l’avenir des contrats à impact ». Elle souhaite les voir intégrer comme des outils ordinaires de l’action publique.

Avant son départ, elle signera deux nouveaux contrats à impact le 17 mars (voir l'info). Elle espère en outre que les CI ne seront pas victime des changements politiques en soulignant qu’avant sa volonté de les relancer en 2020, leur existence a « failli ressembler à une parenthèse expérimentale ». Elle trouve intéressant le « combat culturel » qu’elle dit avoir mené avec les acteurs associatifs de « l’écosystème » sur cette logique d’impact.

  • Le rapport fait cinq propositions pour tenter de relancer cet « outil innovant de transformation de l’action et des politiques publiques ». Thomas Cazenave dit que sa boussole était de « faire changer d’échelle » les contrats à impact. (La fixation sur les échelles mériterait une thèse…) Il assure avoir la conviction que c’est un bon outil mais que « le chemin est drôlement escarpé, oui c’est difficile, long et compliqué » mais « théoriser les nouvelles formes de capitalisme et essayer de les faire vivre, c’est compliqué ».

Il propose donc de :
  • 1 – « mieux installer les CI dans le paysage public et administratif ». Le rapport envisage la création d’une équipe interministérielle dédiée pour accompagner les projets mais aussi promouvoir et « faire de la pédagogie » auprès des différents acteurs. Ils veulent aussi augmenter la fréquence des appels à manifestation d’intérêts et proposent « une ligne dédiée » au CI dans le budget de l’Etat.

2 – « Stimuler et structurer les fonctions d’évaluateur et de structurateur des CI », notamment en lançant des appels d’offre pour créer un « vivier » de ces acteurs là.

3 – « Privilégier des projets plus risqués mais avec plus de potentiels de transformation pour la puissance publique ». En clair, rendre possible une hausse des rémunérations des investisseurs pour les attirer… la fourchette envisagée va de 8% à 10% d’intérêts ce qui laisse supposer que jusque là on était, comme on l’imaginait, autour de 4% à 6% d’intérêts, ce qui n’était déjà vraiment pas mal ! (par comparaison il faut voir que les placements en bourse ont, en moyenne, des intérêts à 8,5%)

4 – Simplifier le dispositif
Une recommandation qui passe de rapports en rapports, pour « lever les freins et barrières », notamment par exemple en sortant du principe de l’émission obligataire que les associations lauréates doivent faire aujourd’hui mais en utilisant une technique de « cession de créances » c'est à dire promettre à l’investisseur le versement d’une subvention ( !) en fonction de l’atteinte des résultats. C’est une technique qui est testée aujourd’hui par le CI de MDM décidément très « innovant » en la matière. Par ailleurs, pour les associations qui passeraient toujours par l’émission obligataire, il s’agirait de leur « faciliter » l’enregistrement au registre des commerces et société.

5 – attirer le secteur philanthropique sur les CI pour qu’il devienne un investisseur potentiel alors qu’il est pour l’instant peu engagé, actuellement seul le CI d’Article 1 compte une fondation (Fond B) en tant que tiers payeurs et 4 dans lesquels des fondations étaient engagées comme investisseurs. Et puis imaginer de nouveaux outils financiers proches des Sustainability linked bond (il va nous falloir des experts en finance pour décrypter cela, avis aux amateurs…)

Le rapport va très loin dans la question des retours sur investissements puisqu’il avance l’exemple à l’étranger de taux de retours qui peuvent aller jusqu’à 20% de l’investissement initial ! J’interroge : est-ce que ce sont des taux envisagés en France ? Réponse de Thomas Cazenave : « L’objectif du rapport est de poser cette question là », Il explique : on ne peut pas demander à des investisseurs de prendre des risques sans lui proposer une rentabilité à la hauteur de ces risques. « Actuellement, les CI ont un faible rendement donc un faible risque ». Le rapport indique que le « taux de rentabilité interne maximum observé sur les CI français se situe autour de 4,5% ».
Olivia Grégoire répond à son tour : « Si on veut attirer des investisseurs et pour qu’ils mettent des tickets plus gros de 20, 30, 50 millions d’euros pour adresser des pans de politiques publiques, alors il faut qu’on se pose cette question du rendement en se départissant de certains a priori intellectuel ». Elle ajoute : « 20 %, c’est une idée, une proposition, cela peut être un horizon ». Et souhaite : « qu’on se départisse des considérations un peu morales sur cet enjeu de rendement ». (sic)

« L’Etat est patouf pour répondre à certains enjeux sociaux », pense la secrétaire d’Etat. Le privé peut mieux y répondre et « on attire pas les mouches avec du vinaigre », conclut la secrétaire d’Etat. Le rapport propose lui des rendements de l’ordre de 8% à 10% par an. Il décomplexe donc complètement cette question. En 2016, lors du premier appel à projet pour les CIS lancé par Martine Pinville, alors secrétaire d’Etat à l’économie sociale et solidaire, elle jurait que jamais au grand jamais la France ne ferait grimper les intérêts comme ailleurs à l’étranger puisque l’objectif des CIS n’était en aucun cas le profit… Désormais, l’affaire est entendue et assumée.

Collectif des associations citoyennes
Trois mots-clés que Yeswiki vous inspire :
2MarsRapportCazenaveMassifierLesCon (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 21.03.2022 à 16:57, mise à jour le 21.03.2022 à 16:38.

20e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d'Arras

Description : Après une version 2020 revisitée virtuellement, 2021 devrait pouvoir accueillir de nouveau !!
Le thème de cette année : "nos mondes sauvages"

Organisé par l'association "Colère du présent" à Arras
Date de l'événement : 01.05.2021
20esalondulivredexpressionpopulaireetde_20eme-salon-livre-expr-pop-colere-present.jpg
20eSalonDuLivreDexpressionPopulaireEtDe5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

20e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d'Arras

Description : Après une version 2020 revisitée virtuellement, 2021 devrait pouvoir accueillir de nouveau !!
Le thème de cette année : "nos mondes sauvages"

Organisé par l'association "Colère du présent" à Arras
Date de l'événement : 01.05.2021
20esalondulivredexpressionpopulaireetde_20eme-salon-livre-expr-pop-colere-present.jpg
20eSalonDuLivreDexpressionPopulaireEtDe4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

20e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d'Arras

Description : Après une version 2020 revisitée virtuellement, 2021 devrait pouvoir accueillir de nouveau !!
Le thème de cette année : "nos mondes sauvages"

Organisé par l'association "Colère du présent" à Arras
Date de l'événement : 01.05.2021
20esalondulivredexpressionpopulaireetde_20eme-salon-livre-expr-pop-colere-present.jpg
20eSalonDuLivreDexpressionPopulaireEtDe2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

20e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d'Arras

Description : Après une version 2020 revisitée virtuellement, 2021 devrait pouvoir accueillir de nouveau !!
Le thème de cette année : "nos mondes sauvages"

Organisé par l'association "Colère du présent" à Arras
Date de l'événement : 01.05.2021
20esalondulivredexpressionpopulaireetde_20eme-salon-livre-expr-pop-colere-present.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
20eSalonDuLivreDexpressionPopulaireEtDe (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 09:36, mise à jour le 07.04.2021 à 10:14.

20e salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d'Arras

Description : Après une version 2020 revisitée virtuellement, 2021 devrait pouvoir accueillir de nouveau !!
Le thème de cette année : "nos mondes sauvages"

Organisé par l'association "Colère du présent" à Arras
Date de l'événement : 01.05.2021
20esalondulivredexpressionpopulaireetde_20eme-salon-livre-expr-pop-colere-present.jpg
20eSalonDuLivreDexpressionPopulaireEtDe3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

22 mai 2022 - Contre la marchandisation … l’alerte de l’Uniopss

Début de l'événement : 22.05.2022
Description :
« La recherche maximale de profits est incompatible avec l’accompagnement de personnes vulnérables
», dénonce enfin l’Uniopss dans un communiqué du 22 mai suite à « l’affaire Orpéa ». Il était temps qu’une grande tête de réseau se positionne fortement contre la marchandisation à l’œuvre depuis bien trop longtemps dans le secteur social et médico-social. Il demande au nouveau gouvernement un « arrêt de toute nouvelle habilitation ou tout nouvel agrément de structures lucratives » et le renforcement des contrôles existants sur l’utilisation de dotations publiques dans ce type de structures. Enfin, l’Uniopss souligne que « les agissement de quelques-uns ne doivent pas entrainer un sentiment de défiance généralisée alors que 80% de l’accueil en Ehpad est réalisé par des établissements publics ou privés non lucratifs ».
22Mai2022ContreLaMarchandisationLalert (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 23.06.2022 à 14:28, mise à jour le 23.06.2022 à 12:33.

26 avril 2022 - Apprendre aux associations la « culture de l’évaluation »

Début de l'événement : 26.04.2022
Description : Sarah El Haïry, encore secrétaire d’Etat chargée de la jeunesse et de l’engagement, avait commandé un rapport à Suzanne Chami, déléguée générale de l’Institut de développement de l’éthique et de l’action pour la solidarité (Idéas), Philippe Bolo, député de Maine-et-Loire, Bernard Bazillon du cabinet KPMG et Philippe Da Costa de la Croix rouge. Leur mission ? Installer une « culture de l’évaluation » au sein du monde associatif et harmoniser les méthodes notamment en s’appuyant sur la mesure de l’impact social. Le rapport intitulé « Evaluation des actions associatives » est sorti ce mois d’avril 2022.
L’idéologie portée par les auteurs du rapport apparaît clairement dès les premières pages. Les associations sont « en retard » sur cette question d’évaluation par rapport aux méthodes du privé bien plus « efficaces ». Si les grandes associations « ont pris conscience de la nécessité de se doter de processus de reporting extra-financier. Malheureusement, elles n’ont pas atteint le même niveau de maturité (NDLR : que les entreprises ayant mis en place leur politique de RSE) en matière de mise en œuvre et d’efficacité opérationnelle ».

On l’avait compris, les associations sont définitivement has been, d’autant plus que « les entreprises, et en particulier celles du domaine de l’économie sociale et solidaire (ESS), s’insinuent désormais dans le périmètre d’activité des associations. En étant mieux armées en termes de pratiques évaluatives, le risque qu’elles distancent les associations devient un point de vigilance ». On leur rappelle que 80% du secteur de l’ESS sont des associations ? Mieux armées, c’est à dire ? « Le secteur associatif doit d’avantage s’investir dans le reporting et la qualification de ses actions ». Pourtant, curieusement, dans l’enquête envoyée dans le cadre de la réalisation de ce rapport aux associations, 84% des répondants disaient réaliser des évaluations de leurs actions… Peut-être n’est-ce pas les « bonnes » méthodes d’évaluation qu’elles utilisent ?

Le rapport met en effet particulièrement en avant la notion de mesure d’impact social qui impose « d’effectuer le diagnostic des besoins sociaux ; de démontrer la pertinence des actions en réponse à ces besoins ; de considérer les coûts évités – ce qui suppose l’accès à des données de nature sociétale, pas toujours aisé ». En somme, le modèle type des contrats à impact social… L’idée d’un référentiel unique pour l’évaluation du monde associatif est même avancée. Toutefois l’exercice est jugé trop difficile et le rapport préconise des référentiels sectoriels et un corpus de bonnes pratiques. Parmi elles, la méthode développée par Social Value France, centre de ressources et de plaidoyer pour l’évaluation de l’impact social, il réunit tous les acteurs qui depuis le départ défendent l’implantation et le développement des contrats à impact social en France. Surtout, ils diffusent cette financiarisation du social dans les discours, infusent cette notion de mesure d’impact social au point qu’elle semble désormais incontournable. Ce réseau national s’est affilié au réseau international, Social value International qui regroupent les réseaux de 45 pays et visent « à créer un mouvement commun pour le changement ».
Social Value France identifie donc « trois briques » dans cette évaluation présentée comme modèle : la formalisation de l’évaluation et des effets qu’elle se fixe ; la collecte des données régulières dans le temps long ; le travail d’étude et de recherche sur les coûts évités.

Le second exemple de bonnes pratiques est celui développé par l’ESSEC qui propose un MOOC gratuit pour se former sur la mesure de l’impact social. Ce MOOC pose le sujet sans contrepoint possible : « Dans le contexte économique actuel de restriction des ressources publiques, la mesure de l’impact social est devenue un pré-requis pour les associations et entreprises sociales ». Il avance plusieurs questions : « Pourquoi et comment mesurer son impact social ? Quels outils choisir, comment la mettre en œuvre et comment l’exploiter? Comment valoriser voire monétariser l’impact social ? Ces questions sont désormais cruciales pour toutes les structures œuvrant pour l’intérêt général ».

La mesure de l’impact semble donc incontournable et pourtant elle interroge en profondeur les relations entre les associations et leurs financeurs qu’ils soient publics ou privés. D’ailleurs le terme association tend à disparaître de ce paysage pour devenir un « porteur de projet », « une entreprise de l’ESS », un « opérateur social », un « entrepreneuriat social ». Le terme association paraît moins commode. Il renvoie à la notion de liberté associative, de transformation sociale, d’émancipation qui, sans doute, ne colle pas parfaitement à la mesure de l’impact social. Cette dernière exige en effet un « langage commun » entre « porteur de projet » et financeurs pour se mettre d’accord sur la mesure d’impact admise, sur les résultats attendus. Dès lors, elle place les associations en opérateur contrôlé par un référentiel d’indicateurs préétablis, à remplir, vérifier, comparer pour faire preuve de son impact. Un carcan rigide qui annihile toute velléité de revendications politiques et encore moins de désobéissance civile. Présentées comme neutres et utiles pour prouver l’efficacité des actions, ces méthodes de mesures d’impact sont en réalité une manière de brider les mouvements sociaux qui inquiètent le modèle économique dominant. « Mettre au pas les associations passe d’abord par l’imposition, indolore, progressive, d’une multiplicité de normes comme autant de camisoles qui resserrent l’étau du privé autour du milieu associatif », écrivait le CAC en 2017 dans sa lecture critique du rapport KPMG qui visait à faire « évoluer les modèles socio-économiques des associations ».

Par ailleurs, la mesure de l’impact impose aux associations des procédures extrêmement lourdes et couteuses. Dans un webinaire consacré à la mesure de l’impact social proposé par l’Avise le 7 juin dernier, deux associations racontaient leur expérience de ces évaluations. Elles expliquaient toutes les deux que c’était désormais un attendu des financeurs et que cela permettait de « faire la preuve de son utilité », « de rendre plus lisibles nos actions ». L ‘association Rev’elles qui accompagne depuis 2010 des jeunes filles de quartiers populaires pour qu’elles gagnent confiance en elles dans leurs démarches professionnelles annonçait qu’elle avait engagé 50 000 euros pour être suivie par le cabinet spécialisé Eexiste afin de mesurer son impact social. Ils avaient construit ensemble 25 indicateurs autour de trois axes, l’évaluation du rapport à soi, du rapport aux autres et de la projection dans l’avenir des jeunes filles accompagnées. L’Avise qui portait ce webinaire estimait à 15% du budget des projets la part qui devait être dédié à l’évaluation de l’impact social. L’association qui fait appel à un cabinet de conseil spécialisé doit compter a minima 15 000 euros pour financer ce travail.
La nécessité de ce passage présenté comme obligé n’est à aucun moment remis en question. Dans sa lecture critique du rapport KPMG de 2017, le Collectif des associations citoyennes analysait le glissement sémantique et politique entre la subvention publique et la commande, l’appel à projet qui tendait à faire des financeurs publics « des commerçants, acheteurs de prestations de services au mieux disant et au moins coûtant » comme l’écrivait Michel Chauvière dans Trop de gestion tue le social. Ce glissement pousse les associations à des logiques de concurrences et de regroupement. Désormais, ce nouveau rapport les entraine dans des méthodes de reporting, indicateurs de résultats, mesures d’impact calquées sur le modèle privé néolibéral toujours présenté comme bien plus « efficace ». Ne serait-il pas temps, à l’heure des retournements écologiques et sociaux, de s’interroger sur cette efficacité ?
26Avril2022ApprendreAuxAssociationsLa (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 23.06.2022 à 14:24, mise à jour le 23.06.2022 à 12:36.

26 avril 2022 - Croix rouge à vendre

Début de l'événement : 26.04.2022
Description :
Six centres franciliens de la Croix-Rouge sont sur le point d’être rachetés par le groupe Ramsay Santé, anciennement Générale de santé, devenue filiale du géant australien Ramsay Health Care, nous informe le Monde du 26 avril. La direction de la Croix-Rouge justifie cette vente au secteur privé lucratif par un déficit depuis plusieurs années. Et assure que Ramsay gardera un « statut associatif » à ces centres. Il serait toutefois étonnant que ce géant boursier, dont la valeur du capital est estimé à 14 milliards de dollars, accepte de maintenir longtemps une activité déficitaire. Maintiendront-ils des tarifs de secteur 1 ? Recevront-il les patients relevant de la CMU, de l’AME ? Continueront-ils à accueillir 62 000 patients dont 30% en situation de précarité comme ces centres le faisaient ? Rien n’est moins sûr.
D’autant plus que, coup de théâtre, Ramsay est sur le point d’être avalé par « un des fonds d’investissement les plus sulfureux de la planète », le fonds d’investissement américain KKR, nous informe l’Humanité du 6 mai. Ce fonds traîne une réputation qui lui a donné le surnom de « barbarians », les « barbares » aux Etats-Unis… « Peu porté sur la question sociale, KKR n’a aucun scrupule à dépecer des entreprises entières, licenciant des salariés par dizaines », écrit l’Humanité qui rappelle que ce Fonds s’appuie sur la technique du LBO (leveraged buy-out ou rachat par endettement). Il s’agit de racheter une entreprise avec un emprunt auprès d’une banque, de faire une restructuration à la hache avant de la revendre quelques années après « dans le but de réaliser une coquette plus-value », note l’Humanité.
Dans une tribune au Monde du 9 février, François Crémieux, directeur général des l’assistance publique-hôpitaux de Marseille dénonce la reprise des centres Croix Rouge par Ramsay et alerte sur le passage de ces centres dans « un autre monde » : « celui du capital, des excédents de l’année, du marché de la santé et des perspectives de « business ». Après le bilan de l’année 2021, le patron de Ramsay a même dû rassurer ses investisseurs inquiets : il serait le garant de la totale indépendance de l’entreprise face aux tentations interventionnistes des gouvernements, notamment en Europe ». Et s’alarme : « On ne peut observer sans débattre que des centres de santé de la Croix-Rouge française quittent le secteur associatif pour être repris par un groupe de santé privé ». Il ne signale pas que la Croix-Rouge s’engageait depuis plusieurs années vers le modèle de l’entrepreneuriat social. La vente de ces centres au privé participe pleinement de cette politique. En 2019, l’association avait notamment lancé 21, à Montrouge, en lieu avec Nexem, le Medef du social, un lieu de coworking dédié aux entrepreneurs sociaux, sorte d’incubateur de start-up du social. Avec pour ligne de mire de dénicher les futures « licornes » de l’innovation sociale…
Cette logique risque demain de voir ces centres engloutis dans un fonds d’investissement surnommé « les barbares », tout un symbole pour la Croix Rouge. Et un bel exemple des effets de la marchandisation…
26Avril2022CroixRougeAVendre (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 10.05.2022 à 15:23, mise à jour le 10.05.2022 à 15:23.

3e Forum des Plateformes Coopératives - 20/9

Description : coop des communs - pour accélérer le changement de modèle avec une transition écologique, sociale, solidaire et numérique.
Date de l'événement : 20.09.2022
3eforumdesplateformescooperatives_logo-70px.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
3eForumDesPlateformesCooperatives (LigneDeTemps)
créée le 13.07.2022 à 15:43, mise à jour le 27.07.2022 à 09:23.

4 avril 2022 - L’Anas dépose plainte contre la plateforme : mes-allocs.fr

Début de l'événement : 04.04.2022
Description :
Le 4 avril, l’association des assistants de services sociaux (Anas) publiait une déclaration dans laquelle elle demande aux pouvoirs publics de se mobiliser pour faire cesser l’activité de l’entreprise « mes-allocs.fr » et de toutes celles similaires. L’association des assistants de services sociaux (ANAS) a déposé plainte contre cette plateforme qui existe depuis trois ans, fondée par un jeune commercial, Joseph Terzikhan, passé par des banques d’investissement, puis par la Tech en Asie. Il a notamment travaillé pour Lazada, l’équivalent asiatique d’Amazon, racheté par Ali-baba. Revenu d’Asie en France, il explique dans un entretien en ligne qu’il a voulu monter son projet en cherchant « un impact social » et suite à des expériences personnelles, il s’est aperçu qu’il était très difficile d’accéder à ses droits, donc il a voulu faire de « l’optimisation sociale ». Il a, explique-t-il, « scanné le marché de l’aide » pour créer un algorythme qui « permet en deux minutes d’avoir une estimation des aides ». « mes-allocs.fr » se présente comme un simulateur de droits sociaux mais aussi comme un « coach de vie ». « Il est proposé aux internautes de renseigner une multitude de données personnelles pour estimer un potentiel droit à une ou plusieurs prestations sociales. Dans un second temps, le site propose à l’utilisateur que ses « experts » réalisent le remplissage et l’envoi de formulaires d’accès à ces mêmes prestations en contrepartie de frais d’inscription et d’un abonnement de 29,90 euros par trimestre », dénonce l’Anas. L’association estime que l’accès au système de protection sociale doit rester gratuit. En s’appuyant sur tout un travail de recherche, elle a établi le caractère illégale de cette pratique et déposé plainte auprès de la procureure de la République à Evry.
LanasDeposePlainteContreLaPlateformeM (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 10.05.2022 à 17:20, mise à jour le 10.05.2022 à 15:21.

40 ans de l’Acepp - 15 & 16 oct

Description : Fête des 40 ans du mouvement "association des collectifs enfants parents professionnels" (crèches parentales) à la Halle Pajol 75018 Paris
Date de l'événement : 15.10.2021
40ansdacepp1516oxt_40ansacepp.jpg
40AnsDeLacepp1516Oct2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

40 ans de l’Acepp - 15 & 16 oct

Description : Fête des 40 ans du mouvement "association des collectifs enfants parents professionnels" (crèches parentales) à la Halle Pajol 75018 Paris
Date de l'événement : 15.10.2021
40ansdacepp1516oxt_40ansacepp.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
40AnsDacepp1516Oxt (LigneDeTemps)
créée le 06.10.2021 à 19:07, mise à jour le 07.10.2021 à 15:10.

40 ans de l’Acepp - 15 & 16 oct

Description : Fête des 40 ans du mouvement "association des collectifs enfants parents professionnels" (crèches parentales) à la Halle Pajol 75018 Paris
Date de l'événement : 15.10.2021
40ansdacepp1516oxt_40ansacepp.jpg
40AnsDeLacepp1516Oct4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

40 ans de l’Acepp - 15 & 16 oct

Description : Fête des 40 ans du mouvement "association des collectifs enfants parents professionnels" (crèches parentales) à la Halle Pajol 75018 Paris
Date de l'événement : 15.10.2021
40ansdacepp1516oxt_40ansacepp.jpg
40AnsDeLacepp1516Oct3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

40 ans de l’Acepp - 15 & 16 oct

Description : Fête des 40 ans du mouvement "association des collectifs enfants parents professionnels" (crèches parentales) à la Halle Pajol 75018 Paris
Date de l'événement : 15.10.2021
40ansdacepp1516oxt_40ansacepp.jpg
40AnsDeLacepp1516Oct (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

4ème Forum National des Lieux Interméidiares et Indépendants - 2 au 4/12

Description : Un 4ème Forum National les 2, 3 et 4 décembre à Tours pour interroger la place de la culture dans le « moment tiers-lieux »
Date de l'événement : 02.12.2022
4emeforumnationaldeslieuxintermeidiareset_cnlii-tierslieux.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
4emeForumNationalDesLieuxIntermeidiaresEt (LigneDeTemps)
créée le 19.09.2022 à 17:39, mise à jour le 21.09.2022 à 14:43.

