Emmanuelle Vidal-Naquet asso la marmite Joyeuse

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Une volonté de se concentrer sur les grosses associations au détriment des petites.
avec le camouflet de l'incapacité des grosse structures et des institutions de répondre à l'urgence alimentaire pendant la crise covid. Et pourtant en post covid ceux sont à nouveaux les grosse associations / structures qui "raflent" les appels à projet de l'aide sociale et l'aide d'urgence. Comme quoi o n'apprend pas de ses erreurs.

Renforcement du système délétère voire mortifère d'appels à projet ou seules les structures qui savent répondre (qui ont les moyens d'avoir des personnes compétentes à plein temps pour répondre à ces dossiers) peuvent les remporter.

Le renforcement du "copinage", les service technique centraux ou des direction régionales qui analyses les dossiers, financent toujours les mêmes. Une logique de "oh bein si ce ministère a financer ils doivent être bien, donc on va les financer"

L'hypocrisie du grand plan de pour le monde associatif avec :
- le soit disant financement par le FDVA (100 000€ / an pour les bouches du rhones, autant dire rien du tout, financement associatif moyen 1500e par asso/ an, préférence pour la non reconduction, et seulement 3 projet innovant finançable dans le département / an avec cette enveolppe) ridicule !

- la création de poste fonjep (si peu à l’échelle du 13) , et de toute facon il faut trouver les 14 000€ qui manque pour financer un smic .
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : A Marseille financement énorme de l'innovation éducative, mais toujours pour des structure avec de l’entregent suffisamment grosse pour faire des projet trés tape à l'oeil qui font si beaux dans le paysage de la startup nation, mais dont on se demande le resultat.
Perte de vitesse pour beaoucp de petite association et trés grande difficultés à faire reconnaitre le travail de terrain.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Votre réponse
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Reflechir a un vrai financement des associations en faisant participer des associations de toutes tailles pas uniquement les grandes fédération ou grosses structures : comprenant :
les subvention de fonctionnement
les appels à projet
l'autofinancement : ouvrir les possibilités et former les petites structure sa dans ce domaine (fiscalité, pratique commercial ou non, ;..)
Sanctuariser les financement pour les association qui ne peuvent pas compter sur de l'autofinancement (notamment toutes les asso qui rendent un service publique à des population précaire qui ne peuvent pas ou peu payer ce service : centre aeré en QPV, accompagenment individuel, acces au droits, formation sociolinguistique pour les publics migrants ou QPV, ....) car ces structure palient au incapacités (imcompétence parfois) du service publiques.
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse