Mrap Comité de la Manche

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Votre réponse : Des reculs :
-contrôle accru sur les associations,
-criminalisation des actions revendicatives (pression des forces de l'ordre pour dissuader les militant(e)s),
- dialogue avec les autorités (retrait de l'Etat) et les élus plus difficile,
- perte de moyens et affaiblissement des services publics partenaires du monde associatif.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Votre réponse :
- radicalisation des discours,
- politique du tout sécuritaire,
- extrémismes politique,
- expression militante dans les médias davantage entravée, voire interdite,
- naissance de collectifs temporaires se substituant à l'adhésion aux mouvements structurés,
- partenariats avec le monde syndical, éducatif et humanitaire en recul.
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Votre réponse :
- impliquer davantage le monde associatif dans l'éducation populaire et citoyenne qui doit redevenir une priorité,
- relancer les comités opérationnels de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (CORA)
- attention réelle portée par la justice aux infractions relatives au racisme et à la haine de l'autre ( notamment en ligne), efficacité des poursuites et information systématique des suites données.
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Votre réponse :
- lancer une grande campagne d'éducation citoyenne,
- faire de la lutte contre toutes les discriminations une grande cause nationale,
- mettre un terme aux entraves aux contre-pouvoirs (lanceur d'alerte)
- conforter le monde associatif qui fédère et rassemble dans le domaine des droits de l'homme, du social, de humanitaire, du socio-éducatif, de la vie sociale ( présence dans les médias, locaux, ressources, autorisations d'absence...)
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
- Construire une digue républicaine solide contre les idées d'extrême-droite qui constituent aujourd'hui un péril mortel contre lequel doit s'engager clairement le monde associatif,
Le combat du monde associatif doit s'inscrire dans les luttes sociales et politique pour construire un monde plus juste, plus fraternel, plus solidaire, plus égalitaire. Il faut engager des actions en soutien aux peuples opprimés et pour une véritable démocratie à travers le monde.
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON