PLAIDOYERS DU SECTEUR ASSOCIATIF POUR LES PRÉSIDENTIELLES 2022


APPEL UNITAIRE « Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité !

L’extrême droite est à nouveau présente au second tour de l’élection présidentielle, forte d’un niveau de voix jamais atteint. Nous refusons de la voir accéder au pouvoir. 
Les causes en sont diverses et anciennes, elles ont été analysées et sont connues. Les responsabilités sont à chercher du côté des politiques ultralibérales menées depuis des années qui ont exacerbé les injustices et les inégalités sociales, enfoncé des territoires et des populations dans la précarité et le désarroi. Nos organisations les ont combattues, comme elles ont dénoncé les attaques portées contre les libertés. Elles les dénonceront encore demain, sans désemparer face à l’adversité. 
L’urgence, aujourd’hui, c’est d’affirmer collectivement la force des idées et des valeurs qui nous rassemblent. Elles sont constitutives de la démocratie et totalement incompatibles avec la haine, la xénophobie, la démagogie nationaliste et la mise en opposition de tous contre tous que portent les mouvements d’extrême droite. 
En rejetant Marine Le Pen, il s’agit d’empêcher l’avènement d’un projet de société destructeur de l’État de droit, de la république démocratique sociale et solidaire que nous défendons chaque jour. Il s’agit de dénoncer son programme trompeur qui frapperait durement les plus faibles, les plus démunis, les femmes, les personnes LGBTI ou étrangères.
Ensemble, nous voulons réaffirmer que la devise « Liberté, Egalite, Fraternité » doit, plus que jamais, rester à l’ordre du jour, pour toutes et tous, sans exclusive ni distinction. Dans la diversité de nos approches et formes d’actions, nous voulons construire un destin commun de justice sociale et environnementale autour de l’égalité des droits, par le débat démocratique, un dialogue social et civil renforcé, un État de droit qui garantisse pleinement nos libertés, une République laïque et solidaire, protectrice de l’arbitraire, riche de services publics confortés, reconnus, bénéficiant des moyens de leur pleine efficacité.
Cette ambition commune serait gravement mise en cause avec l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite.
C’est pourquoi, ensemble, nous invitons chacune et chacun à participer à de larges rassemblements populaires dans toutes les communes de France et à Paris, le samedi 16 avril 2022 autour d’un même appel : « contre l’extrême droite et ses idées, pas de Marine Le Pen à l’Elysée ».
Les élections qui ponctuent notre vie démocratique sont évidemment des moments privilégiés pour faire le point sur toute une série de revendications, d’idées et de propositions portées par les associations citoyennes.

L’élection présidentielle ne déroge évidemment pas à la règle, voici ci-dessous un premier panorama des plaidoyers produits à cette occasion par le secteur non-lucratif en France

CLIQUEZ SUR LES TITRES POUR DÉROULER LES MENUS

Le CAC : D’un quinquennat à l’autre, quel avenir pour le monde associatif ?

- Un travail d’enquête auprès des associations citoyennes à retrouver ici .
- Une double synthèse consultable ici de l'ensemble des réponses
- Une « synthèse de la synthèse » parue dans le mensuel « associations mode d’emploi » en mars 2022
- 2 temps collectifs de partage (plénière en décembre 21 et atelier en fév 22)

Le Mouvement Associatif : #Présidentielle2022

Le Mouvement associatif entre en campagne : Choisir l’intérêt général. 13 engagements pour les associations
Le 7 février 2022, Le Mouvement associatif a présenté son plaidoyer pour l’élection présidentielle. Il y appelle les candidates et candidats à « choisir l’intérêt général » en 13 engagements pour les associations et leur donne rendez-vous le 7 mars pour un face à face avec 300 acteurs associatifs.

CNAJEP : préconisation pour l'éduc Pop

Le CNAJEP et les structures d'éducation populaire ont soumis 5 préconisations urgentes pour une politique publique de l'éducation populaire aux candidat.ers à l’élection présidentielle, notamment une où est demandée l'abrogation du CER (propositions ont été votées lors l’assemblée générale des Rencontres nationales de l’Éducation populaire, le samedi 19 mars 2022, à Poitiers)


Propositions pour un plan de rupture

« Plus jamais ça » - Alliance pour une rupture écologique et sociale (CGT, Attac, Greenpeace, Oxfam, Solidaires, amis de la terre, confédération paysanne, etc.).

Le pacte du pouvoir de vivre en livret

Le pacte du pouvoir de vivre (CFDT, CNAJEP, Cimade, fondation abbé Pierre, FNE, la fonda, la ligue de l’enseignement, le mouvement associatif, le RAC, l’Uniopss, etc.)
- Livret de 90 propositions


Quartiers populaires

  • CNLRQ (Comité Nationale de Liaison des Régies de Quartiers & de territoire) : Le réseau des Régies de Quartier et de Territoire souhaite faire entendre la voix des habitants des territoires populaires aux candidats aux élections de 2022 avec 18 propositions classées en 5 thématiques dans lequel l'abrogation du CER figure (N°17)
  • La Coordination Pas sans nous propose le manifeste nos quartiers ont de la gueule - justice pour nos quartiers produit à l’issue de son tour de France. Cette synthèse en forme de manifeste a été rendu publique le 12 mars à Paris lors d’une journée de présentation à laquelle les candidat.es à la présidentielle (excepté ceux d’extrême droite) ont été invité.es.

Renouvellement du fonctionnement démocratique

Jeunesse & petite enfance

  • L'ACEPP (Association des Collectifs Enfants Parents Professionnels, Crèches parentales) propose une démarche originale autour des constats et enjeux sur les politiques "petite enfance & parentalité" et sollicite les moyens nécessaires pour mener ces politiques : retrouvez ICI leur manifeste avec les 29 demandes ainsi que la charte nationale pour l'accueil du jeune enfant (et l'ensemble de la démarche).
  • Le Planning familial interpelle les candidat.e.s à la#Presidentielle2022 sur tweeter "depuis 2001, l’État doit donner aux élèves 3 heures d’éducation à la sexualité par an. Seuls 25% des élèves les ont eus. Nous demandons de s’engager à faire appliquer la loi - retrouver l'interpellation et leurs réponses ICI
  • La JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) publie un communiqué dans le contexte des élections 2022 : Élections 2022 : Nous ne sommes pas à vendre ! car à ce jour, aucun candidat susceptible de remporter la majorité des voix n’a de programme concret et ambitieux pour les jeunes.

Secteur sportif & populaire

  • Pour le droit au sport pour toutes et tous ! - Contribution aux élections présidentielle et législatives 2022 : dans le cadre de ces élections, et ce depuis 1936 !, la FSGT publie une contribution aux débats pour faire du sport un droit pour toutes et tous.
L’abrogation du CER fait partie des 22 propositions concrètes faites, en appuis des 4 conditions indispensables pour garantir le droit au sport pour toutes et tous.

Secteur culturel

  • Campagne L'Art Est Public , pour une culture de la diversité et de la solidarité.
l’UFISC et ses organisations membres relancent la dynamique L’Art Est Public parce que la culture est plus que jamais un enjeu essentiel, ils appellent à réunir 500 signatures pour la culture ! d'élues et élus, candidates et candidats pour cet appel pour plus de liberté, d’égalité et de fraternité par la culture. Proposition de mesures simples et directes (élaborées au plus fort de la crise sanitaire) pour une nouvelle dynamique culturelle, une ambition artistique, démocratique et solidaire : des politiques plus transversales et plus souples ; des aides directes à l’emploi ; des politiques d’avenir qui accompagnent des démarches de transition ; des espaces de dialogue... à retrouver dans le Plan pour une revitalisation culturelle .
La culture n'est pas une marchandise. La coopération, la solidarité, l'expérimentation doivent être soutenues. Privilégier le processus au résultat,prendre le temps du sens plutôt que gouverner par les nombres !

  • Fédération nationale des collectivités pour la culture

Après la présidentielle (Pour une république culturelle décentralisée : Dix mesures phare pour renforcer et renouveler les politiques culturelles publiques) , la Fédération nationale des collectivités pour la culture reprend son bâton de pèlerin pour les législatives, en espérant que cette fois-ci les candidats parleront de politique culturelle. L'enjeu est de taille : la culture est encore marquée par les stigmates de la crise sanitaire, et le président réélu semble décidé à redemander des économies financières aux collectivités.

« Il n’a quasiment pas été question de culture dans le débat électoral [de la présidentielle] », regrette la Fédération nationale des collectivités pour la culture (FNCC) dans une déclaration publiée le 4 mai. Pour autant, les élus à la culture ne baissent pas la garde : ils comptent porter auprès des candidats aux élections législatives leur Manifeste pour une république culturelle décentralisée, publiée le 27 janvier dernier en vue de l’élection présidentielle. Les priorités sur lesquelles questionner les candidats à la députation sont déjà sur la table. La culture finalement apparue comme « essentielle »
Plus que jamais, compte tenu du contexte, l’enjeu est crucial. D’abord parce que le secteur culturel reste marqué et affaibli par la crise sanitaire. En rappelant les enseignements tirés de la pandémie de Covid, la FNCC souligne d’ailleurs en creux combien l’absence de ce secteur d’activité dans la campagne présidentielle a pu surprendre :
  • la culture apparue, finalement, comme « essentielle », à travers le « désarroi provoqué par son absence ;
  • la fragilisation du secteur culturel par la succession de mesures restrictives dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus ;
  • le rôle des pouvoirs publics pour préserver la diversité de la création et des pratiques ».