9 février 2022 - Plaidoyer pour la finance et les contrats à impact

Début de l'événement : 09.02.2022
Description : Ce 9 février, le livre blanc pour promouvoir la finance à impact social est sorti, présenté par Fair (ex Finasol et IIlab fusionnés) en partenariat avec la Maif.
Le paysage est posé par la journaliste – aussi entrepreneuse sociale - qui anime le débat : « Aujourd’hui, la finance solidaire marque une hausse de 140% d’encours en 5 ans, représente plus d’un million de souscripteurs, la demande en finance verte, finance sociale doit être entendue ».
Constat confirmé par Frédéric Tiberghien, président de Fair : « Nous sommes sur un segment à extrêmement forte croissance ». La Banque de France rappelle que l’ESS est « le secteur qui croie le plus vite en terme d’octroi de crédit, plus de 7% par an depuis 2007 alors que la moyenne nationale est à 4,2 % et pour les PME à 5,4% ».

Ils présentent aujourd’hui un nouveau livre blanc pour peser sur les pouvoirs publics pour « pouvoir croitre encore plus dans les prochaines années ». Ils demandent un « coup de pouce » pour « aller plus vite » et répondre aux besoins sans plus tarder. Il assure vouloir faire de l’épargnant « quelqu’un qui à le souci de la performance de son épargne, c’est naturel, mais aussi qui a une préoccupation citoyenne : je veux que mon épargne serve le bien commun, je veux que mon épargne aille dans le sens de la finance à impact social ».

Ils avancent 10 propositions, notamment :
La demande de lever « des dispositions réglementaires qui empêchent les investisseurs institutionnels à financer les entreprises à forte utilité sociale ».
Créer de meilleures garanties publiques qui couvriraient les premières pertes pour garantir les risques tant au niveau français qu’européen. Eviter en clair tous risques pour les investisseurs.
Créer un fonds de conversion à l’économie sociale et solidaire pour que des entreprises privées lucratives puissent devenir des entreprises de l’ESS.
Mettre en place une nouvelle comptabilité sociale et environnementale
Déployer les contrats à impact (on ne dit plus contrats à impact social) « pour favoriser l’innovation sociale ».
Sur ce dernier point, ils reconnaissent avoir un problème sur le manque d’instruments de mesures, notamment sur le volet social, « ils ont du mal à aboutir », explique Hélène N’Diaye, DG de la Maif. Un travail est en train de se faire au niveau européen qui devrait aboutir en juin prochain dans la lignée de la taxonomie européenne déjà mise en place depuis 2020 sur le volet écologie pour les investissements « verts ». « Ce travail se heurte à des considérations politiques, par exemple, est-ce que le nucléaire est écologique ou pas ? », ajoute Hélène N’Diaye. La taxonomie verte a finalement décidé que oui…

Frédéric Tibergheim assure une nouvelle fois que ces CI ne sont pas là pour se substituer aux subventions classiques pour les associations mais pour « prendre des risques, tester de nouvelles méthodes pour régler un certains nombres de problématiques sociales ». Il souhaite impliquer d’avantage les collectivités territoriales mais se réjouit du fort appui du gouvernement actuel. « La France est désormais le troisième pays au monde qui utilise le plus ces contrats », en terme de volume d’investissement, selon le livre blanc, actuellement 21 millions sont investis dans les 11 contrats signés et 45 millions iront dans les 14 CIS en cours de structuration.
Son « rêve » : « C’est que cela devienne un jour une classe d’actifs pour des investisseurs institutionnels pour mieux financer l’innovation sociale ». Ensuite, une fois testée, il faut la diffuser, changer d’échelle, et donc « il faut créer un fonds de paiement aux résultats co-financé avec les collectivités territoriales pour pouvoir les diffuser l’innovation une fois qu’elle a fait ses preuves ».

Parce que l’un des souci, c’est la question du devenir des projets une fois le temps du contrat à impact écoulé. C’est ce qu’explique le responsable de l’Adie, porteur du premier CIS qui arrive à terme en 2022. Il assure que le projet a réussi à insérer durablement 300 personnes, fait la preuve qu’il marche mais maintenant il faut le pérenniser et le déployer donc trouver des subventions… retour à la case départ. Car le futur des CIS, une fois que les investisseurs ont récupéré leurs billes… et leurs intérêts, ce sont les subventions. Beau final !

Collectif des associations citoyennes
Trois mots-clés que Yeswiki vous inspire :
PlaidoyerPourLaFinanceEtLesContratsAImp (Fil info), écrite par MarianneL
créée le 22.02.2022 à 14:55, mise à jour le 21.03.2022 à 16:13.

AG du CAC - 20 mai

Description : Assemblée générale du collectif des associations citoyennes : matin suite su séminaire de Villarceaux + Université des savoirs associatifs sur les droits culturels + AG formelle et enfin ciné spécial film du Collectif21 (belge)
Date de l'événement : 20.05.2022
agducac_caclogo.jpg
AgDuCac (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:25, mise à jour le 19.04.2022 à 17:05.

AG du CNLRQ - 9 & 10 juin

Description : L'Assemblée Générale du CNLRQ (comité national de liaison des régies de quartier) se déroulera du 9 au 11 juin 2022 sur le territoire de la Régie de Lunel (Hérault)
Date de l'événement : 09.06.2022
agducnlrq910juin_cnlrq.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgDuCnlrq910Juin (LigneDeTemps)
créée le 19.04.2022 à 16:59, mise à jour le 19.04.2022 à 16:59.

AG du CRID - 5 juillet

Description : Assemblée général du CRID
Date de l'événement : 05.07.2022
agducrid_crid.png
Référence : https://crid.asso.fr/
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgDuCrid (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:42, mise à jour le 20.04.2022 à 13:27.

AG et sorti du livre des 10 ans !!

Description : Notre AG 2020 est un peu exceptionnelle : à la fois notre anniversaire des 10 ans, dans un contexte sanitaire insécure et juste avant le confinement : un mixte présentiel/distanciel qui s'est déroulé dans les locaux d'Opale (75013)

L'occasion aussi d'offrir aux présents le tout nouveau livre sortant des presses : 10 ANS de défense des LIBERTÉS ASSOCIATIVES - Communiquer, une histoire de communiqués
Après une année d’échanges, de relecture et sélection de nos nombreux communiqués sortis durant les 10 années passées du CAC, et d’un travail de remise en contexte, voilà le résultat enfin prêt à être partagé avec tous les compagnons et compagnes de route (la route passée et celle à venir !) :
La très suspecte liberté d’association, pourtant condition de la démocratie
Date de l'événement : 25.09.2020
agetsortidulivredes10ans_image_evt1_couvlivre10anscac.jpg
AgEtSortiDuLivreDes10Ans2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

AG et sorti du livre des 10 ans !!

Description : Notre AG 2020 est un peu exceptionnelle : à la fois notre anniversaire des 10 ans, dans un contexte sanitaire insécure et juste avant le confinement : un mixte présentiel/distanciel qui s'est déroulé dans les locaux d'Opale (75013)

L'occasion aussi d'offrir aux présents le tout nouveau livre sortant des presses : 10 ANS de défense des LIBERTÉS ASSOCIATIVES - Communiquer, une histoire de communiqués
Après une année d’échanges, de relecture et sélection de nos nombreux communiqués sortis durant les 10 années passées du CAC, et d’un travail de remise en contexte, voilà le résultat enfin prêt à être partagé avec tous les compagnons et compagnes de route (la route passée et celle à venir !) :
La très suspecte liberté d’association, pourtant condition de la démocratie
Date de l'événement : 25.09.2020
agetsortidulivredes10ans_image_evt1_couvlivre10anscac.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgEtSortiDuLivreDes10Ans (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 07:39, mise à jour le 07.04.2021 à 07:39.

AG et sorti du livre des 10 ans !!

Description : Notre AG 2020 est un peu exceptionnelle : à la fois notre anniversaire des 10 ans, dans un contexte sanitaire insécure et juste avant le confinement : un mixte présentiel/distanciel qui s'est déroulé dans les locaux d'Opale (75013)

L'occasion aussi d'offrir aux présents le tout nouveau livre sortant des presses : 10 ANS de défense des LIBERTÉS ASSOCIATIVES - Communiquer, une histoire de communiqués
Après une année d’échanges, de relecture et sélection de nos nombreux communiqués sortis durant les 10 années passées du CAC, et d’un travail de remise en contexte, voilà le résultat enfin prêt à être partagé avec tous les compagnons et compagnes de route (la route passée et celle à venir !) :
La très suspecte liberté d’association, pourtant condition de la démocratie
Date de l'événement : 25.09.2020
agetsortidulivredes10ans_image_evt1_couvlivre10anscac.jpg
AgEtSortiDuLivreDes10Ans4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

AG et sorti du livre des 10 ans !!

Description : Notre AG 2020 est un peu exceptionnelle : à la fois notre anniversaire des 10 ans, dans un contexte sanitaire insécure et juste avant le confinement : un mixte présentiel/distanciel qui s'est déroulé dans les locaux d'Opale (75013)

L'occasion aussi d'offrir aux présents le tout nouveau livre sortant des presses : 10 ANS de défense des LIBERTÉS ASSOCIATIVES - Communiquer, une histoire de communiqués
Après une année d’échanges, de relecture et sélection de nos nombreux communiqués sortis durant les 10 années passées du CAC, et d’un travail de remise en contexte, voilà le résultat enfin prêt à être partagé avec tous les compagnons et compagnes de route (la route passée et celle à venir !) :
La très suspecte liberté d’association, pourtant condition de la démocratie
Date de l'événement : 25.09.2020
agetsortidulivredes10ans_image_evt1_couvlivre10anscac.jpg
AgEtSortiDuLivreDes10Ans5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

AG et sorti du livre des 10 ans !!

Description : Notre AG 2020 est un peu exceptionnelle : à la fois notre anniversaire des 10 ans, dans un contexte sanitaire insécure et juste avant le confinement : un mixte présentiel/distanciel qui s'est déroulé dans les locaux d'Opale (75013)

L'occasion aussi d'offrir aux présents le tout nouveau livre sortant des presses : 10 ANS de défense des LIBERTÉS ASSOCIATIVES - Communiquer, une histoire de communiqués
Après une année d’échanges, de relecture et sélection de nos nombreux communiqués sortis durant les 10 années passées du CAC, et d’un travail de remise en contexte, voilà le résultat enfin prêt à être partagé avec tous les compagnons et compagnes de route (la route passée et celle à venir !) :
La très suspecte liberté d’association, pourtant condition de la démocratie
Date de l'événement : 25.09.2020
agetsortidulivredes10ans_image_evt1_couvlivre10anscac.jpg
AgEtSortiDuLivreDes10Ans3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

AGE de la CMJCF - 30 avril

Description : Une nouvelle tête de réseau nationale pour les 1000 MJC de France et leurs fédérations !
Le samedi 30 avril prochain se tiendra à Nancy l’assemblée générale extraordinaire (AGE) de la CMJCF avec comme objectif, rien de moins que transformer les statuts actuels de la CMJCF pour qu’elle devienne la nouvelle tête de réseau nationale des 1000 MJC de France et qu’elle puisse intégrer dans une gouvernance renouvelée les réseaux régionaux issus de AIR MJC. Cette AGE sera l’occasion d’affirmer dans une déclaration solennelle les valeurs et les ambitions du réseau MJC pour répondre aux enjeux du 21e siècle.
Date de l'événement : 30.04.2022
agedelacmjcf30avril_confmjcdefrance.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgeDeLaCmjcf30Avril (LigneDeTemps)
créée le 20.04.2022 à 21:31, mise à jour le 20.04.2022 à 21:31.

ATD Quart-Monde Rencontres nationales 2021 18 Mai, 27 mai, 10 juin, 14 juin

Description : Réseau Wresinski culture

Tous les droits humains sont indivisibles et interdépendants.
Cela signifie que l'on ne peut pas jouir pleinement d'un droit sans pouvoir exercer les autres. Leur dimension culturelle permet de développer des droits appropriés, quel que soit son contexte de vie. Tous les champs de l’activité humaine sont concernés. Nous ne vivons pas tous de la même façon, n’exerçons pas les mêmes pratiques, n’habitons pas les mêmes lieux.

Le respect des références et des pratiques culturelles de chacun est un droit qui se décline dans tous les aspects de la vie quotidienne, vie matérielle, comme vie intellectuelle ou spirituelle. C’est ce qu’on appelle l’exercice des droits culturels. Cet exercice permet de reconnaître la dignité des personnes dans l’expression de leurs pratiques culturelles aussi diverses soient elles et renforce leur capacité d’agir.

Pour cette nouvelle rencontre du Réseau Wresinski culture, nous avons choisi 3 domaines de vie essentiels pour les êtres humains : se loger, se nourrir, se soigner. L’enjeu est d’y présenter des expériences qui montrent à quel point le fait d’exprimer ce à quoi on donne sens permet à chacun de passer d’une position de passivité à une posture agissante, jusqu’à la transformation de ses conditions de vie.

En reconnaissant les personnes dans leur droit à exprimer leurs références culturelles et à en échanger avec les autres, nous espérons faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun.

Intervenants



Alimentation : 18 mai de 14h à 17h

Hélène Tavera, Collectif 4C : « Comment développer un lien social et de convivialité par l'alimentation au sein d’un collectif d’habitants »
Benoit Guérard et Viviane Tirlicien, Terre de Lorraine : « Reconnaître la dignité des personnes à travers une charte pour l'accessibilité à tous d'une alimentation de qualité »
Schutz Jacqueline, Restos du Cœur : « Mettre en lumière comment les ateliers cuisine font émerger la dimension culturelle du droit à l’alimentation et leur articulation avec les différentes formes d’accompagnement proposés par
les Restos du cœur »



Soin - Santé : 27 mai de 14h à 17h


Anne-Sophie Baudchon (sage-femme), PMI département du Nord : « Prise en compte de la culture des patients dans la pratique de l’accompagnement périnatal, sortir de la prescription professionnelle pour entrer dans une interaction constructive avec les patients » et
Cadart Marie-Laure, Médecin et anthropologue : « Reconnaissance de la culture de chaque femme au sein des crèches et PMI »
Didier Ménard, Place de la Santé : « Approche élargie de la santé visant à « faire de la médecine autrement » axée sur le bien-être des individus »
Emmanuelle Jouet, Pair-aidance : « Développement d’une formation à la pair-aidance pour faire reconnaître en tant que professionnels ces pairs aidants, créatrice de l’association « J’entends des voix » militant pour la reconnaissance d’un autre rapport au monde »



Logement : 10 juin de 14h à 17h


Moncef Labidi, Café social : « Réflexion sur les logements partagés et création du concept de café social à Paris, lieu de lien social où se retrouvent des travailleurs immigrés »
Jean-Pierre Chrétien-Goni, Musée de la Migration : « Réflexions autour de la question du droit au logement et travail de mémoire à travers la création d’un musée éphémère »
Astrid Perroy, Habitat et Humanisme : « Sur la base d’exemples concrets, Astrid, accompagnée du bénévole encadrant, se propose de faire un retour sur l’impact de la culture dans les travaux d’entretien et aménagement des appartements »



Table ronde finale

avec Mylène Bidault, Luc Carton, Jean-Pierre Chrétien-Goni et d'autres témoignages le 14 juin de 14h à 17h.
Date de l'événement : 18.05.2021 - 14:00
atdquartmonderencontrenationale202118mai_atd.png
AtdQuartMondeRencontresNationales202118M2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

ATD Quart-Monde Rencontres nationales 2021 18 Mai, 27 mai, 10 juin, 14 juin

Description : Réseau Wresinski culture

Tous les droits humains sont indivisibles et interdépendants.
Cela signifie que l'on ne peut pas jouir pleinement d'un droit sans pouvoir exercer les autres. Leur dimension culturelle permet de développer des droits appropriés, quel que soit son contexte de vie. Tous les champs de l’activité humaine sont concernés. Nous ne vivons pas tous de la même façon, n’exerçons pas les mêmes pratiques, n’habitons pas les mêmes lieux.

Le respect des références et des pratiques culturelles de chacun est un droit qui se décline dans tous les aspects de la vie quotidienne, vie matérielle, comme vie intellectuelle ou spirituelle. C’est ce qu’on appelle l’exercice des droits culturels. Cet exercice permet de reconnaître la dignité des personnes dans l’expression de leurs pratiques culturelles aussi diverses soient elles et renforce leur capacité d’agir.

Pour cette nouvelle rencontre du Réseau Wresinski culture, nous avons choisi 3 domaines de vie essentiels pour les êtres humains : se loger, se nourrir, se soigner. L’enjeu est d’y présenter des expériences qui montrent à quel point le fait d’exprimer ce à quoi on donne sens permet à chacun de passer d’une position de passivité à une posture agissante, jusqu’à la transformation de ses conditions de vie.

En reconnaissant les personnes dans leur droit à exprimer leurs références culturelles et à en échanger avec les autres, nous espérons faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun.

Intervenants



Alimentation : 18 mai de 14h à 17h

Hélène Tavera, Collectif 4C : « Comment développer un lien social et de convivialité par l'alimentation au sein d’un collectif d’habitants »
Benoit Guérard et Viviane Tirlicien, Terre de Lorraine : « Reconnaître la dignité des personnes à travers une charte pour l'accessibilité à tous d'une alimentation de qualité »
Schutz Jacqueline, Restos du Cœur : « Mettre en lumière comment les ateliers cuisine font émerger la dimension culturelle du droit à l’alimentation et leur articulation avec les différentes formes d’accompagnement proposés par
les Restos du cœur »



Soin - Santé : 27 mai de 14h à 17h


Anne-Sophie Baudchon (sage-femme), PMI département du Nord : « Prise en compte de la culture des patients dans la pratique de l’accompagnement périnatal, sortir de la prescription professionnelle pour entrer dans une interaction constructive avec les patients » et
Cadart Marie-Laure, Médecin et anthropologue : « Reconnaissance de la culture de chaque femme au sein des crèches et PMI »
Didier Ménard, Place de la Santé : « Approche élargie de la santé visant à « faire de la médecine autrement » axée sur le bien-être des individus »
Emmanuelle Jouet, Pair-aidance : « Développement d’une formation à la pair-aidance pour faire reconnaître en tant que professionnels ces pairs aidants, créatrice de l’association « J’entends des voix » militant pour la reconnaissance d’un autre rapport au monde »



Logement : 10 juin de 14h à 17h


Moncef Labidi, Café social : « Réflexion sur les logements partagés et création du concept de café social à Paris, lieu de lien social où se retrouvent des travailleurs immigrés »
Jean-Pierre Chrétien-Goni, Musée de la Migration : « Réflexions autour de la question du droit au logement et travail de mémoire à travers la création d’un musée éphémère »
Astrid Perroy, Habitat et Humanisme : « Sur la base d’exemples concrets, Astrid, accompagnée du bénévole encadrant, se propose de faire un retour sur l’impact de la culture dans les travaux d’entretien et aménagement des appartements »



Table ronde finale

avec Mylène Bidault, Luc Carton, Jean-Pierre Chrétien-Goni et d'autres témoignages le 14 juin de 14h à 17h.
Date de l'événement : 18.05.2021 - 14:00
atdquartmonderencontrenationale202118mai_atd.png
AtdQuartMondeRencontresNationales202118M (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

ATD Quart-Monde Rencontres nationales 2021 18 Mai, 27 mai, 10 juin, 14 juin

Description : Réseau Wresinski culture

Tous les droits humains sont indivisibles et interdépendants.
Cela signifie que l'on ne peut pas jouir pleinement d'un droit sans pouvoir exercer les autres. Leur dimension culturelle permet de développer des droits appropriés, quel que soit son contexte de vie. Tous les champs de l’activité humaine sont concernés. Nous ne vivons pas tous de la même façon, n’exerçons pas les mêmes pratiques, n’habitons pas les mêmes lieux.

Le respect des références et des pratiques culturelles de chacun est un droit qui se décline dans tous les aspects de la vie quotidienne, vie matérielle, comme vie intellectuelle ou spirituelle. C’est ce qu’on appelle l’exercice des droits culturels. Cet exercice permet de reconnaître la dignité des personnes dans l’expression de leurs pratiques culturelles aussi diverses soient elles et renforce leur capacité d’agir.

Pour cette nouvelle rencontre du Réseau Wresinski culture, nous avons choisi 3 domaines de vie essentiels pour les êtres humains : se loger, se nourrir, se soigner. L’enjeu est d’y présenter des expériences qui montrent à quel point le fait d’exprimer ce à quoi on donne sens permet à chacun de passer d’une position de passivité à une posture agissante, jusqu’à la transformation de ses conditions de vie.

En reconnaissant les personnes dans leur droit à exprimer leurs références culturelles et à en échanger avec les autres, nous espérons faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun.

Intervenants



Alimentation : 18 mai de 14h à 17h

Hélène Tavera, Collectif 4C : « Comment développer un lien social et de convivialité par l'alimentation au sein d’un collectif d’habitants »
Benoit Guérard et Viviane Tirlicien, Terre de Lorraine : « Reconnaître la dignité des personnes à travers une charte pour l'accessibilité à tous d'une alimentation de qualité »
Schutz Jacqueline, Restos du Cœur : « Mettre en lumière comment les ateliers cuisine font émerger la dimension culturelle du droit à l’alimentation et leur articulation avec les différentes formes d’accompagnement proposés par
les Restos du cœur »



Soin - Santé : 27 mai de 14h à 17h


Anne-Sophie Baudchon (sage-femme), PMI département du Nord : « Prise en compte de la culture des patients dans la pratique de l’accompagnement périnatal, sortir de la prescription professionnelle pour entrer dans une interaction constructive avec les patients » et
Cadart Marie-Laure, Médecin et anthropologue : « Reconnaissance de la culture de chaque femme au sein des crèches et PMI »
Didier Ménard, Place de la Santé : « Approche élargie de la santé visant à « faire de la médecine autrement » axée sur le bien-être des individus »
Emmanuelle Jouet, Pair-aidance : « Développement d’une formation à la pair-aidance pour faire reconnaître en tant que professionnels ces pairs aidants, créatrice de l’association « J’entends des voix » militant pour la reconnaissance d’un autre rapport au monde »



Logement : 10 juin de 14h à 17h


Moncef Labidi, Café social : « Réflexion sur les logements partagés et création du concept de café social à Paris, lieu de lien social où se retrouvent des travailleurs immigrés »
Jean-Pierre Chrétien-Goni, Musée de la Migration : « Réflexions autour de la question du droit au logement et travail de mémoire à travers la création d’un musée éphémère »
Astrid Perroy, Habitat et Humanisme : « Sur la base d’exemples concrets, Astrid, accompagnée du bénévole encadrant, se propose de faire un retour sur l’impact de la culture dans les travaux d’entretien et aménagement des appartements »



Table ronde finale

avec Mylène Bidault, Luc Carton, Jean-Pierre Chrétien-Goni et d'autres témoignages le 14 juin de 14h à 17h.
Date de l'événement : 18.05.2021 - 14:00
atdquartmonderencontrenationale202118mai_atd.png
AtdQuartMondeRencontresNationales202118M3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

ATD Quart-Monde Rencontres nationales 2021 18 Mai, 27 mai, 10 juin, 14 juin

Description : Réseau Wresinski culture

Tous les droits humains sont indivisibles et interdépendants.
Cela signifie que l'on ne peut pas jouir pleinement d'un droit sans pouvoir exercer les autres. Leur dimension culturelle permet de développer des droits appropriés, quel que soit son contexte de vie. Tous les champs de l’activité humaine sont concernés. Nous ne vivons pas tous de la même façon, n’exerçons pas les mêmes pratiques, n’habitons pas les mêmes lieux.

Le respect des références et des pratiques culturelles de chacun est un droit qui se décline dans tous les aspects de la vie quotidienne, vie matérielle, comme vie intellectuelle ou spirituelle. C’est ce qu’on appelle l’exercice des droits culturels. Cet exercice permet de reconnaître la dignité des personnes dans l’expression de leurs pratiques culturelles aussi diverses soient elles et renforce leur capacité d’agir.

Pour cette nouvelle rencontre du Réseau Wresinski culture, nous avons choisi 3 domaines de vie essentiels pour les êtres humains : se loger, se nourrir, se soigner. L’enjeu est d’y présenter des expériences qui montrent à quel point le fait d’exprimer ce à quoi on donne sens permet à chacun de passer d’une position de passivité à une posture agissante, jusqu’à la transformation de ses conditions de vie.

