Ceci est une version archivée de VeroniqueDowlingAtelierDEcoSolidaire à 2021-12-14 11:35:36

Véronique Dowling, ATELIER D'éco SOLIDAIRE

Le quinquennat d’E. Macron s’achève actuellement. En prenant un peu de hauteur sur l’actualité, que souhaiteriez-vous exprimer sur son bilan en matière de vie associative ? De manière générale, a-t-on plutôt assisté à des avancés ? Des reculs ? Que peut-on retenir, selon vous, globalement, de ces 60 derniers mois ? : Au vu des spécificités du statut associatif français, celui-ci se voit de plus en plus fragilisé par des politiques qui semblent privilégier sa merchandisation au profit des initiatives lucratives privées.
Parmi les faits marquants, concernant l'emploi directement, il y a eu la suppression des contrats aidés qui a porté préjudice aux structures associatives d'emploi pérenne. Ceux-ci ont été en remplacé par des dispositifs d'aide beaucoup moins avantageux. Les principales critiques selon lesquels ces contrats aidés contribuaient à précariser les postes avaient trouvé leur légitimité dans l'utilisation abusive dont avaient fait preuve certaines collectivités et services de l'état, plutôt que le secteur des petites associations. En ce qui nous concerne, tous nos postes en CDI ont pu être créés grâce aux aides de l'état. Sans celles-ci, nous n'aurions pas pu nous développer et proposer des emplois pérennes aux collaborateurs.
Dans votre domaine d’activité, quelles vous semblent être les évolutions les plus marquantes à relever ? Le paysage a-t-il changé ? Par rapport à 2017, quelle est la situation dans votre secteur ? : Notre secteur d'activité (réemploi/réutilisaiton des déchets) se fait toujours plus "grignoter" par le secteur marchand qui surfe sur la vague du Greenwashing (Patatam, BackMarket , CertiDeal , etc, et certaines chaines de la grande distribution, ou l'exemple de Suez qui met en place des contrats cadres sur les territoires cherchant à verrouiller le réemploi des encombrants, prétendument avec les structures de l'ESS)
Nous entrons donc dans un moment charnière entre deux quinquennats. Dans cette campagne électorale qui commence avez-vous déjà entendu des idées, des pistes d’action, des propositions qui ont particulièrement retenues votre attention ?… Et si non, pensez-vous à des idées, des pistes d’actions ou des propositions que vous aimeriez entendre ces prochaines semaines et ces prochains mois ? : Débat dans le cadre de la loi AGEC sur la création de fonds de réemploi destiné à l'ESS (Réemploi solidaire)
Nous sommes le 1er mai 2022. Et, c’est une immense surprise mais vous venez d’être nommé Ministre chargé de la vie associative par le candidat issu de la primaire populaire qui vient d’être élu (contre toute attente) à la présidence de la République. Quelles sont les premières mesures sur lesquelles vous décidez alors de travailler ? : Suppression de l'agrément ESUS tel qu'il est actuellement défini pour l'axer principalement sur le non lucratif (= réserves impartageables), suppression de l'obligation d'obtention pour les associations (un comble) pour avoir accès à certains dispositifs et conventionnement (voir le conventionnement des assos avec Ecomobilier dans la récupération de DEA particulier)
Suppression des Contrats à Impact Sociaux, l'état ne doit pas se désengager de l'intérêt général.
Refonte totale de la gestion des eco-taxes et des eco-organismes chargés de les gérer (conflits d'intérêt)
Sécurisation des spécificités du secteur associatif français pour privilégier le non-lucratif, l'intérêt général, face au modèle financier européen (attention à la loi des minimis).
Autre chose à ajouter ? : Votre réponse
Souhaitez-vous l'anonymat lors de la restitution des résultats de l'enquête ? : OUI