ENQUETE SUR L’ÉVOLUTION DE NOTRE MONDE ASSOCIATIF EN FRANCE… D’UN QUINQUENNAT À L’AUTRE…

Questions pour les réseaux et associations – Octobre 2021


En amont des prochaines échéances électorales, le CAC invite à une expression libre des acteurs associatifs. D’un quinquennat à l’autre, nous proposons de réfléchir ensemble à l’évolution du monde associatif en deux étapes :

1. D’abord poser sur le papier vos réflexions, observations, analyses, témoignages
. En prenant un peu de recul sur ce qui vient de nous arriver lors de ces 5 dernières années, que pouvez-vous en dire ? Et que vous voudriez-vous qu’il advienne sur les 5 prochaines ? (réponse libre ou appuyée sur 4 questions proposées)
2. Ensuite prendre un temps collectif pour lire les contributions d’autres acteurs associatifs et en discuter ensemble.

  • A vos plumes, à vos claviers ! Les réponses sont à envoyer pour mi nov. en format texte ou pdf par mail à "contact@associations-citoyennes.net" en précisant vos coordonnées et si on peut vous citer (dans une synthèse ou restitution)
CLIQUEZ SUR LES TITRES POUR DÉROULER LES MENUS

• 6 octobre : début de l’envoi (ou remise) de l’enquête dans la newsletter du CAC « L’heure de la Sirène » et aux Pop Mind d'Orléans
15 décembre
  • fin de la réception des réponses par mail à contact@associations-citoyennes.net
  • journée d'analyse des textes reçu pour préparer la réunion plénière
18 décembre : réunion plénière de mise en commun des réponses et analyses collectives (à Paris)

L’idée centrale : donner la parole. Et non seulement la donner, la parole mais aussi la recueillir, la mettre au jour.
Une enquête au moment charnière d’une décennie, le passage d’un quinquennat à l’autre. Un moment où peut s’esquisser et se préciser d’autres possibles.

Répondez à ce que vous voulez ! Une question ne vous inspire pas ? Laissez-la de côté. Elle vous inspire peu ? Répondez succinctement
Merci de ne pas dépasser 2.000 signes par question, soit environ 10.000 pour l'ensemble

  • N’oubliez pas d’indiquer votre nom, prénom, éventuellement fonction et la ou les structure(s) où vous agissez
  • Indiquez nous si vous souhaitez « anonymiser » votre réponse, dans ce cas nous ferons circuler vos réflexions sans révéler votre identité ni celle de votre structure


1/ Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous dire sur son bilan en matière de vie associative ?
De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ?
Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ?

2/ Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ?

3/ Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?…
Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ?

4/ Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ?

5/ Autre chose à ajouter ?
Une autre réponse à une question que nous avons oublié de vous poser ?


Pourquoi cette démarche d’enquête ?

À l’écume de l’actualité succède… l’écume de l’actualité ; mais que peut-on vraiment retenir des lames de fond qui influent sur notre travail au quotidien ?
Cette enquête est simplement une invitation à prendre le temps de la réflexion et de la formalisation de cette réflexion pour construire ensuite un échange nourri entre des militants associatifs.
Que retirez-vous de ces cinq années ? Et comment cela va pouvoir nourrir le dialogue ? Voilà donc l’enjeu de cette enquête à laquelle sont invités à répondre des associations de tous secteurs et de toutes tailles (celles de bénévoles aux actions de proximité aux grands réseaux de structures composées par de nombreux professionnels).

Précisions sur les questions

Nous avons conscience qu’il n’est pas forcément aisé de répondre à ces 5 questions. Cela consiste d’abord en un effort pour « s’extirper » de l’actualité et d’urgences, de préoccupations immédiates et cela n’a souvent rien de simple. Cela revient aussi à formuler succinctement et synthétiquement des choses souvent complexes et évoluant dans des processus de temps longs.
Néanmoins ça vaut sûrement le coup de tenter de répondre et de poser sur le papier une série d’analyses et d’observations qui va pouvoir être partagée avec d’autres car votre avis nous intéresse !