En reconnaissant les personnes dans leur droit à exprimer leurs références culturelles et à en échanger avec les autres, nous espérons faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun.

Intervenants



Alimentation : 18 mai de 14h à 17h

Hélène Tavera, Collectif 4C : « Comment développer un lien social et de convivialité par l'alimentation au sein d’un collectif d’habitants »
Benoit Guérard et Viviane Tirlicien, Terre de Lorraine : « Reconnaître la dignité des personnes à travers une charte pour l'accessibilité à tous d'une alimentation de qualité »
Schutz Jacqueline, Restos du Cœur : « Mettre en lumière comment les ateliers cuisine font émerger la dimension culturelle du droit à l’alimentation et leur articulation avec les différentes formes d’accompagnement proposés par
les Restos du cœur »



Soin - Santé : 27 mai de 14h à 17h


Anne-Sophie Baudchon (sage-femme), PMI département du Nord : « Prise en compte de la culture des patients dans la pratique de l’accompagnement périnatal, sortir de la prescription professionnelle pour entrer dans une interaction constructive avec les patients » et
Cadart Marie-Laure, Médecin et anthropologue : « Reconnaissance de la culture de chaque femme au sein des crèches et PMI »
Didier Ménard, Place de la Santé : « Approche élargie de la santé visant à « faire de la médecine autrement » axée sur le bien-être des individus »
Emmanuelle Jouet, Pair-aidance : « Développement d’une formation à la pair-aidance pour faire reconnaître en tant que professionnels ces pairs aidants, créatrice de l’association « J’entends des voix » militant pour la reconnaissance d’un autre rapport au monde »



Logement : 10 juin de 14h à 17h


Moncef Labidi, Café social : « Réflexion sur les logements partagés et création du concept de café social à Paris, lieu de lien social où se retrouvent des travailleurs immigrés »
Jean-Pierre Chrétien-Goni, Musée de la Migration : « Réflexions autour de la question du droit au logement et travail de mémoire à travers la création d’un musée éphémère »
Astrid Perroy, Habitat et Humanisme : « Sur la base d’exemples concrets, Astrid, accompagnée du bénévole encadrant, se propose de faire un retour sur l’impact de la culture dans les travaux d’entretien et aménagement des appartements »



Table ronde finale

avec Mylène Bidault, Luc Carton, Jean-Pierre Chrétien-Goni et d'autres témoignages le 14 juin de 14h à 17h.
Date de l'événement : 18.05.2021 - 14:00
atdquartmonderencontrenationale202118mai_atd.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AtdQuartMondeRencontreNationale202118Mai (LigneDeTemps), écrite par Gilles72
créée le 20.04.2021 à 18:23, mise à jour le 20.04.2021 à 16:28.

ATD Quart-Monde Rencontres nationales 2021 18 Mai, 27 mai, 10 juin, 14 juin

Description : Réseau Wresinski culture

Tous les droits humains sont indivisibles et interdépendants.
Cela signifie que l'on ne peut pas jouir pleinement d'un droit sans pouvoir exercer les autres. Leur dimension culturelle permet de développer des droits appropriés, quel que soit son contexte de vie. Tous les champs de l’activité humaine sont concernés. Nous ne vivons pas tous de la même façon, n’exerçons pas les mêmes pratiques, n’habitons pas les mêmes lieux.

Le respect des références et des pratiques culturelles de chacun est un droit qui se décline dans tous les aspects de la vie quotidienne, vie matérielle, comme vie intellectuelle ou spirituelle. C’est ce qu’on appelle l’exercice des droits culturels. Cet exercice permet de reconnaître la dignité des personnes dans l’expression de leurs pratiques culturelles aussi diverses soient elles et renforce leur capacité d’agir.

Pour cette nouvelle rencontre du Réseau Wresinski culture, nous avons choisi 3 domaines de vie essentiels pour les êtres humains : se loger, se nourrir, se soigner. L’enjeu est d’y présenter des expériences qui montrent à quel point le fait d’exprimer ce à quoi on donne sens permet à chacun de passer d’une position de passivité à une posture agissante, jusqu’à la transformation de ses conditions de vie.

En reconnaissant les personnes dans leur droit à exprimer leurs références culturelles et à en échanger avec les autres, nous espérons faire entendre à quel point la culture n’est pas un domaine réservé mais une dimension qui traverse tous les aspects de la vie et contribue à faire société, en favorisant l’émancipation de chacun.

Intervenants



Alimentation : 18 mai de 14h à 17h

Hélène Tavera, Collectif 4C : « Comment développer un lien social et de convivialité par l'alimentation au sein d’un collectif d’habitants »
Benoit Guérard et Viviane Tirlicien, Terre de Lorraine : « Reconnaître la dignité des personnes à travers une charte pour l'accessibilité à tous d'une alimentation de qualité »
Schutz Jacqueline, Restos du Cœur : « Mettre en lumière comment les ateliers cuisine font émerger la dimension culturelle du droit à l’alimentation et leur articulation avec les différentes formes d’accompagnement proposés par
les Restos du cœur »



Soin - Santé : 27 mai de 14h à 17h


Anne-Sophie Baudchon (sage-femme), PMI département du Nord : « Prise en compte de la culture des patients dans la pratique de l’accompagnement périnatal, sortir de la prescription professionnelle pour entrer dans une interaction constructive avec les patients » et
Cadart Marie-Laure, Médecin et anthropologue : « Reconnaissance de la culture de chaque femme au sein des crèches et PMI »
Didier Ménard, Place de la Santé : « Approche élargie de la santé visant à « faire de la médecine autrement » axée sur le bien-être des individus »
Emmanuelle Jouet, Pair-aidance : « Développement d’une formation à la pair-aidance pour faire reconnaître en tant que professionnels ces pairs aidants, créatrice de l’association « J’entends des voix » militant pour la reconnaissance d’un autre rapport au monde »



Logement : 10 juin de 14h à 17h


Moncef Labidi, Café social : « Réflexion sur les logements partagés et création du concept de café social à Paris, lieu de lien social où se retrouvent des travailleurs immigrés »
Jean-Pierre Chrétien-Goni, Musée de la Migration : « Réflexions autour de la question du droit au logement et travail de mémoire à travers la création d’un musée éphémère »
Astrid Perroy, Habitat et Humanisme : « Sur la base d’exemples concrets, Astrid, accompagnée du bénévole encadrant, se propose de faire un retour sur l’impact de la culture dans les travaux d’entretien et aménagement des appartements »



Table ronde finale

avec Mylène Bidault, Luc Carton, Jean-Pierre Chrétien-Goni et d'autres témoignages le 14 juin de 14h à 17h.
Date de l'événement : 18.05.2021 - 14:00
atdquartmonderencontrenationale202118mai_atd.png
AtdQuartMondeRencontresNationales202118M4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

AUFFRAY-MILESY Marigrine Présidente Association Ma Ressourcerie

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Les emplois aidés ont fortement diminué en nombre et en montant pendant ce quinquennat. Or ils sont indispensables au maintien et au développement des activités associatives. Nombre d'associations ont dû cesser leurs activités en direction des plus démunis, c'est bien dommage.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Nombre de ressourceries ont dû fermer ou diminuer fortement leurs activités alors qu'elles permettent aux plus modestes de s'équiper à petits prix et à des salariés très éloignés de l'emploi de retrouver une activité.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Il faut que les pouvoirs publics subventionnent à nouveau le monde associatif, sans contrepartie autre que la justification de l'emploi des fonds alloués à des objectifs associatifs ou caritatifs.
Créer un grand nombre d'emplois aidés fortement subventionnés.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Allocation de fonds destinés à la création d'emplois fortement aidés à destination du monde associatif.
Allocation de subventions de fonctionnement aux associations environnementales et sociales.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
AuffrayMilesyMarigrinePresidenteAssociation (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 16:30, mise à jour le 04.11.2021 à 16:30.
AdequationS (), écrite par IsaCAC
créée le 07.10.2019 à 13:48, mise à jour le 07.10.2019 à 13:48.

Agora de la république de l'ESS - MES - 10 juin

Description : Dans le cadre de son AG le Mouvement pour l'économie solidaire organise une agora de la République de l'ESS le 10 juin 2021 à Dijon.
La république de l'ESS est une action de plaidoyer porté par ESS France qui propose une plateforme participative ouverte à toutes celles et ceux qui aujourd’hui font vivre l’ESS et qui veulent en faire la norme de l’économie de demain. L’objectif est de construire et partager, au-delà de nos déclarations de principes et définitions juridiques, le projet politique collectif porté et incarné par l’ESS au regard des enjeux économiques, sociaux, environnementaux, démocratiques en faisant entendre collectivement sa voix et la possibilité d’une autre façon de concevoir l’économie et l’entreprise.
Dans le cadre de la cadre de la Plateforme la partie événements regroupe les agoras nationales et régionales proposées par les utilisateurs de la République de l’ESS.
L'agora que nous nous proposons d'organiser porte sur la thématique la démocratie économique au niveau régional et national
Notre fil conducteur : Favoriser pour les citoyens la citoyenneté et la réappropriation de la démocratie économique. L’acteur central est le citoyen. Une réflexion sur une économie transformatrice, pas exclusivement enfermée dans la vison entrepreneuriale.
Date de l'événement : 10.06.2021
agoradelarepubliquedelessmes_mes.jpg
AgoraDeLaRepubliqueDeLEssMes10Juin2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Agora de la république de l'ESS - MES - 10 juin

Description : Dans le cadre de son AG le Mouvement pour l'économie solidaire organise une agora de la République de l'ESS le 10 juin 2021 à Dijon.
La république de l'ESS est une action de plaidoyer porté par ESS France qui propose une plateforme participative ouverte à toutes celles et ceux qui aujourd’hui font vivre l’ESS et qui veulent en faire la norme de l’économie de demain. L’objectif est de construire et partager, au-delà de nos déclarations de principes et définitions juridiques, le projet politique collectif porté et incarné par l’ESS au regard des enjeux économiques, sociaux, environnementaux, démocratiques en faisant entendre collectivement sa voix et la possibilité d’une autre façon de concevoir l’économie et l’entreprise.
Dans le cadre de la cadre de la Plateforme la partie événements regroupe les agoras nationales et régionales proposées par les utilisateurs de la République de l’ESS.
L'agora que nous nous proposons d'organiser porte sur la thématique la démocratie économique au niveau régional et national
Notre fil conducteur : Favoriser pour les citoyens la citoyenneté et la réappropriation de la démocratie économique. L’acteur central est le citoyen. Une réflexion sur une économie transformatrice, pas exclusivement enfermée dans la vison entrepreneuriale.
Date de l'événement : 10.06.2021
agoradelarepubliquedelessmes_mes.jpg
AgoraDeLaRepubliqueDeLEssMes10Juin4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Agora de la république de l'ESS - MES - 10 juin

Description : Dans le cadre de son AG le Mouvement pour l'économie solidaire organise une agora de la République de l'ESS le 10 juin 2021 à Dijon.
La république de l'ESS est une action de plaidoyer porté par ESS France qui propose une plateforme participative ouverte à toutes celles et ceux qui aujourd’hui font vivre l’ESS et qui veulent en faire la norme de l’économie de demain. L’objectif est de construire et partager, au-delà de nos déclarations de principes et définitions juridiques, le projet politique collectif porté et incarné par l’ESS au regard des enjeux économiques, sociaux, environnementaux, démocratiques en faisant entendre collectivement sa voix et la possibilité d’une autre façon de concevoir l’économie et l’entreprise.
Dans le cadre de la cadre de la Plateforme la partie événements regroupe les agoras nationales et régionales proposées par les utilisateurs de la République de l’ESS.
L'agora que nous nous proposons d'organiser porte sur la thématique la démocratie économique au niveau régional et national
Notre fil conducteur : Favoriser pour les citoyens la citoyenneté et la réappropriation de la démocratie économique. L’acteur central est le citoyen. Une réflexion sur une économie transformatrice, pas exclusivement enfermée dans la vison entrepreneuriale.
Date de l'événement : 10.06.2021
agoradelarepubliquedelessmes_mes.jpg
AgoraDeLaRepubliqueDeLEssMes10Juin3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Agora de la république de l'ESS - MES - 10 juin

Description : Dans le cadre de son AG le Mouvement pour l'économie solidaire organise une agora de la République de l'ESS le 10 juin 2021 à Dijon.
La république de l'ESS est une action de plaidoyer porté par ESS France qui propose une plateforme participative ouverte à toutes celles et ceux qui aujourd’hui font vivre l’ESS et qui veulent en faire la norme de l’économie de demain. L’objectif est de construire et partager, au-delà de nos déclarations de principes et définitions juridiques, le projet politique collectif porté et incarné par l’ESS au regard des enjeux économiques, sociaux, environnementaux, démocratiques en faisant entendre collectivement sa voix et la possibilité d’une autre façon de concevoir l’économie et l’entreprise.
Dans le cadre de la cadre de la Plateforme la partie événements regroupe les agoras nationales et régionales proposées par les utilisateurs de la République de l’ESS.
L'agora que nous nous proposons d'organiser porte sur la thématique la démocratie économique au niveau régional et national
Notre fil conducteur : Favoriser pour les citoyens la citoyenneté et la réappropriation de la démocratie économique. L’acteur central est le citoyen. Une réflexion sur une économie transformatrice, pas exclusivement enfermée dans la vison entrepreneuriale.
Date de l'événement : 10.06.2021
agoradelarepubliquedelessmes_mes.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AgoraDeLaRepubliqueDeLEssMes (LigneDeTemps)
créée le 07.04.2021 à 11:30, mise à jour le 09.04.2021 à 13:59.

Agora de la république de l'ESS - MES - 10 juin

Description : Dans le cadre de son AG le Mouvement pour l'économie solidaire organise une agora de la République de l'ESS le 10 juin 2021 à Dijon.
La république de l'ESS est une action de plaidoyer porté par ESS France qui propose une plateforme participative ouverte à toutes celles et ceux qui aujourd’hui font vivre l’ESS et qui veulent en faire la norme de l’économie de demain. L’objectif est de construire et partager, au-delà de nos déclarations de principes et définitions juridiques, le projet politique collectif porté et incarné par l’ESS au regard des enjeux économiques, sociaux, environnementaux, démocratiques en faisant entendre collectivement sa voix et la possibilité d’une autre façon de concevoir l’économie et l’entreprise.
Dans le cadre de la cadre de la Plateforme la partie événements regroupe les agoras nationales et régionales proposées par les utilisateurs de la République de l’ESS.
L'agora que nous nous proposons d'organiser porte sur la thématique la démocratie économique au niveau régional et national
Notre fil conducteur : Favoriser pour les citoyens la citoyenneté et la réappropriation de la démocratie économique. L’acteur central est le citoyen. Une réflexion sur une économie transformatrice, pas exclusivement enfermée dans la vison entrepreneuriale.
Date de l'événement : 10.06.2021
agoradelarepubliquedelessmes_mes.jpg
AgoraDeLaRepubliqueDeLEssMes10Juin (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Amfis d'été de la FI - 25 au 28/8

Description : L’événement politique de la FI se déroulera cette année à Valence du 25 au 28 août 2022.
Au programme : formations théoriques et pratiques, conférences, débats, animations culturelles et concerts dans un cadre convivial et naturel.

"Après une année marquée par des résultats exceptionnels aux élections présidentielles et législatives et l’élection de près de 150 député·es de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, les Amfis 2022 permettront de se retrouver pour préparer une rentrée politique qui s’annonce intense."
Date de l'événement : 25.08.2022
amfisdetedelafi25au287_amfis22.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
AmfisDEteDeLaFi25Au287 (LigneDeTemps)
créée le 27.07.2022 à 11:20, mise à jour le 27.07.2022 à 09:20.

Arpentage "Culture et émancipation avec les droits culturels" - 27 jan

Description : Dans le cadre de notre Université des Savoirs Associatifs nous réaliserons la prochaine séance d’arpentage* le jeudi 27 janvier en visio à 18h.

Il s’agira de découvrir à plusieurs l’utilité du contenu de la publication de l’UFISC
Culture et émancipation – cheminer avec les droits culturels

*L’atelier d’arpentage est une technique de lecture collective de l’éduc pop. très participative durant laquelle vous aurez un passage à lire, elle dure 2h/2h30 environ
Date de l'événement : 27.01.2022
arpentagecultureetemancipationaveclesdro_culturecommunssolidarites.jpg
ArpentageCultureEtEmancipationAvecLesDro3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Arpentage "Culture et émancipation avec les droits culturels" - 27 jan

Description : Dans le cadre de notre Université des Savoirs Associatifs nous réaliserons la prochaine séance d’arpentage* le jeudi 27 janvier en visio à 18h.

Il s’agira de découvrir à plusieurs l’utilité du contenu de la publication de l’UFISC
Culture et émancipation – cheminer avec les droits culturels

*L’atelier d’arpentage est une technique de lecture collective de l’éduc pop. très participative durant laquelle vous aurez un passage à lire, elle dure 2h/2h30 environ
Date de l'événement : 27.01.2022
arpentagecultureetemancipationaveclesdro_culturecommunssolidarites.jpg
ArpentageCultureEtEmancipationAvecLesDro5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Arpentage "Culture et émancipation avec les droits culturels" - 27 jan

Description : Dans le cadre de notre Université des Savoirs Associatifs nous réaliserons la prochaine séance d’arpentage* le jeudi 27 janvier en visio à 18h.

Il s’agira de découvrir à plusieurs l’utilité du contenu de la publication de l’UFISC
Culture et émancipation – cheminer avec les droits culturels

*L’atelier d’arpentage est une technique de lecture collective de l’éduc pop. très participative durant laquelle vous aurez un passage à lire, elle dure 2h/2h30 environ
Date de l'événement : 27.01.2022
arpentagecultureetemancipationaveclesdro_culturecommunssolidarites.jpg
ArpentageCultureEtEmancipationAvecLesDro2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Arpentage "Culture et émancipation avec les droits culturels" - 27 jan

Description : Dans le cadre de notre Université des Savoirs Associatifs nous réaliserons la prochaine séance d’arpentage* le jeudi 27 janvier en visio à 18h.

Il s’agira de découvrir à plusieurs l’utilité du contenu de la publication de l’UFISC
Culture et émancipation – cheminer avec les droits culturels

*L’atelier d’arpentage est une technique de lecture collective de l’éduc pop. très participative durant laquelle vous aurez un passage à lire, elle dure 2h/2h30 environ
Date de l'événement : 27.01.2022
arpentagecultureetemancipationaveclesdro_culturecommunssolidarites.jpg
ArpentageCultureEtEmancipationAvecLesDro4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Arpentage "Culture et émancipation avec les droits culturels" - 27 jan

Description : Dans le cadre de notre Université des Savoirs Associatifs nous réaliserons la prochaine séance d’arpentage* le jeudi 27 janvier en visio à 18h.

Il s’agira de découvrir à plusieurs l’utilité du contenu de la publication de l’UFISC
Culture et émancipation – cheminer avec les droits culturels

*L’atelier d’arpentage est une technique de lecture collective de l’éduc pop. très participative durant laquelle vous aurez un passage à lire, elle dure 2h/2h30 environ
Date de l'événement : 27.01.2022
arpentagecultureetemancipationaveclesdro_culturecommunssolidarites.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
ArpentageCultureEtEmancipationAvecLesDro (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 12.01.2022 à 12:51, mise à jour le 12.01.2022 à 11:53.

Association Les Hôtels Solidaires, Je suis le coprésident de l'association

Combien d’emplois sous contrat PEC compte votre association et aviez-vous prévu des embauches en PEC ? : Actuellement 3 emplois PEC, et nous en avions prévu 2 nouveaux dont le recrutement devait être effectif le mois prochain.
Que signifiera pour votre activité le non-renouvellement, la réduction de la durée du renouvellement ou la baisse de prise en charge de ces contrats ? : Actuellement Pôle Emploi nous dit qu'il est impossible de faire de nouveaux contrats PEC quels qu'ils soient, donc pour nous c'est l'arrêt très probable d'une partie de nos activités (non renouvellement des contrats, et non recrutement des nouvelles personnes prévues).
Quels sont les activités concrètes et l’apport pour votre association des personnes que vous avez employées sous PEC ? : Nous avions une coordinatrice générale de l'association en PEC, ainsi qu'une couturière en situation de handicap, une personne chargée de la gestion administrative en situation de handicap, et nous étions en train de recruter un chauffeur/livreur en situation de handicap ainsi qu'une nouvelle couturière en situation de handicap.
Avez-vous prévu des actions pour dénoncer cette situation ? Si oui lesquelles ? Merci de préciser votre région : Nous ne savons pas comment procéder.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
AssociationLesHotelsSolidairesJeSuisLeC (Parcours Emploi Compétence)
créée le 24.05.2022 à 07:49, mise à jour le 24.05.2022 à 07:49.

Atelier CAC - suite de l'enquête d'un quinquennat à l'autre - 18 fév

Description : Second temps collectif après la réunion plénière 18/12/21 "SPÉCIALE ENQUÊTE SUR L’ÉVOLUTION DU MONDE ASSOCIATIF… D’UN QUINQUENNAT À L’AUTRE"
RDV Vendredi 18 février 2022 de 14h à 17h en visio

Dans la continuité des questions posées aux associations et réseaux (d’octobre à déc+ déc à fév) sur les évolutions constatées durant le dernier quinquennat, ce rendez-vous est l’occasion de prendre un 2d temps collectif (présentiel/distanciel) pour croisert les synthèses de vos contributions et celles des autres acteurs associatifs et en discuter ensemble.
Ce sera l’occasion sélection et rédaction des bilans et perspectives choisies à partir de l' analyse collective des réponses à l‘enquête dont vous retrouverez tous les détails sur ce site ICI : https://mobilisations.associations-citoyennes.net/?EnquetePresidentielles

L’idée centrale : donner la parole aux associations, restituer et analyser les différentes paroles, les mettre en commun, prendre le temps de regarder ce qui a été fait durant le quinquennat qui s’achève et ce que nous voudrions pour le prochain.
Date de l'événement : 18.02.2022
plenierecacsuiteenquetedunquinquennat_enquetebandeau.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
PleniereCacSuiteEnqueteDUnQuinquennat (LigneDeTemps)
créée le 28.12.2021 à 18:58, mise à jour le 25.01.2022 à 15:23.

Audrey Prud'Homme / Alliance Citoyenne

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : On a évidemment assisté à un recul des libertés associatives. La loi séparatisme, le contrat d'engagement républicain et les dissolutions arbitraires tentent de faire rentrer les assos dans un cadre qui correspond à celui de la politique LREM.
De plus les institutions se défaussent de plus en plus de leurs rôles pour faire porter ce poids aux assos.
Utiliser et contrôler.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Les répressions sur les quartiers populaires sont de plus en plus fortes, avec la menace de disqualification de leurs habitants en leur plaquant l'étiquette "d'islamistes" dès que ceux ci sortent du cadre désiré.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Revenir sur la loi séparatisme et le contrat d'engagement.
Soumettre les dissolutions à des commissions composées d'assos.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Annulation de la loi séparatisme et du contrat d'engagement républicain.
Mise en place d'une commission indépendante d'associations chargée se statuer sur les répressions (un genre de Défenseur des Droits des assos)
Autre chose à ajouter ? : Bonne initiative !
(pour l'anonymat, à discuter en fonction de ce que vous souhaiter publier)
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
AudreyPrudHommeAllianceCitoyenne (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 05.11.2021 à 18:02, mise à jour le 05.11.2021 à 18:02.

BENOIT Peter

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Que des reculs, graves, car touchant au socle de nos libertés.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Paupérisation, précarisation, marchandisation avec la quasi-disparition de la préservation des biens communs, dont la privatisation rampante des services publics est la partie émergée de l'iceberg.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Votre réponse
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : La sanctuarisation du statut associatif, renforcé dans la Constitution, interdisant le contrôle politique de l'État.
Autre chose à ajouter ? : Je ne comprends pas l"objectif de ce sondage... J'espère simplement qu'il ne s'agit pas de quémander quoi que ce soit dans une démarche illusoire : l'association (principe anarchiste) s'est conquise par la lutte.C'est pourquoi, poser vos questions en termes électoraux ne peut donner de réponses pertinentes.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
BenoitPeter (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 06.11.2021 à 20:43, mise à jour le 06.11.2021 à 20:43.

Buard Vincent Prénom Association éventuelle

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Des reculs.
Financements plus difficiles , plus de pauvres dans la société, une désinformation sur ce qui se passe dans le pays et dans le monde, accompagnée parfois de répression , comme contre les journalistes qui ont parlé des ventes d'armes à l'arabie séoudite servant au Yémen.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Dans le secteur médical, des tensions accrues en libéral et dans le secteur public, par suppressions de lits, manque de renouvellement des médecins et autres catégories partant à la retraite. Des soins devenant de plus en plus payants pour les non-mahorais à Mayotte
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : En finir avec une monopolisation du discours ultra-libéral dans les médias dominants, qui fait glisser l'électorat à droite alors que ses besoins ressentis sont demandeurs de plus de social: meilleurs services publics, à élargir,..
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Porter au plus vite le budget de l'aide au développement international à 0,7% sans artifices (en sortir les investissements dans les D.O.M., les frais de scolarité des étudiants étrangers) et rapidement le faire passer en dons au lieu de prêts
Arrêter le financement de tout projet religieux, y compris catholique par l'Etat et les collectivités locales
Reconnaitre dans la carrière professionnelle le temps consacré au travail associatif
Soutenir le développement des coopératives : faciliter la reprise d'entreprises en difficultés par les salariés, financement public de coopératives agissant dans une logique écologique et de partage
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
BuardVincentPrenomAssociationEventuelle (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 18:32, mise à jour le 03.11.2021 à 18:32.

CAC'Café - Libertés asso CER + chasse aux socières - 25 jan

Description : Nouveau rendez-vous mensuel : le CAC’CAFÉ
à 9h à partir de décembre 2021 tous les derniers mardis du mois : prochain 25 janvier 2022

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaitre entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…
Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives ainsi que le Contrat d’Engagement Républicain qui devrait, hélas, entrer en application en janvier 2022.

Les séances suivantes se poursuivons avec les sujets que vous amènerez, celle du 6 janvier portera sur les élections présidentielles.
Date de l'événement : 25.01.2022
caccafepresidentielleschasseauxsociere_cac-cafe.jpg
CacCafeLibertesAssoCerChasseAuxSocie4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

CAC'Café - Libertés asso CER + chasse aux socières - 25 jan

Description : Nouveau rendez-vous mensuel : le CAC’CAFÉ
à 9h à partir de décembre 2021 tous les derniers mardis du mois : prochain 25 janvier 2022

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaitre entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…
Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives ainsi que le Contrat d’Engagement Républicain qui devrait, hélas, entrer en application en janvier 2022.

Les séances suivantes se poursuivons avec les sujets que vous amènerez, celle du 6 janvier portera sur les élections présidentielles.
Date de l'événement : 25.01.2022
caccafepresidentielleschasseauxsociere_cac-cafe.jpg
CacCafeLibertesAssoCerChasseAuxSocie2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

CAC'Café - Libertés asso CER + chasse aux socières - 25 jan

Description : Nouveau rendez-vous mensuel : le CAC’CAFÉ
à 9h à partir de décembre 2021 tous les derniers mardis du mois : prochain 25 janvier 2022

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaitre entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…
Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives ainsi que le Contrat d’Engagement Républicain qui devrait, hélas, entrer en application en janvier 2022.

Les séances suivantes se poursuivons avec les sujets que vous amènerez, celle du 6 janvier portera sur les élections présidentielles.
Date de l'événement : 25.01.2022
caccafepresidentielleschasseauxsociere_cac-cafe.jpg
CacCafeLibertesAssoCerChasseAuxSocie (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

CAC'Café - Libertés asso CER + chasse aux socières - 25 jan

Description : Nouveau rendez-vous mensuel : le CAC’CAFÉ
à 9h à partir de décembre 2021 tous les derniers mardis du mois : prochain 25 janvier 2022

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaitre entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…
Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives ainsi que le Contrat d’Engagement Républicain qui devrait, hélas, entrer en application en janvier 2022.

Les séances suivantes se poursuivons avec les sujets que vous amènerez, celle du 6 janvier portera sur les élections présidentielles.
Date de l'événement : 25.01.2022
caccafepresidentielleschasseauxsociere_cac-cafe.jpg
CacCafeLibertesAssoCerChasseAuxSocie3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

CAC'Café - Libertés asso CER + chasse aux socières - 25 jan

Description : Nouveau rendez-vous mensuel : le CAC’CAFÉ
à 9h à partir de décembre 2021 tous les derniers mardis du mois : prochain 25 janvier 2022

Le principe est simple : 1h30 d’échange sur une thématique qui change tous les mois. Un temps pour se parler et se connaitre entre membres du CAC . L’occasion d’échanger sur nos actualités associatives et politiques, les chantiers et projets, et pourquoi pas finir par une petite revue de presse collective et se proposer lectures, vidéos, podcasts…
Nous avons débuté le 2 décembre avec une thématique d’actualité : la nouvelle étude de notre Observatoire des Libertés Associatives ainsi que le Contrat d’Engagement Républicain qui devrait, hélas, entrer en application en janvier 2022.

Les séances suivantes se poursuivons avec les sujets que vous amènerez, celle du 6 janvier portera sur les élections présidentielles.
Date de l'événement : 25.01.2022
caccafepresidentielleschasseauxsociere_cac-cafe.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacCafePresidentiellesChasseAuxSociere (LigneDeTemps)
créée le 28.12.2021 à 18:52, mise à jour le 12.01.2022 à 11:47.

CAC'Café - libertés asso le 2 déc à 9h

Date de l'événement : 02.12.2021
caccafelibertesassole2deca9h_caccafe.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacCafeLibertesAssoLe2DecA9h (LigneDeTemps)
créée le 22.11.2021 à 11:45, mise à jour le 22.11.2021 à 11:45.

CAC'Café - libertés asso le 2 déc à 9h

Date de l'événement : 02.12.2021
caccafelibertesassole2deca9h_caccafe.jpg
CacCafeLibertesAssoLe2DecA9h2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

CAC'Café - libertés asso le 2 déc à 9h

Date de l'événement : 02.12.2021
caccafelibertesassole2deca9h_caccafe.jpg
CacCafeLibertesAssoLe2DecA9h5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

CAC'Café - libertés asso le 2 déc à 9h

Date de l'événement : 02.12.2021
caccafelibertesassole2deca9h_caccafe.jpg
CacCafeLibertesAssoLe2DecA9h3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

CAC'Café - libertés asso le 2 déc à 9h

Date de l'événement : 02.12.2021
caccafelibertesassole2deca9h_caccafe.jpg
CacCafeLibertesAssoLe2DecA9h4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.
ClacSarthe ()
créée le 25.09.2019 à 18:48, mise à jour le 27.09.2019 à 10:21.

Cac’Accueil pour expliquer le CAC aux adhérent.e.s - 14 oct

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 14.10.2021
cacaccueilpourexpliquerlecacauxadherent_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourExpliquerLeCacAuxAdherent2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour expliquer le CAC aux adhérent.e.s - 14 oct

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 14.10.2021
cacaccueilpourexpliquerlecacauxadherent_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourExpliquerLeCacAuxAdherent3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour expliquer le CAC aux adhérent.e.s - 14 oct

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 14.10.2021
cacaccueilpourexpliquerlecacauxadherent_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourExpliquerLeCacAuxAdherent4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour expliquer le CAC aux adhérent.e.s - 14 oct

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 14.10.2021
cacaccueilpourexpliquerlecacauxadherent_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourExpliquerLeCacAuxAdherent5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour expliquer le CAC aux adhérent.e.s - 14 oct

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 14.10.2021
cacaccueilpourexpliquerlecacauxadherent_cac-accueil-intro.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourExpliquerLeCacAuxAdherent (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 05.10.2021 à 13:56, mise à jour le 05.10.2021 à 13:56.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 10 février

Description : Rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s (et autres curieu.ses.x) et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !

L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).

Référence :
Date de l'événement : 10.02.2022
cacaccueilpourlesadherentes10fevrier_cacaccueil.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentES10Fevrier (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 25.01.2022 à 15:26, mise à jour le 25.01.2022 à 15:26.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 12 nov

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 12.11.2021
cacaccueilpourlesadherentes12nov_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES12Nov2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 12 nov

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 12.11.2021
cacaccueilpourlesadherentes12nov_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES12Nov4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 12 nov

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 12.11.2021
cacaccueilpourlesadherentes12nov_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES12Nov5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 12 nov

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 12.11.2021
cacaccueilpourlesadherentes12nov_cac-accueil-intro.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentES12Nov (LigneDeTemps)
créée le 06.10.2021 à 17:10, mise à jour le 06.10.2021 à 17:10.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 12 nov

Description : Un tout nouveau rdv mensuel en visio (pour commencer) de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il débute en octobre 2021 (et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 12.11.2021
cacaccueilpourlesadherentes12nov_cac-accueil-intro.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES12Nov3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 21 avril

Description : Rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s (et autres curieu.ses.x) et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !

L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 21.04.2022
cacaccueilpourlesadherentes21avril_cac-accueil-intro.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentES21Avril (LigneDeTemps)
créée le 02.03.2022 à 12:46, mise à jour le 02.03.2022 à 12:46.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 8/9

Description : Les CAC’Accueils : tous les deuxièmes jeudis du mois, une petite heure de « visite guidée » et de discussion pour découvrir le CAC (idéal pour les nouveaux adhérents ou tout simplement ceux et celles qui veulent en savoir plus sur notre actualité, notre fonctionnement, notre histoire)… prochain rdv donc le jeudi 8 sept à 12h30 (n’hésitez pas à en parler autour de vous, dans vos équipes, auprès de vos adhérents, etc.) – Infos et inscriptions.
Date de l'événement : 08.09.2022
cacaccueilpourlesadherentes89_dipaocacaccueil.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentES89 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 27.07.2022 à 09:30, mise à jour le 27.07.2022 à 09:30.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 9 déc

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 09.12.2021
cacaccueilpourlesadherentes9dec_dipaocacaccueil.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES9Dec4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 9 déc

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 09.12.2021
cacaccueilpourlesadherentes9dec_dipaocacaccueil.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES9Dec3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 9 déc

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 09.12.2021
cacaccueilpourlesadherentes9dec_dipaocacaccueil.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES9Dec5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 9 déc

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 09.12.2021
cacaccueilpourlesadherentes9dec_dipaocacaccueil.jpg
CacaccueilPourLesAdherentES9Dec2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s - 9 déc

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription et il a débuté en nov 2021
(et si le jeudi est férié on passe au vendredi).
Date de l'événement : 09.12.2021
cacaccueilpourlesadherentes9dec_dipaocacaccueil.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentES9Dec (LigneDeTemps)
créée le 30.11.2021 à 14:37, mise à jour le 30.11.2021 à 14:37.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s et personnes intéressées - 13 jan

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.01.2022
cacaccueilpourlesadherentesetpersonnes_cac-accueil-allies.jpg
CacaccueilPourLesAdherentESEtPersonnes3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s et personnes intéressées - 13 jan

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.01.2022
cacaccueilpourlesadherentesetpersonnes_cac-accueil-allies.jpg
CacaccueilPourLesAdherentESEtPersonnes4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s et personnes intéressées - 13 jan

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.01.2022
cacaccueilpourlesadherentesetpersonnes_cac-accueil-allies.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentESEtPersonnes (LigneDeTemps)
créée le 14.12.2021 à 15:17, mise à jour le 14.12.2021 à 15:17.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s et personnes intéressées - 13 jan

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.01.2022
cacaccueilpourlesadherentesetpersonnes_cac-accueil-allies.jpg
CacaccueilPourLesAdherentESEtPersonnes5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Cac’Accueil pour les adhérent.e.s et personnes intéressées - 13 jan

Description : Nouveau rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.01.2022
cacaccueilpourlesadherentesetpersonnes_cac-accueil-allies.jpg
CacaccueilPourLesAdherentESEtPersonnes2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Cac’Accueil pour les adhérent.es et plus - 13/10

Description : rdv mensuel en visio de présentation interactive du CAC pour accueillir les adhérent.e.s ou toute personnes curieuse du CAC et faire connaissance, en gros on vous emmène pour une « visite guidée » !
L’idée est d’expliquer ce que fait le CAC, comment il fonctionne, ses actions mais aussi de découvrir nos adhérent.e.s et leurs actions afin de créer des échanges entre nous.

Tous les 2d jeudis du mois à 12h30 sur inscription (il a débuté en nov 2021)
Date de l'événement : 13.10.2022
cacaccueilpourlesadherentesetplus131_dipaocacaccueil.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CacaccueilPourLesAdherentEsEtPlus131 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 30.09.2022 à 13:12, mise à jour le 30.09.2022 à 13:12.

Café’CAC - rdv visio d'actu - 27/9

Description : Les Cafés’CAC : tous les derniers mardis du mois à 9h, un temps assez informel et convivial où on se donne la possibilité d’échanger autour d’un thème particulier et d’une petite revue d’actualité… Prochain rdv le 27 sept sur le thème de l’IVG (notamment les décisions politiques en Amérique et les retombées mondiales) – infos et inscriptions ICI
Date de l'événement : 27.09.2022
cafecacrdvvisiodactu279_cac-cafe.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
CafecacRdvVisioDActu279 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 27.07.2022 à 09:32, mise à jour le 27.07.2022 à 09:32.

Campagne 2022 l'Art Est Public ! - 17 fév

Description : Alors que s’ouvre la période des élections présidentielle et législatives jusqu’à juin 2022, l’UFISC et ses organisations membres prennent l’initiative de relancer la dynamique L'Art Est Public (1) et d’appeler à la mobilisation culturelle pour une voie culturelle de la diversité et de la solidarité.
3 Objectifs
→ Communication publique sur la campagne L'Art Est Public, organisation d’actions, de temps forts... pour faire valoir le tiers-secteur culturel et artistique.
→ Rencontre des partis et des candidat·e·s aux présidentielle et législatives, pour tisser des liens pour demain.
→ Obtenir au moins 500 signatures d’élu·e·s pour une culture de la diversité et de la solidarité en 2022, pour légitimer notre plaidoyer et rendre "éligibles" nos propositions !
Date de l'événement : 17.02.2022
campagne2022lartestpublic17fev_planrevitaculturel.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
Campagne2022LArtEstPublic17Fev (LigneDeTemps)
créée le 17.02.2022 à 16:34, mise à jour le 17.02.2022 à 16:34.
CollectifReseauDEtres ()
créée le 30.09.2019 à 15:28, mise à jour le 30.09.2019 à 15:28.
CollectifDesAssociationsCitoyennes ()
créée le 27.09.2019 à 13:34, mise à jour le 27.09.2019 à 13:34.

Comptabilité CARE - 3 mai

Description : Webinaire comptabilité CARE par la coop des communs

CARE, méthode comptable multi-capitaux, peut-elle contribuer à éclairer et guider votre projet ?

La Coop des communs organise, pour les acteurs des associations citoyennes et des tiers lieux, une présentation de la méthode CARE et des expérimentations engagées par certains de ses membres.
Inscrivez-vous à cette présentation, qui aura lieu sous la forme d’un webinaire
le mardi 3 mai 2022 de 14h à 16h
avec le lien suivant https://airtable.com/shrNR0wxKbgnxuAwy
Date de l'événement : 03.05.2022
comptabilitecare_care.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
ComptabiliteCare (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:17, mise à jour le 19.04.2022 à 17:08.

Comédienne et codirectrice artistique de la Compagnie L'Arbre

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : *la fin des emplois aidés et leur non-renouvellement a mis en danger des associations, y compris celles qui jouaient le jeu, sur des territoires ruraux non attractifs, de former des personnes embauchées en CDI en échange de l'aide de l'Etat sur deux fois un an. Même si d'autres emplois aidés sont arrivés, cela a eu un impact à long terme car décrypter des dispositifs qui changent tout le temps est un travail à part entière, et il n'y avait plus de confiance dans l'Etat, puisque des contrats qui devaient être renouvelés n'avaient pas pu l'être.

*la mise en place du FDVA a constitué une avancée car le rôle social des associations de proximité faiblement employeuses s'est vu reconnaître par une aide au fonctionnement, ce qui est assez unique, pas à la hauteur certes des aides supprimées.

* sur les libertés, la loi Sécurité globale laisse planer la menace d'un contrôle accru et d'une marginalisation des associations militantes comme c'est déjà le cas dans certaines collectivités. Même si la pression n'est "que" financière, cela participe d'un état d'esprit général qui fait que des élus locaux ont pu nous dire en face, ou écrire par sms, que nos spectacles n'étaient pas les bienvenus dans les salles de leur collectivités car trop engagés. Donc le bilan est un rétrécissement de l'espace public pour les associations, avec une liberté d'expression théorique, mais pas de lieu pour l'exercer. Même les panneaux des communes voisines nous sont interdits, au prétexte fallacieux qu'ils seraient réservés aux associations de la commune.

* la prise en compte de l'égalité h/f en conditionnant le versement de subventions à la formation d'un référent n'est pas une mesure satisfaisante car pour des petites associations c'est encore une contrainte qui va reposer sur des bénévoles déjà épuisés. Par exemple sur les femmes qui les tiennent déjà à bout de bras.

Globalement, on assiste à deux évolutions contradictoires : un certain rétrécissement de l'espace pour les associations d'intérêt général d'une part, un affinement de la connaissance du terrain d'autre part avec un début de reconnaissance de leurs capacités spécifiques. Entre les deux, la croissance d'un corps d'experts et consultants, tout un secteur dans le secteur associatif, chargé d'analyser et accompagner les acteurs du terrain, et parfois mieux financé qu'eux.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : * de plus en plus de démarches qui étaient le fait des administrations sont dévolues maintenant aux associations (paramétrage du compte AT/MP, logiciel de billetterie...). Par conséquent, même quand on fait tout bien, on ne s'en sort pas (burn-tout, épuisement). On assiste à une professionnalisation à marche forcée d'un secteur non lucratif où les bénévoles sont exclus/ou surexploités alors même que les conditions pour appliquer le droit du travail et de justes rémunérations ne sont pas réunies (turn-over important dans l'administration du spectacle). Le risque est de fragiliser l'initiative artistique en laissant croître des regroupements économiques faire le boulot (boîtes de production pour le spectacle) et donc être décisionnaires sans être à l'origine du projet. A travers ces dispositifs d'accompagnement et autres injonctions de formation on formate l'offre associative (logique de diffusion et d'"action culturelle décentralisée"), et on décourage ses acteurs qui étaient pourtant en capacité de créer de la demande en étant au plus près de leur public (logique de l'infusion et des droits culturels). C'est particulièrement vrai pour les artistes dont beaucoup se reconvertissent (souvent en créant leur activité dans des conditions encore plus précaires comme c'est le cas pour certains métiers du soin) parce qu'ils ne sont pas en capacité d'assumer les contraintes administratives, juridiques et financières, d'une complexité croissante, de leur activité artistique.

* la logique d'appel à projets va dans le même sens ; c'est une logique d'exclusion. Il y a 20 ans on a proposé une offre artistique sur un territoire qui en était dépourvu. Maintenant non seulement on subit une politique culturelle locale qui nous ignore délibérément et propose des tarifs artificiellement bas sans nous inclure, mais on reçoit des appels à projet d'autres collectivités pour agir sur des territoires que nous ne connaissons pas. Souvent, c'est du temps perdu d'y répondre car les structures étaient déjà choisies de façon tacite. Et pour les subventionnements, cette logique aboutit à travailler gratuitement ou à perte dans le cas où la candidature n'est pas retenue. Cette évolution est ancienne, mais elle s'est intensifiée depuis 2017 avec la valorisation de l'entreprenariat culturel.

* le passe culture est une catastrophe pour les équipes artistiques car l'enveloppe concerne d'une part les chef.fe.s d'établissement pour l'éducation artistique et culturelle mais dans une logique commerciale de catalogue d'actions, contrairement au répertoire d'artistes et de compagnies qui existait jusqu'à présent et permettait des propositions ajustées au territoire et aux spécificités de l'équipe et des élèves. D'autre part l'enveloppe allouée individuellement à chaque jeune est fléchée presque exclusivement sur le numérique et les industries culturelles. C'est comme si on subventionnait les hypermarchés au détriment des magasins de proximité et l'agriculture intensive au détriment de l'agriculture bio locale équitable.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : - les propositions du Synavi (Syndicat national des arts vivants) pour "changer de paradigme" ont commencé à infuser auprès des interlocuteurs des institutions, qui commencent à accorder de la considération à des projets artistiques centrés sur la relation avec le public plutôt que sur la création déconnectée du public. Il y a toujours une culture à deux vitesses avec des projets sur-financés et des projets sous-financés. Le mouvement d'occupation des théâtres a vu proposer des initiatives pour remettre de la solidarité dans un secteur très concurrentiel, par exemple avec les initiatives comme les "paniers culturels" en pays de la Loire, reprises en Auvergne-Rhône-Alpes.

- J'ai défendu pendant le confinement une "présomption d'utilité publique" pour toutes les équipes artistiques capables de rendre compte de leur action artistique sur des indicateurs objectifs sans passer par "l'expertise" d'opérateurs culturels qui ne sont pas légitimes pour attribuer un label d'"excellence" trop souvent utilisé pour exclure.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Par le candidat issu de la primaire populaire ? Populaire ça veut dire qu'on a le droit de dire n'importe quoi et ça passe ? Que ce n'est pas la peine de bosser sur un programme?
Bon disons que la candidature que j'ai soutenue, et pour laquelle j'ai participé en octobre à un rassemblement en tant que tirée au sort alors que je n'aurais jamais participé si je n'avais pas été tirée au sort ainsi que les autres mères de famille débordées que j'y ai croisées, cela me permettant de croiser aussi les auteurs et autrices du programme notamment un grand nombre de personnes en situation de handicap, ainsi que tout un collectif de personnalités déjà engagées dans la vie publique et prêtes à assumer un rôle de gouvernement - disons que cette candidature remporte l'élection présidentielle.

Et contre toute attente on me propose d'être ministre chargée de la vie associative.
Je liste quelques mesures que j'avais d'abord inscrites plus haut :
- une maison des associations ou local associatif dans chaque commune ouverte de façon encadrée mais inconditionnelle aux associations d'intérêt général
- des aides au fonctionnement pluriannuelles pour donner de la visibilité aux associations qui peuvent témoigner d'une utilité sociale
- revoir l'échéance des aides pour qu'elles ne mettent pas en difficulté les associations (par exemple début février pour le FDVA, c'est trop tôt pour des assos dont l'exercice finit au 31 août, parce qu'elle n'ont pas forcément encore clos leurs comptes). Peut-être que la possibilité de déposer des demandes toute l'année avec des commissions plusieurs fois par an permettrait de fluidifier le fonctionnement des dispositifs existants et de s'adapter.
- transports en commun à la campagne pour faciliter la mobilité des bénévoles, salariés et usagers des associations
Autre chose à ajouter ? : Pour le moment non.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
ComedienneEtCodirectriceArtistiqueDeLaCom (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 05.02.2022 à 18:24, mise à jour le 05.02.2022 à 18:24.

Congrès ESS - La République de l'ESS - 10 déc

Description : Temps d'interpellation à l'élection présidentielle, le Congrès de l'ESS sera l'occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l'ESS dans l'optique d'exprimer ce que l'ESS souhaite dire au monde !
Date de l'événement : 10.12.2021
congresesslarepubliquedeless10dec_congresess-10dec21.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
CongresEssLaRepubliqueDeLEss10Dec (LigneDeTemps)
créée le 02.12.2021 à 13:19, mise à jour le 02.12.2021 à 13:19.

