Buard Vincent Prénom Association éventuelle

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Des reculs.
Financements plus difficiles , plus de pauvres dans la société, une désinformation sur ce qui se passe dans le pays et dans le monde, accompagnée parfois de répression , comme contre les journalistes qui ont parlé des ventes d'armes à l'arabie séoudite servant au Yémen.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Dans le secteur médical, des tensions accrues en libéral et dans le secteur public, par suppressions de lits, manque de renouvellement des médecins et autres catégories partant à la retraite. Des soins devenant de plus en plus payants pour les non-mahorais à Mayotte
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : En finir avec une monopolisation du discours ultra-libéral dans les médias dominants, qui fait glisser l'électorat à droite alors que ses besoins ressentis sont demandeurs de plus de social: meilleurs services publics, à élargir,..
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Porter au plus vite le budget de l'aide au développement international à 0,7% sans artifices (en sortir les investissements dans les D.O.M., les frais de scolarité des étudiants étrangers) et rapidement le faire passer en dons au lieu de prêts
Arrêter le financement de tout projet religieux, y compris catholique par l'Etat et les collectivités locales
Reconnaitre dans la carrière professionnelle le temps consacré au travail associatif
Soutenir le développement des coopératives : faciliter la reprise d'entreprises en difficultés par les salariés, financement public de coopératives agissant dans une logique écologique et de partage
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : NON