À PROPOS DE L’ENSEMBLE DES QUESTIONS

Répondez à ce que vous voulez ! Une question ne vous inspire pas ? Laissez la de côté. Elle vous inspire peu ? Répondez succinctement.
Si pour une raison ou pour une autre vous souhaitez « anonymiser » votre réponse, signalez-le nous et nous ferons circuler vos réflexions sans révéler votre identité ni celle de la structure où vous travaillez.

À PROPOS DE LA PREMIÈRE QUESTION

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ?
De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ?
Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ?


En terme de reconnaissance, de dispositifs de soutien, d’allocation de moyens d’actions, de financement, en matière d’emploi, de facilitation de l’engagement bénévole… d’adaptation à l’environnement numérique, de réponses aux défis sociaux, sociétaux, environnementaux... Que peut-on retenir de la politique publique ces cinq dernières années en direction du monde associatif ?
Quid par exemple des conséquences du rapport intitulé en 2018 « Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement » ?

À PROPOS DE LA DEUXIÈME QUESTION

Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ?

Après une première question sur la vie associative en général, cette deuxième question propose de « resserrer la focale » sur votre secteur d’activité particulier (exemple le secteur culturel pour l’UFISC et ses adhérents, le secteur environnemental pour FNE et ses adhérents, le secteur sportif pour la FSGT et ses adhérents, etc.)
Votre réponse peut donc porter sur les changements (ou les invariants) qui ont affecté les associations de votre secteur mais aussi le secteur lui-même si il a été marqué par des faits particuliers (exemple l’attribution des jeux olympiques à la France a des conséquences sur l’ensemble du secteur sportif, les associations comme les autres acteurs).
Y’a-t-il eu des grandes mesures qui ont vu le jour ? À contrario des grandes mesures espérées qui n’ont pas vu le jour ?
Bref, qu’est-ce qui est intervenu ces cinq dernières années et qui influence votre travail dans votre domaine d’activité propre ?

À PROPOS DE LA TROISIÈME QUESTION

Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?…
Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ?


Une autre question très ouverte qui donne l’occasion de pointer quelques idées potentiellement intéressantes pour construire l’avenir. Que ce soit pour la vie associative de manière générale ou pour votre secteur d’activité, en France ou même avec une dimension internationale, c’est le moment de faire ressortir et de lister des pistes d’actions (y compris concrètes!) qui pourraient être pertinentes à travailler et faire advenir.

À PROPOS DE LA QUATRIÈME QUESTION

Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ?

Pareillement, sentez-vous libre d’orienter votre réponse comme vous voulez :
Vous pouvez indiquer des mesures à prendre sur le long terme ou au contraire les premières mesures que vous prendriez (ou les deux).
Vous pouvez partager des idées sur des mesures très générales sur la vie associative ou alors orienter vos réflexions sur un ou plusieurs secteurs (les mesures à prendre pour le sport, la culture, la recherche, l’éducation, l’éducation populaire, la santé, la jeuensse, le droit des femmes, l’économie solidaire, l’écologie, etc.)


• Sur le site du CAC, retrouvez tous les communiqués de presse produit par notre Collectif qui sont venus rythmés ce quinquennat
• Les propositions du CAC pour une ambition nouvelle au service de la vie associative – avril 2018
• Le rapport 2018 « Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement » ?
• Les 25 mesures « basculantes » issu des 120 propositions du livre édité en 2017 par le collectif associatif #LesJoursHeureux
• Le plan de rupture du collectif « plus jamais ça » présenté à l’Université d’Été des mouvements sociaux à Nantes en Août 2021


Depuis 2010, le Collectif des Associations Citoyennes est un espace de travail ouvert à tout ceux et celles qui se reconnaissent dans sa charte de principes fondatrice et qui souhaitent réfléchir ensemble à l’importance du fait associatif dans la société. Quels sont les apports des associations agissant dans la vie de la cité, quelles sont les limites de leur action ? Dans une approche trans-sectorielle où se rencontrent des militants investis dans des domaines d’activités très différents (secteur social, médico-social, de l’accès au droit, de la culture, de la solidarité international, de l’écologie, de l’éducation populaire etc), le CAC se veut ainsi être porteur d’analyses et de propositions collectives pour favoriser l’expression du plein potentiel des initiatives non-lucratives visant l’intérêt général.

Plus d'info sur le CAC ICI , et sur son histoire LA
Pour adhérer, rdv ICI