LES SOULEVEMENTS DE LA TERRE

retour page CER

Annonce d'une procédure de dissolution


à lire sur le site de lcp.fr la chaîne parlementaire
"Sur son site web, le collectif "Les soulèvements de la terre" définit sa raison d'être comme "la tentative de construire un réseau de luttes locales tout en impulsant un mouvement de résistance et de redistribution foncière à plus large échelle". Les membres de l'organisation assument ainsi "la volonté d’établir un véritable rapport de force en vue d'arracher la terre au ravage industriel et marchand" et le fait, qu'à leurs yeux, "seul un basculement radical - un soulèvement - pourrait permettre d'enrayer le réchauffement climatique". Un appel figure également pour "la 5e manif-action organisée en 1 an et demi" à Sainte-Soline, selon le mot d'ordre : "Pas une bassine de plus". De quoi, selon Gérald Darmanin, imputer au collectif la responsabilité du rassemblement de samedi dernier."


premières réactions



Rappel des faits

Alors que les 5 et 6 janvier 2023 des procès importants vont se tenir contre les militants antibassines accusés de s'être introduit.es sur des chantiers et de les avoir désarmés lors d'actions de masse, un article récent du journal "Le Parisien" révèle une note des renseignements territoriaux dont l'objectif apparaît être de créditer une dissolution des Soulèvements de la Terre, ainsi que de légitimer des instructions anti-terroristes menées par la sous-direction anti-terroriste (SDAT) à l'encontre d'actions écologistes. Ce dangereux glissement survient dans la droite ligne du cadre donné par Gérald Darmanin avec le vocable d'"éco-terroristes" à la suite de la manifestation de Sainte-Soline. Ceci tandis que plusieurs associations écologistes se voient menacer par les préfectures de se voir retirer leurs subventions en Vienne et en Corrèze au nom de la loi "séparatisme" et au motif qu'elles auraient violé leur "contrat d'engagement républicain" . Il n'y a à notre sens nul hasard à cette évolution au vu de la dynamique de mobilisation croissante sur le front de la défense des terres et de l'eau, de son impact actuel et de la nécessité pour le gouvernement et pour certaines des industries les plus écocidaires du pays de chercher à le neutraliser, quitte à sortir les grands moyens. D'autant qu'une nouvelle grande mobilisation anti-bassines, faisant suite à celle de Sainte-Soline, s'annonce pour le 25 mars 2023.

Ce que tout cela augure en termes de dispositifs répressifs représente évidemment une menace pour les cibles désignées - militant.es anti-bassines ou participant.es aux Soulèvements de la Terre - mais aussi à notre sens pour l'ensemble du mouvement écologiste et social qu'il va ainsi tenter une fois de plus d'asphyxier par des stratégies d'isolement et de diabolisation. Nous avons décidé - avec un certain nombre de collectifs et personnes participants aux Soulèvements de la Terre - de prendre les devants avec une tribune qui soit une réponse politique, une manière de démonter le récit orienté que cherche à imposer le gouvernement et de mettre en avant une solidarité multiple depuis divers bords - personnalités et organisations.

Tribunes et communications

Nous vivons une époque où ceux qui nous gouvernent veulent créer une confusion entre action de désobéissance et terrorisme. Cette confusion sonne comme une volonté de réprimer les mouvements auxquels nous participons. Dans ce contexte, chacune des signatures résonne comme la promesse d'un soutien.
Le nombre et la réactivité des réponses dessinent une toile de solidarité qui nous conforte dans la justesse de ces actions. Cela envoie également un message au pouvoir:"Nous sommes ensemble et nous nous défendrons collectivement en cas d'attaque".

Cette tribune, a eu un large écho. Elle a bénéficié, dès ce week-end, d'une publication sur Libération et sur le site des soulèvements de la terre. Depuis ce hier matin elle est diffusée sur Reporterre, Lundimatin, Terrestres, Basta!, et sur notre blog Mediapart.

• L'appel initial « Nous sommes les soulèvements de la Terre » qui peut être signer par des organisations ou des individus
• La tribune "On ne dissout pas la volonté de défendre le vivant et la justice sociale" à l'initiative de LA Coalition pour les libertés associatives publiée début avril et signée de 50 organisations associatives et syndicales
• La vidéo SOULÈVE TOI ! 45 personnalités répondent à l'Appel des Soulèvements de la Terre » sur Youtube et autres RS


Sur les réseaux sociaux, le #jemesouleve a été utilisé, ainsi que #libertésassociatives