Menace sur la culture
Ensuite, les intentions du président réélu le 24 avril inquiètent les élus locaux en général, et ceux de la culture en particulier : Emmanuel Macron compte imposer une nouvelle fois des économies budgétaires aux collectivités, à hauteur de 10 milliards d’euros sur la durée de son second quinquennat. Projet que l’AMF entend bien combattre.
Comme le rappelle la FNCC à chacune de ses interventions, « le foisonnement qui singularise la vitalité culturelle française s’appuie de manière essentielle sur l’engagement des collectivités. Elles ont été au rendez-vous pour soutenir les professionnels face à la pandémie. »

Quatre chantiers pour les futurs députés
La FNCC met donc sur la table quatre chantiers :
  • l’accroissement de « la coopération entre l’Etat et les collectivités et engager des modalités de financement ouvertes, souples et respectueuses des stratégies culturelles des territoires » ;
  • la reconnaissance de « toutes les pratiques artistiques et culturelles, toutes les esthétiques » dans les politiques culturelles ;
  • « l’égale représentation des femmes et des hommes dans la création artistique » et la parité dans les postes de responsabilités culturelles ;
  • la place des jeunes « au coeur des objectifs des politiques culturelles publiques » par la promotion des pratiques en amateur et par le développement de l’éducation artistique et culturelle...


Secteur du logement

L'Union sociale pour l'habitat, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération nationale du bâtiment, France Urbaine et Intercommunalités de France ont créé une alliance pour faire du logement la grande cause nationale du quinquennat, avec 21 propositions soumises au débat des candidates et candidats.

Égalité FEMMES -HOMMES

Un collectif regroupant le Planning familial, la fondation des femmes, la fédération nationale solidarité femmes, etc... demande un « plan d’urgence pour l’égalité » à retrouver dans Libé.

Bifurcation écologique

avec des enjeux écologistes bien résumées dans leur réflexion prospective qui nous amène en 2050
La météorite climatique est visible à qui veut bien lever le regard. Et à vrai dire, son impact fait déjà sentir ses effets. La crise écologique s’accélère partout dans le monde, y compris en France. Les rapports scientifiques s’accumulent, précisant chaque fois davantage les perspectives dramatiques qui nous attendent sans un sursaut des responsables politiques et économiques. Pourtant, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité sont largement absents du débat médiatique et politique. Trop de candidats à la magistrature suprême esquivent le sujet. Trop de fois ce thème est absent des discours et des interviews. Où sont leurs réponses? Comment peut-on prétendre défendre l’Etat de droit sans dire comment l’on compte sortir la France de l’illégalité climatique ?
Rédactions et journalistes doivent prendre leur responsabilité et exiger des réponses concrètes, sans reléguer le climat en fin d’interview ou de débat.

Économie sociale et solidaire

"Ce Congrès était l’occasion de proclamer une nouvelle Déclaration d’engagements au sein de l’Économie Sociale et Solidaire. Issue d’un long travail d’écriture appuyé sur plusieurs centaines de contributions, elle a été adoptée à l’unanimité au sein d’ESS France. C’est évidemment un moment fort pour l’ESS, un moment qui fait date, et qui permet d’intégrer dans notre identité collective une vision du monde commune au moment où beaucoup de nos concitoyens attendent quelque chose de l’ESS."

Droits humains fondamentaux & migrations

Post-Urbain & secteur rural

Les états généraux du post-urbain font la présentation de l’interpellation des candidats Pour une société écologique du post-urbain

Éducation Populaire

Le CNAJEP (70 mouvements nationaux de jeunesse et d’éducation populaire rassemblant environ 100 000 associations locales) propose :
- Plaidoyer et propositions pour une politique nationale pour l’éducation populaire
- Plaidoyer et propositions pour une politique de jeunesse transversale avec et pour les jeunes
- 5 préconisations urgentes pour une politique publique de l'éducation populaire aux candidat.ers à l’élection présidentielle (avec notamment bien sûr la demande d’abrogation du CER) co-élaborées à l’occasion des Rencontres nationales de l’Éducation populaire de Poitiers en mars 2022



ENQUÊTE SUR L’ÉVOLUTION DE NOTRE MONDE ASSOCIATIF EN FRANCE… D’UN QUINQUENNAT À L’AUTRE… En amont des échéances électorales 2022, le CAC a invité, dès octobre 201, à une expression libre des acteurs associatifs. D’un quinquennat à l’autre, réfléchissons ensemble à l’évolution du monde associatif (questionnaire, plénière, atelier).

Retrouvez tous les éléments de notre enquête auprès des associations


Creuser là