Congrès ESS - La République de l'ESS - 10 déc

Description : Temps d'interpellation à l'élection présidentielle, le Congrès de l'ESS sera l'occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l'ESS dans l'optique d'exprimer ce que l'ESS souhaite dire au monde !
Date de l'événement : 10.12.2021
congresesslarepubliquedeless10dec_congresess-10dec21.jpg
CongresEssLaRepubliqueDeLEss10Dec3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Congrès ESS - La République de l'ESS - 10 déc

Description : Temps d'interpellation à l'élection présidentielle, le Congrès de l'ESS sera l'occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l'ESS dans l'optique d'exprimer ce que l'ESS souhaite dire au monde !
Date de l'événement : 10.12.2021
congresesslarepubliquedeless10dec_congresess-10dec21.jpg
CongresEssLaRepubliqueDeLEss10Dec2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Congrès ESS - La République de l'ESS - 10 déc

Description : Temps d'interpellation à l'élection présidentielle, le Congrès de l'ESS sera l'occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l'ESS dans l'optique d'exprimer ce que l'ESS souhaite dire au monde !
Date de l'événement : 10.12.2021
congresesslarepubliquedeless10dec_congresess-10dec21.jpg
CongresEssLaRepubliqueDeLEss10Dec5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Congrès ESS - La République de l'ESS - 10 déc

Description : Temps d'interpellation à l'élection présidentielle, le Congrès de l'ESS sera l'occasion de rendre publics les travaux engagés par La République de l'ESS dans l'optique d'exprimer ce que l'ESS souhaite dire au monde !
Date de l'événement : 10.12.2021
congresesslarepubliquedeless10dec_congresess-10dec21.jpg
CongresEssLaRepubliqueDeLEss10Dec4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Correction/relecture des argumentaires

Type de contribution : Proposition
Date : 06.05.2019
Contribution : Bonjour,
Je vous contacte pour vous proposer de contribuer au succès de votre campagne en corrigeant et en relisant les argumentaires que vous écrivez. En effet, je viens de lire avec beaucoup d'intérêt le premier argumentaire sur la situation de l'Union Européenne, et si le fond me paraît cohérent et intéressant, la forme n'est malheureusement pas à sa hauteur. J'ai repéré une quantité importante de fautes de grammaires, d'orthographe et de typographie et au vu de l'importance accordée à cet aspect par les lecteurs - la présence de fautes étant souvent liée à un manque de qualité - il me semble crucial pour la réussite de votre campagne de mieux veiller à l'absence d'erreurs de langue française dans vos textes.
Étant traductrice et correctrice dans le domaine de l'édition, je serais ravie de contribuer à votre cause en me chargeant de corriger bénévolement vos textes avant qu'ils ne soient publiés.
N'hésitez pas à me contacter si ma proposition vous a semblé pertinente et potentiellement bénéfique pour vous,
Cordialement,
Nom et prénom : Henry Charlotte
Courriel : c.henry735@laposte.net
CorrectionRelectureDesArgumentaires (Remarques, infos, propositions...)
créée le 06.05.2019 à 14:36, mise à jour le 22.05.2019 à 20:36.

DELAQUEZE Yoann, directeur MJC Massinon

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : La période Covid a été une parenthèse difficile pour une association dont l'objet est le lien social, mais il faut néanmoins reconnaître que les dispositifs d'aides de l'Etat (fonds de solidarité, chômage partiel, exonération de charges) ont permis de sauver économiquement la structure pour le moment. Ces aides permettent même de passer le cap de cette saison 2021/2022 qui ne sera toujours pas une saison de retour à la normale. A voir si la saison suivante permettra un retour à un fonctionnement viable économiquement car l’excédent de fond de roulement réalisé aura disparu.

Bilan en dehors de la période "Covid" atypique et non représentative, je ne perçois que recul dans la droite ligne de ce qui a été instauré depuis des années pour une association œuvrant dans le champ de l'éducation populaire au sein d'un quartier prioritaire de la Politique de la Ville:

- dissolution de l'éducation populaire et de la vie associative des mouvements de jeunesse : dilués dans le grand ministère de l'éducation nationale : fonctionnaires territoriaux interlocuteurs disparus, en déménagement ou n'ayant aucune réponse à donner... La thème de la Jeunesse a été réduit a 2 projets gouvernementaux : le Service National Universel et au Contrat Engagement Jeune... Quelle place pour les associations d'éducation populaire dans ces dispositifs ? Raréfaction de la ressource publique qui va de pair avec la complexification de l’instruction des dossiers de financements

- disparition de la cohésion sociale dans un fourre-tout emploi et solidarité : la Politique de la Ville a été enterrée avec le rapport Borloo : aucune ambition. On parle de Politique Publique visant à soutenir l'éducation à la citoyenneté et les moyens d'actions sont de micro-subventions pour des "actions" annuelles, sans aucune visibilité à moyen et long terme, tout le contraire de ce que représente l'éducation : du temps long... Il faut des résultats rapides, des indicateurs flamboyants, un buzz sur Internet et une statistique pour la préfecture... Sans compter les plate-forme successives avec leur lots de bugs et de maintenance pendant l'instruction (qui dure un mois sur 12) : sites ADDEL, DAUPHIN je conseille le visionnement de : https://www.youtube.com/watch?v=ly2bgti_--8 contrairement à ce qui a été vendu, des documents complémentaires sont exigés et ont complexifiés encore la chose. Ces plateformes ont été mises en place pour "simplifier" le travail des associations ! Bon courage aux bénévoles qui s'impliquent dans une association sans professionnel...

- montée en charge continue des instructions de dossiers à tout niveau (du local au national, grâce au mille-feuille si bien connu) : la simplification n'est pas passée par chez nous : le temps passé à l'instruction des dossiers de demandes de financements, à leur AUTO-évaluation (quelle pertinence !) va croissant, dévore le temps de l'action et trop souvent n'est pas financé par ces partenaires qui exigent de tels dossiers : ces fameux frais de fonctionnements qui doivent disparaitre des demandes de financements...

- sans compter les contraintes administratives de plus en plus lourdes pour les associations : la simplification des fiches de paye qui a abouti à l’apparition de lignes supplémentaires, complexification du Document unique d'évaluation des risques professionnels (à réviser chaque année), mise en place du Règlement général sur la protection des données (RGPD), pour faire des économies à la Sécurité Sociale : passage du certificat médical obligatoire annuel à un certificat triennal pour la pratique d'activités sportives, avec obligation d'archivage par l'association (cf. RGPD) puis depuis 2021 mise en place d'un Questionnaire "QS Sport", le tout à la charge de l'association...
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : - paupérisation de la profession : augmentation des contrats courts et/ou de temps partiels, augmentation du turn-over des professionnels
- faiblesse de l'engagement bénévole, souvent repoussé par la complexité de l'environnement social de l'animation et par les logiques administratives et comptables qui occupent les réunions de conseil d'administration (par exemple) au détriment d'échanges sur le projet associatif, les actions à développer, etc. ... La technocratisation alimente la professionnalisation des associations mais aussi de tous les partenaires : collectivités locales ou territoriales.
- glissement progressif vers le champ concurrentiel,y compris dans sa traduction en terme de droit social : modification de la convention collective de l'animation qui traduit une logique mercantile
- manque de lisibilité dans les politiques publiques trop souvent en réaction à l'actualité
- mise en place de dispositifs ou d'appel à manifestation d'intérêt dans des délais souvent trop courts, qui ne permettent pas de mobiliser les bénévoles sur des questions pourtant cruciales : projets d'actions, financements de postes...

Bref, secteur en situation difficile, sa survie étant lié de plus en plus au bon vouloir d'une collectivité locale. L'équilibre financier réalisé auprès de plusieurs partenaires est de moins en moins possible et la dépendance économique à un unique financeur met en danger la vie démocratique et l'indépendance de la gouvernance de l'association.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Pourtant à l'écoute de plusieurs radios d'informations et lecteurs de différents journaux, je ne pense pas avoir entendu de proposition ayant trait à la vie associative, à la jeunesse ou à l'éducation populaire.

Quelques propositions :
- (Re-)créer un ministère de la jeunesse et de l'éducation populaire, ayant de réels moyens d'actions
- Soutien à l'engagement bénévole et reconnaissance du statut de l'élu associatif (à voir la forme : financier, allègement du temps de travail, trimestres "retraite", etc. ...)
- reconnaitre le droit à l'expérimentation et à son financement : les critères quantitatifs imposés réduisent les tentatives d’expérimentation et ce ne sont pas les injonctions à l'innovation pour l'attribution de subventions (qui sont des leurres ou une erreur sémantique) qui favorisent l’expérimentation
- mise en place de conventions d'objectifs sur plusieurs années dans le cadre de guichets uniques regroupant TOUS les financeurs publics
- information préalable des critères d'instruction ET d'évaluation des dossiers au moment des demandes de financements, présentation préalable des montants alloués aux financements précisant les coûts induits du dispositif : pour une prise en compte de l'ensemble des charges supportées par l'administration ou la collectivité.
- suppression des dossiers d'AUTO-évaluations et mise en place de réelles évaluations des demandes de financements : argumentation du refus ou de l'attribution partielle d'un financement demandé,
- simplification administrative et accompagnement de l'administration dans les domaines du droit social notamment (Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités et URSSAF)
- obligation du respect d'une norme comptable unique car ces normes varient selon les documents Cerfa de demande de subvention, les dossiers produits par les collectivités locales (alors qu'il existe un Cerfa), la CAF qui a ses propres normes, etc. ... et qui imposent aux associations de démultiplier le travail pour une même comptabilité.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? :
Dans le cadre de la création du ministère de la vie associative, de l'économie sociale et solidaire, de l'éducation populaire : reconnaissance d'un statut d'association œuvrant au service de l'intérêt général suivi de la mise en place d'un socle de sérénité financière pour ces associations permettant de financer un emploi "structurant" non rentable économiquement.

Financement à hauteur maximum de 2 smic horaire d'une indemnité élective (du même type que pour les élus des collectivités locales ou territoriales) pour l'engagement bénévole en tant qu'élu au sein d'une association bénéficiant du statut énoncé précédemment, avec possibilité de bénéficier d'allègement horaires pour les actifs (plafonnés ?) ; ces heures étant comptabilisées pour le cumul retraite (y compris pour les chômeurs, précaires, étudiants) exonérées de charges salariales et cumulables notamment pour les retraités.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
DelaquezeYoannDirecteurMjcMassinon (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 16:42, mise à jour le 03.11.2021 à 16:42.

De PASQUALE Stéphanie

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : - un abandon totale des associations d'éducation populaire depuis le rattachement de la jeunesse à l'éducation nationale

- une fin des contrats aidés (avec vrai tps de travail, vrai durée stable, et accès à une vraie formation) qui a conduit nbe d'associations à embaucher des services civiques à 500€ par mois

- un privilège donné aux associations de chasseurs

- un appauvrissement de la jeunesse (obligée de bosser) et un recul de l'âge de départ à la retraite qui provoque une pénurie de bénévolat et d'administrateurs-trices

- des associations historiques en danger ( MJC, Plannings familiaux, Francas...) des associations environnementales qui ont perdu tout contre-pouvoirs, toute écoute des pouvoirs publics

- l'interdiction d'associations loi 1901 de défense des minorités absolument scandaleuse

- je cherche du positif , allez on va dire l'encouragement et l'aide aux départs en colos suite au confinement. mais sinon je vois pas. le projet du quinquennat en matière de vie associative c'était le néant , le bilan c'est de la casse
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : dans le domaine de la jeunesse et de l'éduc pop :

l'abandon de la réforme des rythmes (même si elle était laborieuse) a provoqué une dévalorisation immense des métiers de l'animation devenu une armée d'esclaves modernes : contrats de 15h00 semaine, plus aucun projet pédagogique ou PEDT, coupures 3 fois par jours, contrats de vacation sans aucune protection sociale

des contrats jeunes de 3 ans et à temps plein remplacés par des services civiques

l'abandon de la reconnaissance du Bafa/Badf et du bénévolat au profit d'un SNU et des valeurs de la République (République monarchique)
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : On n'entend que Zemmour donc compliqué au milieu de ce brouhaha raciste d'entendre parler des associations, déjà qu'on entend à peine parler des salaires

Ah si l'abaissement de l'âge du bafa à 16 ans + 200€ d'aide + la création d'un approfondissement SNU (mon Dieu mon Dieu mon Dieu)
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : mdr

il n'y a aucun suspens sur ces présidientielles . ce sera Macron haut la main. la seule surprise possible viendra de Le Pen
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
DePasqualeStephanie (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 08:15, mise à jour le 04.11.2021 à 08:15.

Digression (on en a tant besoin)

Description : Description de l'évenement Digression
Date de l'événement : 10.03.2021
test_labatailledapres.jpeg
Référence : http://odass.org
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
TesT (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 26.03.2021 à 20:34, mise à jour le 07.04.2021 à 08:07.

Digression (on en a tant besoin)

Description : Description de l'évenement Digression
Date de l'événement : 10.03.2021
test_labatailledapres.jpeg
Référence : http://odass.org
DigressionOnEnATantBesoin (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Digression (on en a tant besoin)

Description : Description de l'évenement Digression
Date de l'événement : 10.03.2021
test_labatailledapres.jpeg
Référence : http://odass.org
DigressionOnEnATantBesoin2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Digression (on en a tant besoin)

Description : Description de l'évenement Digression
Date de l'événement : 10.03.2021
test_labatailledapres.jpeg
Référence : http://odass.org
DigressionOnEnATantBesoin4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Digression (on en a tant besoin)

Description : Description de l'évenement Digression
Date de l'événement : 10.03.2021
test_labatailledapres.jpeg
Référence : http://odass.org
DigressionOnEnATantBesoin3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Dominique Bianchi - Chargée de Production de l'association Eclosion13

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Ce quinquennat a été une catastrophe pour les associations, du moins les asso culturelles comme la notre.
Deja en 2017, il a bloqué les emplois aidés, nous en avions 2, donc du jour au lendemain on a du 'virer' les gens avec qui ça se passait très bien, et nos activités s'en sont ressenties : on a perdu 2 ans pour organiser un groupe de bénévoles qui prenne le relais pour travailler sur nos actions, terrible... Une horreur... On a stagné quoi...
Depuis 2017, on a redressé la pente petit à petit, et on a pu embaucher à nouveau des permanents seulement depuis septembre de cette année 2021 !
Par ailleurs, lors de la pandémie, le fait de classer la Culture dans les activités non essentielles, bien sur, n'a fait que nous mettre encore plus en danger...
Donc coté Culture et emplois dans les associations : bilan zéro !
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : J'ai répondu au dessus. Le secteur culturel a vraiment souffert...
Les associations jouent le role de l'Etat, que ce soit sur le plan culturel ou le plan social ; c'est donc une aberration de ne pas nous donner plus de moyens pour fonctionner...
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Le social, l'écologie et la Culture doivent être au premier plan !
Pour l'instant, pas assez de propositions intéressantes, à part chez les écolos et Yannick Jadot
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Donner plus de moyens financiers à toutes les associations à but social, environnemental et culturel, et pas seulement des millions aux grosses structures !
Donner des moyens pour créer des postes permanents qui nous permettent de fonctionner sereinement !
L'argent, c'est le nerf de la guerre des associations...
Créer des instances de controle auprès des communes, départements et régions pour savoir où va réellement l'argent destiné aux associations !
On sait pertinemment que les sous sont détournés au profit de structures inexistantes qui se gavent avec l'argent public, alors que d'autres triment et bossent bénévolement 7 jours sur 7 pour faire avancer les causes justes, ce n'est pas normal ... On sait que le copinage fonctionne trop bien, et que certains ferment les yeux sur trop d'abus...
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
DominiqueBianchiChargeeDeProductionDeL (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 05.11.2021 à 12:59, mise à jour le 05.11.2021 à 12:59.

Droit de Cité

Date de l'événement : 04.07.2022
droitdecite_capture-decran-2022-06-09-a-17.01.49.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DroitDeCite (LigneDeTemps)
créée le 09.06.2022 à 15:02, mise à jour le 09.06.2022 à 15:02.

Débat : La clef, le caillou dans la chaussure du groupe SOS - 4 mars

Description : Quel modèle ce groupe impose au secteur associatif ?
  • Nous en débattrons
  • vendredi 4 mars à 18h30 dans un lieu (à trouver puisque le 1/3 le collectif a été expulsé du cinéma La Clef - sans doute la Parole Errante à Montreuil) à Paris et en direct sur le Facebook de la Clef avec :
    • le collectif La Clef Revival qui racontera sa confrontation avec le groupe sos,
    • Marianne Langlet du Collectif des associations citoyennes anciennement rédactrice en chef à Lien Social qui a observé l’expansion du groupe sos dans le médico-social,
    • et le sociologue, professeur du Cnam, Jean-Louis Laville, qui apportera son éclairage sur le Social business, l’entrepreneuriat social et culturel.

  • Pour la première fois, dans son expansion sans fin, le groupe sos est freiné par un caillou dans sa chaussure : le cinéma La Clef. Le collectif La Clef Revival occupe ce cinéma depuis deux ans et le fait vivre en proposant une programmation riche à prix libre, avec des séances qui démarrent à six heures du matin (et c’est souvent complet !). Il met également sur la table une contre-proposition à celle du groupe sos en construisant un autre modèle économique pour poursuivre cette aventure en sortant ce cinéma de la logique du marché, en lien avec la foncière Antidote.

Le groupe sos, qui se présente comme la première entreprise sociale d’Europe avec 550 établissements, 21 500 salariés et un milliard d’euros de chiffre d’affaire, lorgne désormais sur le secteur culturel. Après avoir constitué son énorme groupe en reprenant des associations en difficulté d’abord dans le champ de la lutte contre le VIH/sida puis dans tout le champ social et médico-social, leur appliquant une logique d’entreprise, le groupe s’intéresse désormais aux associations culturelles.
Date de l'événement : 04.03.2022
debatlacleflecailloudanslachaussured_4mars22-tableronde-laclefrevival-vs-sos.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DebatLaClefLeCaillouDansLaChaussureD (LigneDeTemps)
créée le 02.03.2022 à 12:38, mise à jour le 02.03.2022 à 12:38.

Débat ciné La Clef - danger d'être racheté par le groupe SOS - 10 oct

Description : [Ciné indépendant en lutte]
Le CAC interviendra dim 10 oct à l’AG de La Clef sur le débat autour du danger des multinationales associatives.
Date de l'événement : 10.10.2021
debatcinelaclefdangerdetrerachetepar_ag-la-clef.jpg
DebatCineLaClefDangerDEtreRachetePar3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Débat ciné La Clef - danger d'être racheté par le groupe SOS - 10 oct

Description : [Ciné indépendant en lutte]
Le CAC interviendra dim 10 oct à l’AG de La Clef sur le débat autour du danger des multinationales associatives.
Date de l'événement : 10.10.2021
debatcinelaclefdangerdetrerachetepar_ag-la-clef.jpg
DebatCineLaClefDangerDEtreRachetePar5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Débat ciné La Clef - danger d'être racheté par le groupe SOS - 10 oct

Description : [Ciné indépendant en lutte]
Le CAC interviendra dim 10 oct à l’AG de La Clef sur le débat autour du danger des multinationales associatives.
Date de l'événement : 10.10.2021
debatcinelaclefdangerdetrerachetepar_ag-la-clef.jpg
DebatCineLaClefDangerDEtreRachetePar4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Débat ciné La Clef - danger d'être racheté par le groupe SOS - 10 oct

Description : [Ciné indépendant en lutte]
Le CAC interviendra dim 10 oct à l’AG de La Clef sur le débat autour du danger des multinationales associatives.
Date de l'événement : 10.10.2021
debatcinelaclefdangerdetrerachetepar_ag-la-clef.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DebatCineLaClefDangerDEtreRachetePar (LigneDeTemps)
créée le 06.10.2021 à 17:03, mise à jour le 06.10.2021 à 17:03.

Débat ciné La Clef - danger d'être racheté par le groupe SOS - 10 oct

Description : [Ciné indépendant en lutte]
Le CAC interviendra dim 10 oct à l’AG de La Clef sur le débat autour du danger des multinationales associatives.
Date de l'événement : 10.10.2021
debatcinelaclefdangerdetrerachetepar_ag-la-clef.jpg
DebatCineLaClefDangerDEtreRachetePar2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Début du projet Droits et Mouvements Sociaux - 15/9

Description : Lancement du projet Droits et Mouvements Sociaux (DMS) auquel le CAC est partie prenante !
Plus précisément lancement d'un comité de pilotage pour lequel une trentaine d'organisations ont été identifiées.
Date de l'événement : 15.09.2022
debuttduprojetdroitsetmouvementssociaux_logocac-nb.png
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
DebuttDuProjetDroitsEtMouvementsSociaux (LigneDeTemps)
créée le 14.09.2022 à 14:00, mise à jour le 14.09.2022 à 12:08.

Démocratie par temps sombre - Congrès - du 23 au 25/11

Description :
  • Congrès MSH Paris Nord

Le Gis Démocratie et Participation organise son congrès 2022 sur la thématique "Démocratie par temps sombre : autoritarismes, participations, expérimentations"

En considérant à la fois les temps sombres et les possibles éclaircies, entre reculs démocratiques et expérimentations citoyennes, ce congrès propose des communications autour des 5 axes transversaux suivants :

(1) Institution(s) et pouvoir citoyen
(2) Écologiser la démocratie, démocratiser l’écologie
(3) Produire démocratiquement des savoirs
(4) Faire des économies démocratiques
(5) La participation, entre démocratisation et autoritarisme
du 23 novembre au 25 novembre 2022
Date de l'événement : 23.11.2022
democratiepartempssombrecongresdu23a_msh-democratiepartpssombre.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DemocratieParTempsSombreCongresDu23A (LigneDeTemps)
créée le 15.09.2022 à 10:14, mise à jour le 15.09.2022 à 10:14.

Démocraties sous pressions.- colloque 26 & 27 oct

Description : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
Colloque les 26-27 octobre 2021 – MSH Paris Nord – Saint-Denis
Organisé par l’Observatoire des libertés associatives et le GIS Démocratie et participation


Informations et inscription : colloque.demosouspressions@gmail.com
Date de l'événement : 26.10.2021
democratiessouspressionscolloque2627o_oct-democratie-sous-pressionnew.jpg
DemocratiesSousPressionsColloque2627O3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Démocraties sous pressions.- colloque 26 & 27 oct

Description : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
Colloque les 26-27 octobre 2021 – MSH Paris Nord – Saint-Denis
Organisé par l’Observatoire des libertés associatives et le GIS Démocratie et participation


Informations et inscription : colloque.demosouspressions@gmail.com
Date de l'événement : 26.10.2021
democratiessouspressionscolloque2627o_oct-democratie-sous-pressionnew.jpg
DemocratiesSousPressionsColloque2627O2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Démocraties sous pressions.- colloque 26 & 27 oct

Description : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
Colloque les 26-27 octobre 2021 – MSH Paris Nord – Saint-Denis
Organisé par l’Observatoire des libertés associatives et le GIS Démocratie et participation


Informations et inscription : colloque.demosouspressions@gmail.com
Date de l'événement : 26.10.2021
democratiessouspressionscolloque2627o_oct-democratie-sous-pressionnew.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DemocratiesSousPressionsColloque2627O (LigneDeTemps)
créée le 06.10.2021 à 16:58, mise à jour le 06.10.2021 à 16:58.

Démocraties sous pressions.- colloque 26 & 27 oct

Description : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
Colloque les 26-27 octobre 2021 – MSH Paris Nord – Saint-Denis
Organisé par l’Observatoire des libertés associatives et le GIS Démocratie et participation


Informations et inscription : colloque.demosouspressions@gmail.com
Date de l'événement : 26.10.2021
democratiessouspressionscolloque2627o_oct-democratie-sous-pressionnew.jpg
DemocratiesSousPressionsColloque2627O5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Démocraties sous pressions.- colloque 26 & 27 oct

Description : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
Colloque les 26-27 octobre 2021 – MSH Paris Nord – Saint-Denis
Organisé par l’Observatoire des libertés associatives et le GIS Démocratie et participation


Informations et inscription : colloque.demosouspressions@gmail.com
Date de l'événement : 26.10.2021
democratiessouspressionscolloque2627o_oct-democratie-sous-pressionnew.jpg
DemocratiesSousPressionsColloque2627O4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Départ virtuel depuis Arras de la caravane/tour des libertés associative

Description : Notre Caravane débute son tour de France de façon "dématérialisé" à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras qui devient un FESTIVAL EN LIGNE , organisé par Colère du Présent les 1 et 2 mai. Le thème 2020 "La ville territoire d'utopies" est réaménagé et s'interroge sur LE MONDE D’APRÈS (avec un site dédié).

Durant ces 2 jours, la Caravane des associations citoyennes - Tour des Libertés associatives propose 3 temps forts le 1er mai sur ce festival riche en propositions numériques de formes hybrides (vidéos, textes, BD, essais, sons, débats en ligne, podcasts, clips...). A suivre en direct puis en podcast les jours suivants.
Date de l'événement : 01.05.2020
departvirtueldepuisarrasdelacaravanetour_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
DepartVirtuelDepuisArrasDeLaCaravaneTour4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Départ virtuel depuis Arras de la caravane/tour des libertés associative

Description : Notre Caravane débute son tour de France de façon "dématérialisé" à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras qui devient un FESTIVAL EN LIGNE , organisé par Colère du Présent les 1 et 2 mai. Le thème 2020 "La ville territoire d'utopies" est réaménagé et s'interroge sur LE MONDE D’APRÈS (avec un site dédié).

Durant ces 2 jours, la Caravane des associations citoyennes - Tour des Libertés associatives propose 3 temps forts le 1er mai sur ce festival riche en propositions numériques de formes hybrides (vidéos, textes, BD, essais, sons, débats en ligne, podcasts, clips...). A suivre en direct puis en podcast les jours suivants.
Date de l'événement : 01.05.2020
departvirtueldepuisarrasdelacaravanetour_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
DepartVirtuelDepuisArrasDeLaCaravaneTour5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Départ virtuel depuis Arras de la caravane/tour des libertés associative

Description : Notre Caravane débute son tour de France de façon "dématérialisé" à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras qui devient un FESTIVAL EN LIGNE , organisé par Colère du Présent les 1 et 2 mai. Le thème 2020 "La ville territoire d'utopies" est réaménagé et s'interroge sur LE MONDE D’APRÈS (avec un site dédié).

Durant ces 2 jours, la Caravane des associations citoyennes - Tour des Libertés associatives propose 3 temps forts le 1er mai sur ce festival riche en propositions numériques de formes hybrides (vidéos, textes, BD, essais, sons, débats en ligne, podcasts, clips...). A suivre en direct puis en podcast les jours suivants.
Date de l'événement : 01.05.2020
departvirtueldepuisarrasdelacaravanetour_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
DepartVirtuelDepuisArrasDeLaCaravaneTour2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Départ virtuel depuis Arras de la caravane/tour des libertés associative

Description : Notre Caravane débute son tour de France de façon "dématérialisé" à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras qui devient un FESTIVAL EN LIGNE , organisé par Colère du Présent les 1 et 2 mai. Le thème 2020 "La ville territoire d'utopies" est réaménagé et s'interroge sur LE MONDE D’APRÈS (avec un site dédié).

Durant ces 2 jours, la Caravane des associations citoyennes - Tour des Libertés associatives propose 3 temps forts le 1er mai sur ce festival riche en propositions numériques de formes hybrides (vidéos, textes, BD, essais, sons, débats en ligne, podcasts, clips...). A suivre en direct puis en podcast les jours suivants.
Date de l'événement : 01.05.2020
departvirtueldepuisarrasdelacaravanetour_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
DepartVirtuelDepuisArrasDeLaCaravaneTour (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 07:41, mise à jour le 07.04.2021 à 07:41.

Départ virtuel depuis Arras de la caravane/tour des libertés associative

Description : Notre Caravane débute son tour de France de façon "dématérialisé" à l'occasion du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras qui devient un FESTIVAL EN LIGNE , organisé par Colère du Présent les 1 et 2 mai. Le thème 2020 "La ville territoire d'utopies" est réaménagé et s'interroge sur LE MONDE D’APRÈS (avec un site dédié).

Durant ces 2 jours, la Caravane des associations citoyennes - Tour des Libertés associatives propose 3 temps forts le 1er mai sur ce festival riche en propositions numériques de formes hybrides (vidéos, textes, BD, essais, sons, débats en ligne, podcasts, clips...). A suivre en direct puis en podcast les jours suivants.
Date de l'événement : 01.05.2020
departvirtueldepuisarrasdelacaravanetour_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
DepartVirtuelDepuisArrasDeLaCaravaneTour3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Edith JAMES

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Les pouvoirs publics n'assurent plus leurs missions auprès de la jeunesse et des populations précaires, qu'il s'agisse d'accès à la culture ou d'accueil des exilés. Les associations doivent donc prendre à leur charge toutes ces fonctions délaissées sans pour autant avoir plus de soutiens, notamment financiers.
L'engagement est prôné comme une valeur pour remettre sur l'individu la fonction de compenser les failles systémiques qui se sont approfondies depuis 5 ans. Par conséquent reposent sur les individus engagés dans le monde associatif une charge de plus en plus grande et une dissonance de plus en plus difficile à assumer : nous n'avons pas les moyens de nos missions. Nous sommes donc condamnés à faire le peu que l'on peut, à faire vite et mal, partiellement, avec des budgets déséquilibrés et des équipes en sous-effectifs. Les contrats aidés, adultes relais et volontaires en service civique sont des recours fréquents à cette situation de précarité économique, nous obligeant à reproduire et perpétuer cette précarité.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : L'équilibre associatif repose de plus en plus sur des subventions liées à des appels à projets, de moins en moins sur des conventionnements, les dotations publiques ayant été diminuées (fin de la taxe d'habitation ?) en même temps que les transferts de compétences chargent les institutions locales de plus en plus de responsabilités. Nous sommes en sous-effectifs et notre bilan montre un déficit qui va être difficile à combler. Les appels à projet nous poussent à répondre à la demande, à créer des actions qui rentrent dans les bonnes cases au risque de s'éloigner de l'esprit du projet asso d'origine, mais également au risque de creuser le déficit, si jamais nous ne saisissions pas cette opportunité.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : La piste d'un revenu universel est intéressante : pour libérer du temps pour celles et ceux qui préfèrent l'engagement pour l'émancipation plutôt que pour la productivité dans un monde qui arrive à saturation.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Faire un diagnostic à l'aide des parties concernées : je n'ai pas la science infuse malgré ma fonction. Les concernées sont les mieux placées pour témoigner et faire part de leurs besoins.
Bien évidement il va falloir augmenter le financement du monde associatif pour lui donner l'autonomie dont il a besoin, pour lui permettre de recruter et de proposer des emplois pérennes pour mener à bien toutes ses missions.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
EdithJames (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 14:31, mise à jour le 04.11.2021 à 14:31.

Emmanuelle Vidal-Naquet asso la marmite Joyeuse

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Une volonté de se concentrer sur les grosses associations au détriment des petites.
avec le camouflet de l'incapacité des grosse structures et des institutions de répondre à l'urgence alimentaire pendant la crise covid. Et pourtant en post covid ceux sont à nouveaux les grosse associations / structures qui "raflent" les appels à projet de l'aide sociale et l'aide d'urgence. Comme quoi o n'apprend pas de ses erreurs.

Renforcement du système délétère voire mortifère d'appels à projet ou seules les structures qui savent répondre (qui ont les moyens d'avoir des personnes compétentes à plein temps pour répondre à ces dossiers) peuvent les remporter.

Le renforcement du "copinage", les service technique centraux ou des direction régionales qui analyses les dossiers, financent toujours les mêmes. Une logique de "oh bein si ce ministère a financer ils doivent être bien, donc on va les financer"

L'hypocrisie du grand plan de pour le monde associatif avec :
- le soit disant financement par le FDVA (100 000€ / an pour les bouches du rhones, autant dire rien du tout, financement associatif moyen 1500e par asso/ an, préférence pour la non reconduction, et seulement 3 projet innovant finançable dans le département / an avec cette enveolppe) ridicule !

- la création de poste fonjep (si peu à l’échelle du 13) , et de toute facon il faut trouver les 14 000€ qui manque pour financer un smic .
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : A Marseille financement énorme de l'innovation éducative, mais toujours pour des structure avec de l’entregent suffisamment grosse pour faire des projet trés tape à l'oeil qui font si beaux dans le paysage de la startup nation, mais dont on se demande le resultat.
Perte de vitesse pour beaoucp de petite association et trés grande difficultés à faire reconnaitre le travail de terrain.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Votre réponse
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Reflechir a un vrai financement des associations en faisant participer des associations de toutes tailles pas uniquement les grandes fédération ou grosses structures : comprenant :
les subvention de fonctionnement
les appels à projet
l'autofinancement : ouvrir les possibilités et former les petites structure sa dans ce domaine (fiscalité, pratique commercial ou non, ;..)
Sanctuariser les financement pour les association qui ne peuvent pas compter sur de l'autofinancement (notamment toutes les asso qui rendent un service publique à des population précaire qui ne peuvent pas ou peu payer ce service : centre aeré en QPV, accompagenment individuel, acces au droits, formation sociolinguistique pour les publics migrants ou QPV, ....) car ces structure palient au incapacités (imcompétence parfois) du service publiques.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
EmmanuelleVidalNaquetAssoLaMarmiteJoyeuse (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 12:04, mise à jour le 04.11.2021 à 12:04.

Etape Amiens de la Caravane / tour des libertés associative

Description : La caravane des associations citoyennes va à la rencontre des collectifs associatifs locaux, pour donner un écho plus large aux initiatives, qui, sur leur territoire, inventent des solutions aux besoins des habitants.

Cette étape sera coordonnées avec la Boite sans projet + Colère du présent et sera l'occasion d'un arpentage autour du 1er rapport de l'observatoire des libertés associatives : "Une citoyenneté réprimée - un état des lieux des entraves aux actions associatives" : https://www.lacoalition.fr/Une-citoyennete-reprimee-un-etat-des-lieux-des-entraves-aux-actions
Date de l'événement : 09.12.2020
etapeamiensdelacaravanetourdeslibertes_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
EtapeAmiensDeLaCaravaneTourDesLibertes4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Etape Amiens de la Caravane / tour des libertés associative

Description : La caravane des associations citoyennes va à la rencontre des collectifs associatifs locaux, pour donner un écho plus large aux initiatives, qui, sur leur territoire, inventent des solutions aux besoins des habitants.

Cette étape sera coordonnées avec la Boite sans projet + Colère du présent et sera l'occasion d'un arpentage autour du 1er rapport de l'observatoire des libertés associatives : "Une citoyenneté réprimée - un état des lieux des entraves aux actions associatives" : https://www.lacoalition.fr/Une-citoyennete-reprimee-un-etat-des-lieux-des-entraves-aux-actions
Date de l'événement : 09.12.2020
etapeamiensdelacaravanetourdeslibertes_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
EtapeAmiensDeLaCaravaneTourDesLibertes (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 07:42, mise à jour le 07.04.2021 à 07:42.

Etape Amiens de la Caravane / tour des libertés associative

Description : La caravane des associations citoyennes va à la rencontre des collectifs associatifs locaux, pour donner un écho plus large aux initiatives, qui, sur leur territoire, inventent des solutions aux besoins des habitants.

Cette étape sera coordonnées avec la Boite sans projet + Colère du présent et sera l'occasion d'un arpentage autour du 1er rapport de l'observatoire des libertés associatives : "Une citoyenneté réprimée - un état des lieux des entraves aux actions associatives" : https://www.lacoalition.fr/Une-citoyennete-reprimee-un-etat-des-lieux-des-entraves-aux-actions
Date de l'événement : 09.12.2020
etapeamiensdelacaravanetourdeslibertes_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
EtapeAmiensDeLaCaravaneTourDesLibertes5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Etape Amiens de la Caravane / tour des libertés associative

Description : La caravane des associations citoyennes va à la rencontre des collectifs associatifs locaux, pour donner un écho plus large aux initiatives, qui, sur leur territoire, inventent des solutions aux besoins des habitants.

Cette étape sera coordonnées avec la Boite sans projet + Colère du présent et sera l'occasion d'un arpentage autour du 1er rapport de l'observatoire des libertés associatives : "Une citoyenneté réprimée - un état des lieux des entraves aux actions associatives" : https://www.lacoalition.fr/Une-citoyennete-reprimee-un-etat-des-lieux-des-entraves-aux-actions
Date de l'événement : 09.12.2020
etapeamiensdelacaravanetourdeslibertes_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
EtapeAmiensDeLaCaravaneTourDesLibertes2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Etape Amiens de la Caravane / tour des libertés associative

Description : La caravane des associations citoyennes va à la rencontre des collectifs associatifs locaux, pour donner un écho plus large aux initiatives, qui, sur leur territoire, inventent des solutions aux besoins des habitants.

Cette étape sera coordonnées avec la Boite sans projet + Colère du présent et sera l'occasion d'un arpentage autour du 1er rapport de l'observatoire des libertés associatives : "Une citoyenneté réprimée - un état des lieux des entraves aux actions associatives" : https://www.lacoalition.fr/Une-citoyennete-reprimee-un-etat-des-lieux-des-entraves-aux-actions
Date de l'événement : 09.12.2020
etapeamiensdelacaravanetourdeslibertes_image_evt0_logotourlibertesasso.jpg
EtapeAmiensDeLaCaravaneTourDesLibertes3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Etats Généraux du Post-Urbain - du 1 au 3 octobre

Description : Les Etats Généraux sont une démarche pluriannuelle de critique et d’action pour tendre vers une Société écologique du post-urbain. Elle réunit des forces collectives de l’alternative écologique et sociale, qu’elles émanent de fondations ou de fédérations, de mouvements ou d’associations, de coopératives ou de collectifs militants, avec leurs réseaux nationaux et internationaux. Initiée en automne 2020, cette démarche repose sur des moments réguliers d’échanges et de débats, de programmation et de production, qui seront présentés et prolongés lors des Etats Généraux
Date de l'événement : 01.10.2021
etatsgenerauxduposturbain2729mai_image_etatsgenerauxduposturbain2729mai_egpu.jpg
EtatsGenerauxDuPostUrbainDu1Au3Octob (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Etats Généraux du Post-Urbain - du 1 au 3 octobre

Description : Les Etats Généraux sont une démarche pluriannuelle de critique et d’action pour tendre vers une Société écologique du post-urbain. Elle réunit des forces collectives de l’alternative écologique et sociale, qu’elles émanent de fondations ou de fédérations, de mouvements ou d’associations, de coopératives ou de collectifs militants, avec leurs réseaux nationaux et internationaux. Initiée en automne 2020, cette démarche repose sur des moments réguliers d’échanges et de débats, de programmation et de production, qui seront présentés et prolongés lors des Etats Généraux
Date de l'événement : 01.10.2021
etatsgenerauxduposturbain2729mai_image_etatsgenerauxduposturbain2729mai_egpu.jpg
EtatsGenerauxDuPostUrbainDu1Au3Octob4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Etats Généraux du Post-Urbain - du 1 au 3 octobre

Description : Les Etats Généraux sont une démarche pluriannuelle de critique et d’action pour tendre vers une Société écologique du post-urbain. Elle réunit des forces collectives de l’alternative écologique et sociale, qu’elles émanent de fondations ou de fédérations, de mouvements ou d’associations, de coopératives ou de collectifs militants, avec leurs réseaux nationaux et internationaux. Initiée en automne 2020, cette démarche repose sur des moments réguliers d’échanges et de débats, de programmation et de production, qui seront présentés et prolongés lors des Etats Généraux
Date de l'événement : 01.10.2021
etatsgenerauxduposturbain2729mai_image_etatsgenerauxduposturbain2729mai_egpu.jpg
EtatsGenerauxDuPostUrbainDu1Au3Octob3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Etats Généraux du Post-Urbain - du 1 au 3 octobre

Description : Les Etats Généraux sont une démarche pluriannuelle de critique et d’action pour tendre vers une Société écologique du post-urbain. Elle réunit des forces collectives de l’alternative écologique et sociale, qu’elles émanent de fondations ou de fédérations, de mouvements ou d’associations, de coopératives ou de collectifs militants, avec leurs réseaux nationaux et internationaux. Initiée en automne 2020, cette démarche repose sur des moments réguliers d’échanges et de débats, de programmation et de production, qui seront présentés et prolongés lors des Etats Généraux
Date de l'événement : 01.10.2021
etatsgenerauxduposturbain2729mai_image_etatsgenerauxduposturbain2729mai_egpu.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
EtatsGenerauxDuPostUrbain2729Mai (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 09:44, mise à jour le 21.09.2021 à 16:47.

Etats Généraux du Post-Urbain - du 1 au 3 octobre

Description : Les Etats Généraux sont une démarche pluriannuelle de critique et d’action pour tendre vers une Société écologique du post-urbain. Elle réunit des forces collectives de l’alternative écologique et sociale, qu’elles émanent de fondations ou de fédérations, de mouvements ou d’associations, de coopératives ou de collectifs militants, avec leurs réseaux nationaux et internationaux. Initiée en automne 2020, cette démarche repose sur des moments réguliers d’échanges et de débats, de programmation et de production, qui seront présentés et prolongés lors des Etats Généraux
Date de l'événement : 01.10.2021
etatsgenerauxduposturbain2729mai_image_etatsgenerauxduposturbain2729mai_egpu.jpg
EtatsGenerauxDuPostUrbainDu1Au3Octob2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.
FeyzinEurope2 ()
créée le 25.09.2019 à 18:50, mise à jour le 27.09.2019 à 10:21.
FeyzinEurope ()
créée le 25.09.2019 à 13:08, mise à jour le 25.09.2019 à 13:08.

Festival Être Vivant - du 5 au 7 nov à Villejuif

Description : Festival Être Vivant - Organisé par la ville de Villejuif, sur le thème "fertilisons les imaginaires !" s’étale de manière progressive depuis juin pour finir en apothéose les 5, 6 et 7 novembre
Date de l'événement : 05.11.2021
test2_nov-festival-etre-vivant.jpg
FestivalEtreVivantDu5Au7NovAVillejui2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Festival Être Vivant - du 5 au 7 nov à Villejuif

Description : Festival Être Vivant - Organisé par la ville de Villejuif, sur le thème "fertilisons les imaginaires !" s’étale de manière progressive depuis juin pour finir en apothéose les 5, 6 et 7 novembre
Date de l'événement : 05.11.2021
test2_nov-festival-etre-vivant.jpg
FestivalEtreVivantDu5Au7NovAVillejui3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Festival Être Vivant - du 5 au 7 nov à Villejuif

Description : Festival Être Vivant - Organisé par la ville de Villejuif, sur le thème "fertilisons les imaginaires !" s’étale de manière progressive depuis juin pour finir en apothéose les 5, 6 et 7 novembre
Date de l'événement : 05.11.2021
test2_nov-festival-etre-vivant.jpg
FestivalEtreVivantDu5Au7NovAVillejui (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Festival Être Vivant - du 5 au 7 nov à Villejuif

Description : Festival Être Vivant - Organisé par la ville de Villejuif, sur le thème "fertilisons les imaginaires !" s’étale de manière progressive depuis juin pour finir en apothéose les 5, 6 et 7 novembre
Date de l'événement : 05.11.2021
test2_nov-festival-etre-vivant.jpg
FestivalEtreVivantDu5Au7NovAVillejui4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Festival Être Vivant - du 5 au 7 nov à Villejuif

Description : Festival Être Vivant - Organisé par la ville de Villejuif, sur le thème "fertilisons les imaginaires !" s’étale de manière progressive depuis juin pour finir en apothéose les 5, 6 et 7 novembre
Date de l'événement : 05.11.2021
test2_nov-festival-etre-vivant.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
TesT2 (LigneDeTemps)
créée le 20.09.2021 à 11:12, mise à jour le 21.09.2021 à 16:46.

Festives de la décroissance - 19 au 21/8

Description : Le thème des festives de cette année est : "La décroissance comme socialisme de la vie sociale". C'est une perspective enthousiasmante : faire de l'objectif de la société post-décroissance (après le trajet décroissant) celui de préserver la vie sociale, c'est à la dire la vie de la société, la vie en commun. Aujourd'hui les logiques de compétition d'un côté et de l'autre la victoire de l'individualisme sapent totalement les conditions même d'une vie sociale réussie : celle dont l'objectif est de "bien vivre" : ensemble, mais aussi pour, et par, le simple fait d'exister. Ce n’est qu’en vivant ensemble que les humains peuvent prendre plaisir au seul fait de vivre : voilà ce qui est bien. ». Nous étudierons ensemble ; à travers différents formes (des conférences, des ateliers, des arpentages... le programme sera accessible dans quelques semaines) les pistes décroissantes pour préserver cette vie sociale. Les festives, c'est bien évidemment aussi des temps conviviaux et festifs, des tournois de carte et des chansons de Brassens "au coin du feu"...

Les 3 jours de (f)estives seront précédés des rencontres de la MCD, 4 jours plus informels, où nous préparons ensemble les repas, nous nous retrouvons, nous nous baladons, nous discutons sur les enjeux politiques de la décroissance, nous travaillons à prévoir les futurs évènements et projets de la MCD. Cette année nous co-organiserons ces rencontres avec l'Observatoire de la post-croissance et de la décroissance, auquel nous consacrerons au moins deux demi-journées.
Date de l'événement : 19.08.2022
festivesdeladecroissance_festives_vosges_vignette.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
FestivesDeLaDecroissance (LigneDeTemps)
créée le 30.05.2022 à 16:41, mise à jour le 27.07.2022 à 09:22.

Forum social local "Pour une économie de l'entraide" - 19 & 20/9

Description : par l'Université Populaire et Citoyenne de Roubaix, autour de recherches-actions avec les habitant.es et actrices/acteurs de Roubaix.
Date de l'événement : 19.09.2022
1920septforumsociallocalpouruneeconomi_bandeau-site-upc-1-1.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
1920SeptForumSocialLocalPourUneEconomi (LigneDeTemps)
créée le 13.07.2022 à 15:35, mise à jour le 27.07.2022 à 09:25.

Forum social mondial - 1 au 6 mai

Description : Le Forum Social Mondial (FSM) se tiendra du 1er au 6 mai 2022 à Mexico.
Date de l'événement : 01.05.2022
forumsocialmondial_fsm2022.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
ForumSocialMondial (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:20, mise à jour le 20.04.2022 à 13:31.

François Greisner

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : La question ne préoccupe pas ce gouvernement compte tenu des difficultés accrues rencontrées par le monde associatif pour exister et croitre dans la sphère publique. Question des moyens et facilités consenties , question de la prise en compte des positionnements.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Aucune significative . Paysage assombri. Difficultés croissantes à mobiliser . Sentiment de représenter un "frein" aux libertés et visées politiques en cours de la part des gouvernants.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Voie à suivre , piste d'action , propositions concrètes pour un changement de paradigme en provenance d'un seul bord politique et d'un seul groupe cohérent jusqu'à présent.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Le grand changement de paradigme permettant seul de sortir de l'impasse dans laquelle nous plongent dangereusement les gouvernements antérieurs qui se sont succédés. Il s'agit de reconsidérer la valeur du travail et de la répartition des fruits de la croissance. D'utiliser l'imagination au profit de tous sans chercher à en privatiser les avantages tout en mutualisant les inconvénients. Casser le principe des paradis fiscaux . Solidariser plutôt que diviser pour mieux régner.Remettre de l'humain en presque tout plutôt que de vouloir robotiser à tout va y compris la nature humaine elle même.
Autre chose à ajouter ? : Oui , que le collectif finisse par primer harmonieusement sur l'individuel sans pour autant basculer dans la dictature collectiviste destructrice des aspirations légitimes et des motivations.Pus de chèques en blanc !
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
FrancoisGreisner (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 16:38, mise à jour le 03.11.2021 à 16:38.

François Vetter, CDAFAL 70

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Notre association familiale laïque est (entre autres) investie dans la défense des consommateurs, la prise en compte des risques électromagnétiques, la défense de l'environnement. Voici des observations concernant ces 2 domaines.
Très clairement le quinquennat Macron a été celui du libéralisme décomplexé dans lequel
- les associations de défense des consommateurs ont été les parents pauvres. Pas de ministère ni même de secrétariat d'Etat à la conso, diminution constante, année après année des crédits d'ETAT transitant par la DGCCRF sans lesquels les associations de consommateurs ne peuvent pas fonctionner, réduction du personnel affecté à la répression des fraudes ...
- le concept de sobriété électromagnétique a été moqué (les Amish) pour ne pas dire conspué, les impacts sanitaires délibérément niés, ce qui nous conduira à moyen terme à un nouveau scandale sanitaire que l'on aurait pu éviter si le dialogue avait pu être possible avec les associations.
- au niveau environnement, beaucoup de discours et de coup de menton, mais les actes n'ont pas suivi (objectifs climatiques, réduction des pesticides, ...)
D'avancées, je n'en vois pas dans les domaines qui nous concernent. En matière de défense des consommateurs, je parlerai de recul net: L'Etat ne se donne plus les moyens de faire appliquer sa règlementation et asphyxie financièrement l'INC et les associations de défense des consommateurs.
Je retiens de ce quinquennat la volonté de faire tourner l'économie ... sans se soucier des derniers de cordée.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : J'ai en partie répondu à cette question plus haut.
Pour être juste, il y a eu des avancées sociétales dans le domaine du droit familial dont nous prenons acte.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Ce que je souhaite pour le prochain quinquennat:

- réelle prise en compte de l'urgence d'actions réelles et à la hauteur des enjeux pour stabiliser le climat
- remise en selle des organismes chargés de la protection des consommateurs par des moyens appropriés (secrétariat d'Etat, budget suffisant pour les services de l'Etat et les associations de terrain)
- ouverture d'un débat public sur le numérique: "de quoi avons-nous besoin? à quel prix financier, énergétique, sanitaire, environnemental
- réouverture du débat sur la fin de vie et le droit au suicide assisté
- mise en chantier d'une ressource universelle pour que tout le monde puisse disposer du minimum vital
- réduction des inégalités sociales entre autres par une fiscalité redistributive
- prise en compte du problème migratoire en agissant à la source: aider réellement les populations à vivre chez elles
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Pour une surprise, c'en est une !
Mais puisque j'y suis, je convoque immédiatement des états généraux associatifs, par grands "collèges" (humanitaire, famille, environnement, social, sport, culture, ... ?) au niveau départemental.
A charge pour les participants d'établir un cahier de doléances collectif et de désigner un représentant pour le séminaire national qui suivra et qui devra déboucher sur des propositions concrètes en réponse aux attentes, propositions qui seront soumises au Parlement. Un comité de suivi élu lors du séminaire sera en charge de veiller à l'application des décisions qui seront votées.
Autre chose à ajouter ? : J'aurais encore beaucoup de choses à dire, mais si des avancées se faisaient dans les directions que j'ai pointées, ce serait déjà pas mal.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
FrancoisVetterCdafal70 (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 17:59, mise à jour le 03.11.2021 à 17:59.

Fête Huma - observatoire de la marchandisation - 10/09

Description : Lancement de l’observatoire de la marchandisation de l’action associative
de 13h à 14h dans le secteur « territoires solidaires » (en remplacement du village de l’ESS)

Pourquoi un observatoire citoyen ?


Cet observatoire citoyen de la marchandisation de l’action associative et de l’investissement à impact social est l’aboutissement d’un long processus mené au Collectif des associations citoyennes (CAC) depuis de nombreuses années.
Le CAC se créé en 2010 face à la circulaire Fillon qui classait toutes les activités associatives comme des services économiques d’intérêt général et allait au-delà du droit européen en étendant la réglementation européenne des aides aux entreprises à l’ensemble des subventions aux associations sous prétexte de la concurrence libre et non faussée.
Dès lors, le CAC n’a cessé d’observer et de dénoncer cette tendance, avec un point d’orgue lors de l’arrivée en France des contrats à impact social en 2014. Cet outil financier qui cherche à concilier impact social et retour sur investissement en transformant les actions associatives en produit d’investissement avec retour financier à la clé. A l’époque, le CAC produit un livret intitulé : Quand le social finance les banques et les multinationales et publie une tribune du même nom dans les colonnes du Monde.
Petit à petit, a émergé la nécessité d’un observatoire citoyen pour relancer une dynamique nécessaire face au rouleau compresseur et à la capacité de lobbying importante du mouvement de l’entrepreneuriat social, porteur phare de cette marchandisation à l’œuvre qui pousse les associations à épouser les logiques du marché.

Depuis la notion d’investissement à impact social s’invite dans les associations sous de multiples formes que l’observatoire se donne pour objectif de décrypter pour mieux les combattre.

Nos objectifs sont :
1- Améliorer notre veille informationnelle sur le sujet pour défataliser ce processus qui ressemble à un rouleau compresseur ;
2- Accroitre notre capacité à créer et à mettre à disposition des outils pédagogiques sur le sujet ;
3- Augmenter les capacités de résistance

L’observatoire se veut un espace commun où acteurs et chercheurs puissent croiser leurs savoirs et où nous pourrions construire une analyse commune pour contrer ce processus.
Face à ces objectifs, nous avons lancé une lettre d’information mensuelle (le Klaxon) où nous informons et décryptons les avancées sur la marchandisation, l’investissement à impact social, l’entrepreneuriat social mais également les contre-propositions et actions de lutte contre cette marchandisation.
Nous construisons un site avec deux niveaux d’informations :
  • une information de base avec des outils pédagogiques destinés à ceux qui découvrent le sujet
  • des informations plus fouillées pour celles et ceux qui veulent l’approfondir.
Nous voulons à la fois inscrire la problématique dans une histoire et donner de l’actualité sur le sujet. Ce site propose trois axes : découvrir, approfondir et agir.
Enfin, nous publierons un premier rapport qui vise un état des lieux des connaissances actuelles sur ce processus de marchandisation et d’investissement à impact social. Nous plantons le décor d’un travail à venir où nous aurons à tirer les fils de ces constats et surtout d’y apporter des contre-feux.

Composition de l’observatoire

Conseil associatif provisoire et souhaitable au 20 juillet 2022
  • Collectif des associations citoyennes
  • L’association nationale des assistants de service social (ANAS)
  • Collectif Avenir Educ
  • Réseau Refer Conseil scientifique
  • Mouvement pour une économie solidaire
  • Comité national de liaison des régies de quartier
  • Union fédérale d’intervention des structures culturelles
  • Maison de la décroissance
  • Remix the commons
  • Les Colibris
  • Mouvement rural de jeunesse chrétienne
  • Collectif pour une éthique en travail social
  • CRID
  • Commission de mobilisation du travail social en lutte
  • Cimade

Conseil scientifique

  • Jean-Louis Laville – sociologue, professeur du conservatoire des arts et métiers, responsable de la ChairESS
  • Anne Salmon (à confirmer) – sociologue , professeur du conservatoire arts et métiers
  • Florence Jany Catrice (à confirmer) – économiste, professeur à l’université de Lille
  • Julien Talpin, sociologue, chargé de recherche au CNRS
  • Michel Chauvière, sociologue,
  • Dominique Paturel, docteur en sciences de gestion, chercheuse à l’Inrae
  • Sylvain Celle, socio-économiste, chercheur à l’Institut Godin
  • Thomas Chevallier, sociologue, chercheur au Ceraps
  • Marion Studer , économiste, chercheuse au Clersé, université de Lille
  • Jean-Sébastien Alix , sociologue, université de Lille
Date de l'événement : 10.09.2022
fetehumaobservatoiredelamarchandisation_sib-pavo.jpg
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
FeteHumaObservatoireDeLaMarchandisation (LigneDeTemps)
créée le 13.07.2022 à 15:57, mise à jour le 28.07.2022 à 13:32.
FeteDeLaFemeDeContin (), écrite par WikiAdmin
créée le 06.04.2021 à 15:24, mise à jour le 06.04.2021 à 15:24.
FeteDeLaFemeDeContin2 (), écrite par WikiAdmin
créée le 06.04.2021 à 15:24, mise à jour le 06.04.2021 à 15:24.

Fête de la récup - 2 juillet

Description : Fête de la récupération
Date de l'événement : 02.07.2022
fetedelarecup_7c4854bf4bef549450143dadfffabce38bf0b92e.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
FeteDeLaRecup (LigneDeTemps)
créée le 14.04.2022 à 21:40, mise à jour le 20.04.2022 à 13:27.

Fête des 20 ans du MES - 24/11

Description : Samedi 24 sept - fête des 20 ans du MES à Toulouse
Date de l'événement : 24.11.2022
fetedes20ansdumes2409_mes.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
FeteDes20AnsDuMes2409 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 14.09.2022 à 14:29, mise à jour le 14.09.2022 à 13:35.

Fête des possibles - 9 au 25/9

Description : Du 9 a 25 sept Fête des possibles : des centaines d’événements organisés chaque année pour rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire.
Date de l'événement : 09.09.2022
fetedespossibles9au259_fetedespossibles22.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
FeteDesPossibles9Au259 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 27.07.2022 à 09:27, mise à jour le 27.07.2022 à 09:27.

Georges Bennavail -Réseau des Initiatives en Haute Vallée de l'Aude

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Pendant un an et demi, l’art était « non essentiel », gelé, interdit. Et aujourd’hui, en tant qu’artistes pour reprendre la pratique de notre art ou en tant que public pour se rendre à une manifestation artistique, nous devrions nous soumettre à une expérience médicale à grande échelle ; et de plus, en tant qu’artistes, nous devrions accepter de jouer devant un public discriminé.
Nous, artistes, qui avons dédié nos vies à l’expression de la beauté et au partage, nous refusons de jouer ce jeu d’une autorité qui s’emballe, pour le principal profit de la haute finance et des grands laboratoires.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Nous ne voulons pas que le lien social dépende d’un chantage à notre intégrité.
Lorsqu’un Etat outrepasse les limites des pouvoirs que les citoyens lui ont confiés, ceux-ci ont le devoir de résister, l’obéissance n’étant alors plus une qualité civique mais seulement de la peur. Nous choisissons de ne pas avoir peur. Nous choisissons de résister. Au risque d’être dénigrés, au risque de perdre notre emploi, nos revenus, notre mode de vie. Nous gagnerons autre chose. Parce qu’il faut bien que quelques-uns au moins le fassent.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Nous appelons les artistes, lest acteurs de la vie culturelle et tous ceux qui veulent de l’art vivant et libre dans leur vie, à rejoindre des réseaux afin de créer une solidarité dans un métier qui a une réputation d’individualisme, d’échanger des idées, des informations, des contacts et des outils ; afin d’inventer d’autres façons de VIVRE. Et dans l’espoir que nous serons suffisamment nombreux pour pouvoir nous faire entendre.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Un peu partout en France ont fleuri des initiatives pour accueillir l’art dans la sphère privée. Reprendre cette belle idée en lui donnant une couleur encore plus engagée, en appelant tous les citoyens
qui ont besoin de l’art à participer, chacun selon ses possibilités, à un maillage
solidaire de rencontres artistiques hors circuit.
Avez-vous pensé à accueillir l’art chez vous ? Il suffit d’avoir un grand salon, un jardin, une cour, un hangar, un garage, un toit terrasse, une péniche, une yourte !
Accueillir l’art chez soi n’a rien de nouveau, mais l’idée est d’y introduire un degré d’engagement
supplémentaire, dans l’esprit des dominos : proposons à nos invités de ne pas se contenter de venir assister mais de participer à un événement : en s’engageant par la présence, et par un soutien financier
quand c’est possible… la solidarité peut prendre toutes sortes de formes !
Devenons des connecteurs, en suscitant, réparant et soignant les liens sociaux tant mis à mal ces temps-ci. Proposons ensuite à nos invités de réfléchir à la possibilité d’accueillir à leur tour un ou des artistes chez eux, et à leur tour passer le relai, dans le but de créer un maillage ininterrompu.
En participant à la diffusion de l’art hors système, nous ne faisons pas que soutenir des « artistes évincés » : nous créons et renforçons des liens et des réseaux, de vraies relations humaines et concrètes qui constituent la plus grande des forces de résistance…
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
GeorgesBennavailReseauDesInitiativesEnH (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 07:18, mise à jour le 04.11.2021 à 07:18.

Graverock

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Sauf sur quelques points relevant d'éléments à la marge ( renforcement de certains critères de nomination dans le domaine de la culture), peu ou très peu d'attentions concrètes envers le monde associatif., au dela des discours de premier rang présidentiel comme à l'accoutumée suivi de peu ou aucun effet.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Gestion de la crise bien réglé pour les structures associatives sous tutelle de l'état, les intermittents ont connu de grosses difficultés.
Le secteur s'est organisé en structure de loby (régional et national) qui marche pas mal auprès des collectivité et des représentants de l'état en région. Rien de bien différent que ce qui se passe dans le monde de l'économie capitalistique.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Pas entendu grand'chose, hormis le pitre zézé, et quelques déclarations ne relevant en rien des problèmes de fond de la société (augmentation salariale des enseignants, chasse le WE et les vacances.....).
Quelques idées : augmenter la compétence des élus d'associations, limiter la durée des mandats, en particulier président trésorier et secrétaire, déscléroser les fonctionnements, améliorer le fonctionnement démocratique, redonner le pouvoir aux élus et non aux salariés qui ont tendance à s'en accaparer (les élus qui sont plus ou moins ignorants s'en accommodent bien), rajeunir les adhésions : aller chercher les jeunes, et les prises de responsabilité, rendre réellement mixtes les CA , le bureaux, faire tourner masculin féminin pour la présidence, savoir travailler en synergies inter-associatives ( groupements de moyens, d'employeurs.....), s'ouvrir à l'entreprise privée qui peut parfois apporter des leviers, ou s'approprier des idées issues du monde des associations, moins marchandes. Parfaire l'organisation des associations (lié avec l'augmentation des compétences), apprendre à valoriser ses actions (communication, autres), savoir s'inscrire dans son territoire et ses acteurs, savoir être en proximité des citoyens, sortir des barrières de la "mono activité" ou l'entresoi favorise la fermeture. S'inscrire dans un réel mouvement d'éducation populaire, actuellement sclérosé ou limité à des mouvements/idéologies "fermés". Rendre les associations écoresponsables.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Surtout ne pas organiser un Ségur, Grenelle ou toute autre manifestation permettant soi disant de libérer la parole des citoyens concernés. La techno structure politique se tape de ce genre de procédé (les comptes rendus des réunions post gilets jaunes ont été "perdues", la commission des citoyens ayant réfléchi et proposé des actions écologiques a vu ses propositions réduites à peau de chagrin. Recevoir les fédérations d'associations (nationales ou autres si le dimensionnement n'est pas national, à condition de représenter un nombre d'adhérents significatifs) voir ensuite si un plan de travail qui repose sur les idées émises peut s'engager et mener des chantiers qui aboutissent. A planifier pendant le mandat : prioriser les thèmes selon les expressions des associations et la volonté politique de faire ( CF paragraphe ci dessus) : trouver un véritable consensus. Il faut que la démarche soit itérative ministère/fédérations et fédérations/ adhérents ou membres des CA : c'est reconnaître les élus associatifs avant tout.
Autre chose à ajouter ? : Il y a un énorme boulot à faire pour dynamiser et professionnaliser le monde associatif, qui doit revenir en liaison affirmée envers le citoyen. La politique est presque totalement dévoyée ( l'abstention est très largement en tête des scrutins). Redonner du sens au collectif et aux individus peut et doit repasser par une dynamisation du monde associatif. Sinon, le chaos??????????
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
GraverocK (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 16:40, mise à jour le 03.11.2021 à 16:40.

Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social - 7 déc

Description : "Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables " ainsi commence l'article paru dans Lien Social.
Le CAC soutient ce mouvement des travailleurs et travailleuses du social qui revendique "la revalorisation et la reconnaissance des métiers de l’humain, une hausse des salaires minimum de 300 euros pour suivre le coût de la vie".
https://www.lien-social.com/Social-et-medico-social-o-Appel-a-la-greve
et
https://snuasfp.fsu.fr/journee-du-7-decembre/

et une carte interactive
Date de l'événement : 07.12.2021
grevenationaledestravailleursettravailleus_4mainsphoto.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
GreveNationaleDesTravailleursEtTravailleus (LigneDeTemps)
créée le 02.12.2021 à 11:33, mise à jour le 02.12.2021 à 11:33.

Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social - 7 déc

Description : "Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables " ainsi commence l'article paru dans Lien Social.
Le CAC soutient ce mouvement des travailleurs et travailleuses du social qui revendique "la revalorisation et la reconnaissance des métiers de l’humain, une hausse des salaires minimum de 300 euros pour suivre le coût de la vie".
https://www.lien-social.com/Social-et-medico-social-o-Appel-a-la-greve
et
https://snuasfp.fsu.fr/journee-du-7-decembre/

et une carte interactive
Date de l'événement : 07.12.2021
grevenationaledestravailleursettravailleus_4mainsphoto.jpg
GreveNationaleDesTravailleursEtTravailleus3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social - 7 déc

Description : "Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables " ainsi commence l'article paru dans Lien Social.
Le CAC soutient ce mouvement des travailleurs et travailleuses du social qui revendique "la revalorisation et la reconnaissance des métiers de l’humain, une hausse des salaires minimum de 300 euros pour suivre le coût de la vie".
https://www.lien-social.com/Social-et-medico-social-o-Appel-a-la-greve
et
https://snuasfp.fsu.fr/journee-du-7-decembre/

et une carte interactive
Date de l'événement : 07.12.2021
grevenationaledestravailleursettravailleus_4mainsphoto.jpg
GreveNationaleDesTravailleursEtTravailleus5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social - 7 déc

Description : "Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables " ainsi commence l'article paru dans Lien Social.
Le CAC soutient ce mouvement des travailleurs et travailleuses du social qui revendique "la revalorisation et la reconnaissance des métiers de l’humain, une hausse des salaires minimum de 300 euros pour suivre le coût de la vie".
https://www.lien-social.com/Social-et-medico-social-o-Appel-a-la-greve
et
https://snuasfp.fsu.fr/journee-du-7-decembre/

et une carte interactive
Date de l'événement : 07.12.2021
grevenationaledestravailleursettravailleus_4mainsphoto.jpg
GreveNationaleDesTravailleursEtTravailleus2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Grève nationale des travailleurs et travailleuses du social - 7 déc

Description : "Une grande perte de sens du travail, un fort manque de moyens financiers et humains qui entraînent une dégradation de l’accueil et de l’accompagnement des personnes vulnérables " ainsi commence l'article paru dans Lien Social.
Le CAC soutient ce mouvement des travailleurs et travailleuses du social qui revendique "la revalorisation et la reconnaissance des métiers de l’humain, une hausse des salaires minimum de 300 euros pour suivre le coût de la vie".
https://www.lien-social.com/Social-et-medico-social-o-Appel-a-la-greve
et
https://snuasfp.fsu.fr/journee-du-7-decembre/

et une carte interactive
Date de l'événement : 07.12.2021
grevenationaledestravailleursettravailleus_4mainsphoto.jpg
GreveNationaleDesTravailleursEtTravailleus4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

HAGA Pierre

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Bonsoir
  • Titulaire de trois diplômes d'états, ex- Co fondateur d'une fédération sportive (toujours en activité) gérant la commission de formations des cadres pendant une vingtaine d'années j'ai eu tout le loisir de côtoyer les instances gouvernementales et j'arrête là la liste de mes activités ou même passions soit plus de 60 années sur le terrain.Pour constater que ce dernier gouvernement n'est pas à la hauteur de l'enjeu sportif en France. Je constate des reculs.
TIRER LE SPORT EN FRANCE DE LA MISÈRE ACTUELLE
  • En France nous obtenons les quart des résultats sportifs que nous serions en droit d'obtenir et serions encore plus utiles à la population Française,(Un des présidents de la France a eue un comportement de crétin quand il a dit aux policiers et aux gendarmes sportifs en appuis aux associations et des éducateurs de rues, "qu'ils n'étaient pas là pour jouer au foot, mais pour arrêter les voleurs") si nous (responsables des associations, des fédérations, des sportifs de hauts niveaux (amateurs et pros par la suite) des syndicats, dans les milieux scolaire, universitaire...etc...) nous retrouvions réunis, pour en parler ( plusieurs mois seront nécessaires) avec les représentants du gouvernement (ministère des sports entre autre, plus une commission d'enquête gouvernementale, pour réguler les budgets financiers qui devraient, certes soutenir les associations pour qu'ils survivent ! Mais également les aider à se développer. (pour ça il faut ré-employer tous les cadres qui sont partis à la retraite et qui n'ont pas été remplacés). Multiplier par dix les salles d'entrainements et les structures pour organiser les compétitions des toutes les disciplines concernées. Il faut faire un méga bilan pour nous tirer tous vers les haut, Ors, ce n'est pas ce qui est prévu par ce gouvernement à la veille des jeux olympiques. Il est bien capable de nous tirer vers le bas puisqu'il ne se gène pas pour le faire aux hôpitaux, Pourquoi se gênerait-il vis à vis de nous.!!?!! Veuillez m'excuser mais il faut bien aborder cette situation catastrophique en faisant de la politique.Même si ce n'est pas trop nos attributions, Nous nous en passerions bien.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Non, bien sûr. Certes le COVID-19, y est pour quelque chose mais pas que! La culture et la culture physique (en schématisant) ont été déclarés non essentiels!!?
MON SECTEUR: LES ARTS MARTIAUX ET SPORTS DE COMBATS.
  • Et il est nécessaire à ce que le justice mette son nez dans toutes les directions sportives.Il y a des présidents qui se font ré-élirent années après années, malgré un ou des dossiers qui les font condamner par des tribunaux? Il y a donc un nettoyage, concernant la moralité de certains dirigeants des fédérations à effectuer.
Question_Pourquoi le karaté qui vient de renter aux jeux olympique pour la première fois, ne sera pas reconduit aux jeux Olympique en France en 2024? Et bien sûr ce n'est qu'un exemple, parmi tant d'autres..
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : OUI... La diminution du budget pour les sports en France!! A commencer par le budget du ministère des sports. Et ...""EN MÊME TEMPS" nous sommes sélectionné pour assurer les jeux Olympique en France. Bien sûr! Qu' on marche sur la tête!!
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Convoquer tous les cadres (syndicats compris) du ministère des sports pour mettre en place un mémorandum et un cahier des charges sur ce qui conviendraient (d'après eux de changer, d’améliorer, etc...Ainsi que tous les président.e.s et cadres responsables des associations.

  • Ré employer et embaucher des agents pour renforcer les rangs du ministère et leurs confier des missions de remise à niveau des président.e.s et cadres.Donc de développer la formation de tous les agents et tous les responsables sportifs en france et DOM TOM.

  • Budgétiser (d'après le mémorandum et après enquêtes érieuses) de tout ce qui pourra développer les moyens nécessaire aux rénovations des structures actuelles des gymnases, mobiliers, matériels au service de toutes les disciplines et créations, constructions de nouvelles futures installations sportives.

  • Développer les moyens audio-visuels de toutes les disciplines sportives ainsi que les médias visuels pour qu'enfin toutes les disciplines sortent de l'anonymat actuel.(Même des disciplines olympiques, Tout le monde a été surpris des résultats du judo a ses débuts sur la toile T.V... Ah, bon? il y a autre chose que le foot??! Je n'irais pas plus loin évitons la tautologie.. .
Autre chose à ajouter ? : OUI. Quand est-ce que l'ont met cartes sur tables en ce qui concerne tous les sports en France avant les jeux Olympique de 2024.et surtout qu'un passage aux actes soient immédiatement appliqué.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
HagaPierre (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 04.11.2021 à 18:39, mise à jour le 04.11.2021 à 18:39.

Isa Boyer coordi du CAC

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : RAS si ce n'est une barrière de plus en plus poreuse entre secteur ESS et secteur marchand lucratif.
Des aides réelles pour tous (marchand / non marchand) durant confinement et période sanitaire (possibilité indemnité activité partielle).
Recul des libertés d'expressions et de revendications des asso et des citoyens en général
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : RAS
secteur associatif en général
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Retour des subventions comme soutien central aux asso et AAP ponctuels
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Un travail de consultation / coordination entre les collectivités et les asso de tous secvteurs et toutes échelles
Autre chose à ajouter ? : RAS
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
IsaBoyerCoordiDuCac (Enquête en vues des élections 2022), écrite par IsaCAC
créée le 29.10.2021 à 13:14, mise à jour le 29.10.2021 à 13:14.

Isabelle BOYER - CAC

Quelles sont les questions ou observations que suscite chez vous la lecture du Contrat d'Engagement Républicain dont la signature conditionne désormais tout soutien public ? : >> Je m'interroge sur la notion "d'ordre public" et l'engagement -demandé dans ce CER- à "s’abstenir de toute action y portant atteinte" qui rentre en contradiction avec fonction « d’alerte et d’interpellation des pouvoirs publics » qui caractérise les associations.
C'est une fonction nécessaire au pluralisme du débat public et à la qualité de la démocratie qui est remise en cause !

Et comment savoir si le droit fondamental de "résistance à l'oppression" qui est inscrit dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 sera bien prioritaire si une association s'oppose à l'ordre public pour porter assistance, par exemple, à des migrants en danger ??
Ou si elle organise une ZAD contre un projet polluant et nocif ?
Sur le territoire d'activité de votre association, êtes-vous déjà soumis à des chartes locales pour le respect des valeurs de la laïcité ou de la République ? (exemple "charte régionale de la laïcité et des valeurs républicaines" des Hauts de France, "charte de la laïcité" de la municipalité de Montpellier etc) : >> La région IDF en a bien mise une en place mais n'ayant plus accès à leurs financements nous n'y avons pas été soumis.

Les bénéficiaires de subventions de la Région Île-de-France doivent promouvoir et faire respecter les valeurs de la République et le principe de laïcité. Ils s'y engagent en signant une charte adoptée par les élus régionaux le 9 mars 2017 et modifiée le 21 novembre 2018 : https://www.iledefrance.fr/la-charte-regionale-des-valeurs-de-la-republique-et-de-la-laicite
Sur le site de la Région IDF on peut lire :« Si l’on veut des subventions, il faut respecter certaines règles. Désormais, toute association qui reçoit des subventions de la Région devra s’engager sur cette charte et dans la prévention de la radicalisation », a résumé Valérie Pécresse en mars 2017.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
IsabelleBoyerCac (Questions & témoignages Contrat d'Engagement Républicain), écrite par IsaCAC
créée le 24.01.2022 à 15:28, mise à jour le 24.01.2022 à 14:32.

Isabelle BOYER - CAC (asso nationale basée sur Paris)

Combien d’emplois sous contrat PEC compte votre association et aviez-vous prévu des embauches en PEC ? : 1 personne de + 60 ans depuis sept 2021 u'on comptait renouveler en mars 2022 pour 9 à 12 mois

1 autre embauche sénior envisagée mais abandonnée avec la nouvelle circulaire et le décret IDF
Que signifiera pour votre activité le non-renouvellement, la réduction de la durée du renouvellement ou la baisse de prise en charge de ces contrats ? : Le non renouvellement de la personne en poste après septembre 2022 (comme prévu) puisque nous n'avons pas pu renouveler pour plus de 6 mois (début mars 22) en qu'ensuite nous ne pourrons pas (comme c'était envisagé) poursuivre pour arriver à 24 mois voire même 60 puisque la personne a plus de 58 ans (ce qui était prévu par le décret en cours en 2021 lors de son embauche) et la personne en l'occurrence, rencontre des difficultés de santé et d'organisation rendant son embauche ailleurs à temps complet difficile actuellement.
Quels sont les activités concrètes et l’apport pour votre association des personnes que vous avez employées sous PEC ? : Une aide à la gestion et au développement des outils libres numériques, allant des outils visio aux outils collaboratifs, développant des sites yeswiki pour coopérer avec les partenaires, renouveler nos outils de communication (site wordpress)... et des envies de développer la création de capsules vidéos pour illustrer, prolonger et faire connaitre plus largement nos actions.

Même à 20h par semaine, ce qui permet aussi de gérer la fatigabilité et le quotidien en parallèle, ces outils sont travaillés sans trop d'urgence en collaboration avec l'équipe bénévole et salariée.

Comment pourrons nous poursuivre avec les outils actuels sans entretiens, remise à niveau ? Devrons nous cesser notre développement collaboratif à distance ??
Avez-vous prévu des actions pour dénoncer cette situation ? Si oui lesquelles ? Merci de préciser votre région : Interpellation de PE (médiateur) mais encore fait + courrier au préfet IDF + des député.es

Informer largement le tissus associatif
Communiquer dans les médias (journalistes pour médias en ligne, papier et radio)
Proposer une lettre type à partir de lettres déjà faites pas les assos
Créer ce formulaire d'info
Organiser une/des réu de coordination des asso concernées
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
IsabelleBoyerCacAssoNationaleBaseeSur (Parcours Emploi Compétence), écrite par IsaCAC
créée le 21.04.2022 à 15:06, mise à jour le 21.04.2022 à 15:06.

JOURNEES DES TERRITOIRES

Date de l'événement : 13.10.2021 - 14:00
Référence externe : Interne (dans le même onglet)
JourneesDesTerritoires2 (LigneDeTemps)
créée le 28.07.2022 à 09:43, mise à jour le 28.07.2022 à 08:00.

JOURNEES DES TERRITOIRES - Journée 1

Description : Depuis sa création, l’Unadel participe à la mise en lien d’acteurs des territoires d’horizons variés pour mettre en valeur les initiatives locales et partager nos expériences.

Ainsi, les Journées des territoires sont organisées chaque années depuis 2017 pour encourager et permettre les rencontres et les échanges entre les mondes, les espaces, les logiques différentes… et in fine, les femmes et les hommes qui vivent et agissent dans leurs territoires.

Les transitions en commun (et qui n'oublient personne !) - Journée 1

Avec les Ecoutes territoriales, dispositif d'accompagnement des territoires et le Carrefour des métiers, réseau apprenant sur les enjeux d'ingénierie, l'Unadel bénéficie de retours d'expériences riches et plein d'enseignements.
Cette première journée des journées des territoires y sera consacrée et permettra d'aborder les enseignements issus des écoutes territoriales 2021-2022 sur "Initiatives citoyennes et action publique locale : les transitions en commun ? ". (intervenante Laurence Barthe et 3 territoires écoutés), ainsi que les évolutions de l'ingénierie pour des transitions justes, inclusives et nécessairement coopératives.

Intervenants : Laurence Barthe (Université Toulouse le Mirail), Pierre-Antoine Landel (chercheur associé à l'UMR Pacte), Lydie Laigle (Université Paris-Est Marne la Vallée) et des territoires partenaires !
Date de l'événement : 13.10.2022 - 14:00
journeesdesterritoires_illustration_rdl.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
JourneesDesTerritoires (LigneDeTemps)
créée le 28.07.2022 à 09:43, mise à jour le 28.07.2022 à 07:58.

JOURNEES DES TERRITOIRES - Journée 2

Description : Les Journées des territoires sont organisées chaque année depuis 2017 pour encourager et permettre les rencontres et les échanges entre les mondes, les espaces, les logiques différentes… et in fine, les femmes et les hommes qui vivent et agissent dans leurs territoires.

Les transitions en commun (et qui n'oublient personne !) - Journée 2
Date de l'événement : 13.10.2021 - 09:00
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
JourneesDesTerritoiresJournee2 (LigneDeTemps)
créée le 28.07.2022 à 09:47, mise à jour le 28.07.2022 à 08:58.

JOURNEES DES TERRITOIRES - Journée 2

Description : Depuis sa création, l’Unadel participe à la mise en lien d’acteurs des territoires d’horizons variés pour mettre en valeur les initiatives locales et partager nos expériences.

Ainsi, les Journées des territoires sont organisées chaque année depuis 2017 pour encourager et permettre les rencontres et les échanges entre les mondes, les espaces, les logiques différentes… et in fine, les femmes et les hommes qui vivent et agissent dans leurs territoires.

Les transitions en commun (et qui n'oublient personne !) - Journée 2
Date de l'événement : 14.10.2022 - 09:00
journeesdesterritoiresjournee22_illustration_rdl.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
JourneesDesTerritoiresJournee22 (LigneDeTemps)
créée le 28.07.2022 à 09:54, mise à jour le 28.07.2022 à 08:03.

Jaulmes Dominique HPF AQUAVIE AFSOS CAC CHANGER DE CAP REINFOCOVID FEP PACTE POUR LA TRANSITION

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Votre réponse
Ma réponse est très influencée par la gestion de la crise sanitaire que je trouve ignoble et intolérable..
Médecin retraitée je ne suis pas du tout en accord avec notre ministre de la santé et ces décisions
La loi d'urgence sanitaire, n'est que politique et liberticide; rien ne justifie le passe sanitaire pour faire du sport, se cultiver, se réunir en public....
La suspension des soignants non "vaccinés" est scandaleuse et contre le droit du travail.
Cette loi du 5 Aout 2021 aujourd'hui prorogée jusqu'en juillet 2022 est scandaleuse et s'assoit sur plus de 12 lois dont celle des DH

Bref ce gouvernement est on ne peut plus liberticide, totalitaire , comme jamais aucun gouvernement ne l'a été

Par ailleurs toutes les lois travaillées et promulguées pendant ce mandat vont dans le sens de la main mise sur la gestion des associations; les subventions étant transformées en AAP qui sont ni plus ni moins que des appels d'offre...

Par ailleurs les lois sociales sont détricotées à la vitesse grand V (chômage soins retraite..)
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Il me parait redondant de répéter

Diminution d e l'offre de soins; puisque plus de soignants =fermeture de lits puis de services puis d'établissements....
La suspension des soignants non "vaccinés COVID" étant le clou!

Comme les soignants sont moins nombreux, ils ne peuvent plus ni respecter le temps de transmission, ni satisfaire aux textes instaurant l'obligation des formations, des espaces de parole, des staff, .....
Il suffit de voir les 14% d'Arrêt Travail majoritairement pour burn out dans le monde médical...

Dans le domaine social ce n'est pas mieux

Au niveau de l'accueil des migrants, c'est idem...
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Je suis intéressée par le refus de l'élection présidentielle et par l'écriture d'une nouvelle constitution!
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Implémenter les 32 mesures qui ont fait l'objet d'engagement avec les élus municipaux grâce au PACTE pour LA Transition
Cette transition n'est pas qu'écologique mais bien sociétale

Dans le domaine de la démocratie, la mesure 30 co-écrite par le CAC me semble est une belle mesure permettant une vraie démocratie locale.Elle permet de faire entendre les besoins des citoyens

Renforcer le rôle des conseils d e quartier .Créer de vrais conseil de la vie associative.

Travailler les différents sujets en partenariat entre associations , collectivités locales, experts SANS CONFLITS D INTERET, et professionnels.

Les professionnels , les élus et les bénévoles doivent travailler ensemble.

Les citoyens travaillant en association sont les mieux placés pour évaluer le besoin en professionnels à recruter.
L'argent public (nos contributions fiscales) devant alimenter les différents secteurs représentant les "communs " des vivants que sont le logement, l'éducation, la culture, la santé, le sport. Les fonds doivent donc être répartis en fonction de l'implication des professionnels et des associations complémentaires .

Ainsi l'éducation entends l'école, l'université, mais aussi les nombreuses assos d'éduc pop.. Régie d equartier etc...
La santé comprends certes la prévention, la médecine et chirurgie curatives mais aussi toute la santé non médicale
La culture associant les lieux de culture d'état et associatifs
Le sport idem
Le logement associant à la construction, l'urbanisme et la part de vie associative

ETC.....
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse

je ne veux plus d'un président, ni d'une gestion verticale
je veux de la démarche participative DANS LES FAITS et pas seulement dans les mots; de la transversalité car tous les domaines du vivant doivent s'interpénétrer pour un bon équilibre sociétal

Et bien sur en replaçant l'humain dans la nature....
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
JaulmesDominiqueHpfAquavieAfsosCacChanger (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 15.11.2021 à 18:05, mise à jour le 15.11.2021 à 18:05.

Jean-Baptiste Jobard - CAC

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Tout avait mal commencé... Et ça a encore plus mal fini !
Le monde associatif est tellement peu ou tellement mal "dans les radars" du macronisme qu'il est tout de même stupéfiant de se souvenir que la vie associative avait été purement et simplement oublié au début du quinquennat. La DJEPVA a tout de même était une administration orpheline de rattachement ministériel pendant plusieurs semaines... jusqu'à cette funeste décision consistant à la placer sous l'égide d'un ministre qui ne s'en soucie comme d'une guigne : JM Blanquer ministre de l'éducation nationale.
Pour un gouvernement libéral, les choses sont finalement assez simples concernant les associations : il y a des bonnes et des mauvaises associations. Les mauvaises sont celles qui portent un discours critique et des alternatives au système en place. Les bonnes sont celles dont l’influence sur l’évolution de la société est limitée soit car leur action se réduit à une démarche caritative soulageant les pointes de misère les plus flagrantes. Soit car elles sont cantonnées à un tiers-secteur subalterne les contraignant, via l’imposition d’un cadre concurrentiel, à n’être plus que des prestataires-gestionnaires d’une sorte de sous-service public.
Dans leurs "logiciels" tout est réduit à la calculette, après tout ne dépense-t-on pas un "pognon de dingues" (et notamment sous formes de financement d'actions associatives) pour ces pauvres qui sont tellement rien qu'ils ne sont même pas capables de s'en sortir ? La traduction la plus flagrante de "cette approche par la calculette" c'est la facilité avec laquelle ce gouvernement a engagé à l'été 2017 le "plus grand plan de licenciement de l'histoire de France" (ah non pardon, on dit "plan de sauvegarde de l'emploi" dorénavant avec le passage de 465 000 à moins de 200 000 emplois aidés (oubliant par là même qu'il s'agissait surtout d'emplois-aidants) en 2 ans.
Le sort réservé au résultat de la concertation nationale qui s'est ouvert pour calmer le mouvement de protestation en 2018 est un bien triste indicateur du regard que l'on porte sur le monde associatif au pays de la "start up nation"
... Et pour faire court, on ne parle pas ici du baratin sur "la philanthropie à la française", du pari et de l'argent mis sur les "contrats à impact social" et autres foutaises
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Tous les secteurs semblent avoir un point commun : la marchandisation et la prise en compte croissante de logique lucrative dans un secteur pourtant, théoriquement, non lucratif
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Oui, il y en plein fort heureusement. La sécurité sociale alimentaire, les propositions autour du salaire à vie, les revendications portés par les "commoners", le fleurissement des alternatives concrètes de terrain dont témoigne la cartographie du Transiscope...
Structurellement, un des leviers importants de l'action à venir est semble-t-il de réfléchir au fait qu'un financement du monde associatif est possible...
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Je lance un aggiornamento du financement du monde associatif pour construire une autre société sur des bases plus solidaires, durables et démocratiques. Dans la foulée, je supprime la loi censée conforter "le respect des principes de la République" car il s'agit d'une loi anti-associations. Je lance également rapidement un séminaire national pour une démarche de progrès dans le fonctionnement des associations.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI
JeanBaptisteJobardCac (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 13.12.2021 à 13:18, mise à jour le 13.12.2021 à 13:18.

Jeanne Pothier

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Il est sûr que la période est compliquée. Mais en dehors d'occuper l'espace médiatique avec la Covid il n'a pas fait grand chose (cafouillages contradictoires qui ont crées plus de problèmes que des solutions) si ce n'est de donner de l'argent pour faire passer "la pilule" de la démolition des institutions démocratiques. Nous faire avaler la couleuvre du "ruissellement", théorie économique fumeuse qui n'a jamais fonctionné et qui consiste a enrichir les plus riches pour que les pauvres en profitent en leurs donnant des emplois...(ref.Tatcher et Reagan). Pas d'avancés et même du recul. Très intelligent certes mais si arrogant, méprisants, mauvais diplomate, manipulateur, menteur. et pas de résultats palpables. Les citoyens ont pris en grippe les hommes politiques déjà suspects à son arrivée. Et rien pour l'écologie en dehors de bonnes intentions des discours et annonces non suivi d'acte.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Le secteur de la communication presse et édition où j'ai fait carrière a été devoyé et a perdu sa liberté de parole hormis quelques indépendants. Plus beaucoup d'éthique et beaucoup d'argent et d'intérêts personnels. Coté vie associative c'est pareil. il faut être du bon coté.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : L'ECOLOGIE c'est ce qui est le plus urgent nous devons changer complètement et profondément nos comportements et notre façon de vivre. Nos dirigeant ne font rien pour avancer.
Et il y les problèmes de société, des peuples qui ne peuvent plus sortir de la guerre et des catastrophes naturelles aux quelles il va falloir faire face car cela ne font que commencer.
Comment affronter les problèmes d'énergie ?
Comment organiser humainement les migrations?
Penser aux générations futures quid de la dette financière
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Faciliter les aides aux associations qui sont prêtes à participer. Des maisons des associations obligatoires et outillées dans toutes les municipalités et des subventions plus abordables et surtout non dépendantes du "bon vouloir" des majorités municipales.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON
JeannePothier (Enquête en vues des élections 2022)
créée le 03.11.2021 à 17:31, mise à jour le 03.11.2021 à 17:31.

Journée de débat sur l’affectation sociale des biens confisqués à la criminalité organisée et aux corrompus en France - 18 nov

Description : Journée de rencontre et débats sur la nouvelle Loi introduisant l'affectation sociale des biens confisqués à la criminalité organisée et aux corrompus, dédiée principalement au monde associatif français intéressé par le dispositif. Les objectifs de cette Journée sont les suivants :
Faire connaître les récentes avancées législatives en France en matière d’usage social des biens confisqués à la criminalité et permettre aux associations de se saisir de cette opportunité pour leur développement ou pour le développement de nouveaux projets.
Sensibiliser la société civile aux questions de légalité (lutte à la criminalité et contre la corruption) pour avoir un rôle actif de veille et devenir force de proposition auprès des pouvoirs publics.
Réfléchir collectivement aux possibles améliorations du dispositif d’usage social des biens confisqués à la criminalité notamment pour s’ouvrir à davantage d’associations (notamment les plus fragiles et celles œuvrant dans des contextes à forte criminalité) et pour intégrer la dimension d’entrepreneuriat solidaire indispensable au développement territorial en milieu urbain comme en milieu rural.
Insister sur les multiples dimensions du dispositif d’usage social des biens confisqués à la criminalité qui englobe à la fois des visées sociales, économiques et politiques.
Mettre en avant la dimension pédagogique, de sensibilisation et de lien social de la lutte aux mafias au-delà d’une approche principalement répressive et d’ordre public.
Date de l'événement : 18.11.2022
journeededebatsurlaffectationsocialedes_demainslibres.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
JourneeDeDebatSurLaffectationSocialeDes (LigneDeTemps)
créée le 28.07.2022 à 10:27, mise à jour le 29.08.2022 à 15:58.

Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre - 25 nov

Description : Le Planning familial prend pat active à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre :

Féministes, femmes, personnes trans, non binaire et intersexe, exilées et expatriées, le 25 novembre rendons nous visibles !
Date de l'événement : 25.11.2021
journeeinternationalecontrelesviolencesfai_planning25nov.jpg
JourneeInternationaleContreLesViolencesFai2 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre - 25 nov

Description : Le Planning familial prend pat active à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre :

Féministes, femmes, personnes trans, non binaire et intersexe, exilées et expatriées, le 25 novembre rendons nous visibles !
Date de l'événement : 25.11.2021
journeeinternationalecontrelesviolencesfai_planning25nov.jpg
JourneeInternationaleContreLesViolencesFai3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre - 25 nov

Description : Le Planning familial prend pat active à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre :

Féministes, femmes, personnes trans, non binaire et intersexe, exilées et expatriées, le 25 novembre rendons nous visibles !
Date de l'événement : 25.11.2021
journeeinternationalecontrelesviolencesfai_planning25nov.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
JourneeInternationaleContreLesViolencesFai (LigneDeTemps)
créée le 07.10.2021 à 12:39, mise à jour le 07.10.2021 à 12:39.

Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre - 25 nov

Description : Le Planning familial prend pat active à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre :

Féministes, femmes, personnes trans, non binaire et intersexe, exilées et expatriées, le 25 novembre rendons nous visibles !
Date de l'événement : 25.11.2021
journeeinternationalecontrelesviolencesfai_planning25nov.jpg
JourneeInternationaleContreLesViolencesFai4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre - 25 nov

Description : Le Planning familial prend pat active à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes et aux minorités de genre :

Féministes, femmes, personnes trans, non binaire et intersexe, exilées et expatriées, le 25 novembre rendons nous visibles !
Date de l'événement : 25.11.2021
journeeinternationalecontrelesviolencesfai_planning25nov.jpg
JourneeInternationaleContreLesViolencesFai5 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

L'Agora des SCIC - 13/10

Description : À l’occasion des 20 ans de la création des #SCIC, organise "L'Agora des SCIC, 20 ans au cœur des territoires" le 13 octobre 2022 au CESE. Cartes blanches, tables rondes et regards croisés sont au programme de l'événement.
Date de l'événement : 13.10.2022
lagoradesscic1310_agorascic.jpg
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
LAgoraDesScic1310 (LigneDeTemps), écrite par IsaCAC
créée le 21.09.2022 à 14:48, mise à jour le 21.09.2022 à 14:48.

LA FETE DES POSSIBLES - 10 au 26 sept

Description : La Fête des Possibles ce sont des centaines d’événements organisés chaque année par celles et ceux qui agissent déjà pour créer près de chez eux un monde plus juste et durable.
La Fête des Possibles a pour objectif de rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire, et d’inviter toutes et tous à découvrir ces initiatives puis à agir.
Du 12 au 27 septembre (et sur une période étendue du 5 septembre au 4 octobre), les créatrices et créateurs de possibles ouvrent leurs portes pour montrer le monde qu’ils construisent, et recensent ces rendez-vous sur la carte de la Fête. A vous de les découvrir !
Date de l'événement : 10.09.2021
lafetedespossibles10au26septembre_image_lafetedespossibles10au26septembre_fetedespossibles.png
LaFeteDesPossibles10Au26Sept (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 15:47, mise à jour le 12.01.2022 à 15:47.

LA FETE DES POSSIBLES - 10 au 26 sept

Description : La Fête des Possibles ce sont des centaines d’événements organisés chaque année par celles et ceux qui agissent déjà pour créer près de chez eux un monde plus juste et durable.
La Fête des Possibles a pour objectif de rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire, et d’inviter toutes et tous à découvrir ces initiatives puis à agir.
Du 12 au 27 septembre (et sur une période étendue du 5 septembre au 4 octobre), les créatrices et créateurs de possibles ouvrent leurs portes pour montrer le monde qu’ils construisent, et recensent ces rendez-vous sur la carte de la Fête. A vous de les découvrir !
Date de l'événement : 10.09.2021
lafetedespossibles10au26septembre_image_lafetedespossibles10au26septembre_fetedespossibles.png
Référence externe : Externe (dans un nouvel onglet)
LaFeteDesPossibles10Au26Septembre (LigneDeTemps), écrite par WikiAdmin
créée le 07.04.2021 à 09:47, mise à jour le 21.09.2021 à 16:45.

LA FETE DES POSSIBLES - 10 au 26 sept

Description : La Fête des Possibles ce sont des centaines d’événements organisés chaque année par celles et ceux qui agissent déjà pour créer près de chez eux un monde plus juste et durable.
La Fête des Possibles a pour objectif de rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire, et d’inviter toutes et tous à découvrir ces initiatives puis à agir.
Du 12 au 27 septembre (et sur une période étendue du 5 septembre au 4 octobre), les créatrices et créateurs de possibles ouvrent leurs portes pour montrer le monde qu’ils construisent, et recensent ces rendez-vous sur la carte de la Fête. A vous de les découvrir !
Date de l'événement : 10.09.2021
lafetedespossibles10au26septembre_image_lafetedespossibles10au26septembre_fetedespossibles.png
LaFeteDesPossibles10Au26Sept3 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

LA FETE DES POSSIBLES - 10 au 26 sept

Description : La Fête des Possibles ce sont des centaines d’événements organisés chaque année par celles et ceux qui agissent déjà pour créer près de chez eux un monde plus juste et durable.
La Fête des Possibles a pour objectif de rendre visibles toutes les initiatives citoyennes qui construisent une société plus durable, humaine et solidaire, et d’inviter toutes et tous à découvrir ces initiatives puis à agir.
Du 12 au 27 septembre (et sur une période étendue du 5 septembre au 4 octobre), les créatrices et créateurs de possibles ouvrent leurs portes pour montrer le monde qu’ils construisent, et recensent ces rendez-vous sur la carte de la Fête. A vous de les découvrir !
Date de l'événement : 10.09.2021
lafetedespossibles10au26septembre_image_lafetedespossibles10au26septembre_fetedespossibles.png
LaFeteDesPossibles10Au26Sept4 (LigneDeTempsCinque), écrite par WikiAdmin
créée le 12.01.2022 à 16:06, mise à jour le 12.01.2022 à 16:06.

LA FETE DES POSSIBLES - 10 au 26 sept